Renseignements

  • Dernière connexion: Il y a 2 heures
  • Genre: Femme
  • Lieu: France
  • Contribution Points: 0 LV0
  • Rôles:
  • Date d'inscription: janvier 10, 2021
Complété
Manner of Death
9 personnes ont trouvé cette critique utile
févr. 22, 2021
14 épisodes vus sur 14
Complété 4
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 7.0
Musique 6.5
Degrés de Re-visionnage 8.0

Novateur dans les BL Thais, mais loin d'être parfait

J'ai du mal à comprendre pourquoi ce drama a obtenu une note aussi élevée (du moins au moment où je rédige ce commentaire, car le dernier épisode a été diffusé il y a quelques heures, donc les critiques seront peut-être plus nuancées avec le temps). Quoi qu'il en soit objectivement, si on le compare à d'autres dramas thaïlandais classiques, il n'atteint pas leur niveau. A mon avis, ce qui justifie un enthousiasme aussi grand de la part du public à l'heure où j'écris ces lignes, c'est surtout la nouveauté que Manner Of Death apporte dans le paysage des BL Thaï. On a l'habitude de productions traditionnellement centrées sur des intrigues simplistes en milieu universitaire et remplies de clichés, hormis quelques exceptions : par exemple He's coming to me, ou encore A Tale of Thousand Stars, prouvent que les choses sont en train de changer et pour ça je le reconnais, Manner of Death mérite qu'on lui donne une chance.

Alors c'est vrai, c'est novateur par rapport aux productions passées. Je suis d'accord, c'est enfin un BL Thaï adulte, qui se déroule dans le monde professionnel, nous offre une intrigue pleine de mystères, avec des meurtres, de l'action, et bien sûr une belle romance en prime entre nos deux héros. Et certes, avec Manner Of Death ils ont pris un risque, mais n'oublions pas que leurs voisins à commencer par les Taïwanais, ont déjà innové dans le genre BL adulte / action / polar, notamment avec History3: Trapped. Les Coréens ont commencé également à produire des BL plus adultes, avec le récent "To My Star"... Bref, je ne vais pas faire une longue liste comparative mais en gros, tout ça pour dire que le risque n'était pas si grand que ça au final, et que le public est demandeur de toute façon. Ils avaient donc tout intérêt à ne pas se laisser distancer. Manner of Death était donc une bonne idée, mais ça n'empêche pas qu'il était loin d'être parfait.

Attention, j'ai bien aimé l'histoire. Tous les lundis soirs, j'étais au rendez-vous pour voir l'épisode de la semaine, et j'attendais avec impatience le prochain. Il est même tout à fait possible que d'ici quelques mois, je ressente l'envie de me faire un marathon et que je me retape les 14 épisodes d'affilée. Mais ce qui me pose principalement problème dans ce genre de dramas, et que je retrouve souvent dans les productions thaïlandaises, c'est d'une part le jeu d'acteur, et d'autre part le fouillis et les longueurs du scénario.

Commençons par le sujet qui fâche : tout le monde parle sans arrêt de l'alchimie entre deux acteurs dès lors qu'ils sont capables de produire des dialogues romantiques et des bisous à peu près corrects ("oooh, there's so much chemistry !"). "Chemistry" par-ci, "chemistry" par-là... Désolée, mais c'est un peu le minimum syndical, et si deux acteurs payés pour jouer dans une romance (qu'elle soit hétéro ou BL) sont incapables de faire passer un peu d'émotion et d'attirance l'un envers l'autre, c'est qu'ils jouent mal, point barre. Et le problème avec les dramas Thaï en général, et c'est encore plus flagrant dans les BL, c'est que les acteurs surjouent (il n'y a qu'à comparer avec la spontanéité et le naturel des voisins taïwanais, on n'est pas du tout sur le même registre). J'aime bien Max et Tul que j'ai eu le plaisir de découvrir dans Together with Me, mais ça ne veut pas dire qu'ils jouent bien. Ils sont corrects, pour ne pas dire passables. Et non, je ne vois pas de "chemistry" entre eux. Je ne cache pas que je guettais leurs moments d'intimité, comme toute fan de BL qui se respecte, mais concernant l'aspect romance j'ai eu beaucoup plus de papillons dans le ventre devant 10 minutes de la 1ère saison de We Best Love même quand ils se tournaient le dos, que devant les 14 épisodes de Manner Of Death (en parlant de WBL d'ailleurs, c'est bien la première fois que j'ai VRAIMENT constaté une alchimie entre les acteurs... pour toutes les autres productions, on repassera.... Et pour enfoncer le clou, c'est quand même un comble de penser que l'acteur secondaire qui joue le flic est le seul à crever l'écran ! ). Alors bien sûr, c'est un truc qu'on n'a pas le droit de dire, parce que les fans du couple MaxTul nous tombent sur le paletot dès lors qu'on n'aime pas leur façon de jouer, mais je m'en fous parce que mon but en rédigeant une critique n'est pas d'obtenir des likes, c'est d'être sincère avec mon ressenti. J'ai trouvé que Max en faisait trop dans le genre "je plisse les yeux parce que je suis un mec trop intense et mystérieux" mais à aucun moment il ne m'a fait sentir que son personnage pouvait être véritablement dangereux, quant à Tul, parfois ses réactions étaient disproportionnées, d'autres fois on avait l'impression qu'il était constipé et qu'il était forcé d'endosser un rôle d'adulte qu'il maîtrisait mal. Ça ne change rien à leur capital sympathie, je continue à les apprécier et c'est certain que je regarderai d'autres BL s'ils sont dedans, surtout que tous deux sont quand même jolis garçons, c'est indéniable. Simplement, je sais que ce n'est pas pour leur jeu d'acteurs que je visionnerai.

Le scénario en lui-même était intriguant, intéressant et comme je l'ai dit plus haut, même si ce n'était pas si novateur que ça comparé à de nombreux lakhorns, en tout cas dans le genre BL ça l'était. Et je suis consciente que ce type de production est obligé de compter sur un faible budget, donc on ne peut pas leur en tenir rigueur, et c'est pour cette raison que je donne une assez bonne note, parce qu'ils ont réussi à nous pondre un truc pas trop mal avec peu de moyens. N'empêche que l'histoire était un peu fouillis, il y avait des longueurs inutiles, et ce qui m'a fâchée : ils ont quelque peu arrangé l'identité du meurtrier présent dans le livre et c'est un parti pris qui n'est pas forcément dû au hasard, ce qui nous donne quelque chose d'un peu problématique si on réfléchit 2 minutes à ce que ça implique politiquement. Je n'irai pas plus loin sur ce sujet, on parle d'un polar donc ça serait spoiler que d'en dire trop, mais l'image que ça renvoie, à un moment où il est peut-être temps de changer les choses, me déplaît et pose question sur leurs intentions. Pour finir, certaines décisions des héros (et même des flics) qui sont censés mener leur enquête, ou bien des détails auxquels ils omettent de penser, manquent parfois sérieusement de logique et ce n'est pas pour rien que d'autres productions (c'est par exemple le cas sur des séries policières françaises, pour les autres je ne m'avancerai pas) font appel à un expert détaché de la vraie police pour les conseiller sur le scénario. Cela mis à part, je reste satisfaite que l'on nous ait offert un drama policier et adulte, dont la trame et les rebondissements maintiennent l'intérêt jusqu'à la fin, et de toute façon dès qu'il s'agit d'un BL je suis preneuse.

En conclusion j'ai passé un bon moment, l'intrigue était sympathique, elle avait le mérite de nous présenter un scénario qui change un peu du lot et n'est pas uniquement centré sur l'histoire d'amour, avec un contexte assez fouillé qui donne de l'épaisseur au tout, et les moments d'action et de suspense nous poussent à continuer. Et fait à noter, ils ont eu le courage d'aborder des sujets plus graves comme les abus sexuels (on s'en doute dès le début, ce n'est pas comme si je spoilais), ce qu'on ne voit pas souvent dans les lakhorns étiquetés "romance". Cette série vaut donc le coup qu'on s'y intéresse, ne serait-ce que pour les encourager à poursuivre dans cette voie, mais on reste loin du chef d’œuvre en matière de dramas.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Oh My General
5 personnes ont trouvé cette critique utile
mai 26, 2021
60 épisodes vus sur 60
Complété 0
Globalement 8.5
Histoire 8.0
Acting/Cast 8.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 7.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Un drama historique chinois féministe : foncez !

Je suis tombée par hasard sur le résumé de ce drama. J'avoue que j'ai moins de connaissances dans les séries chinoises et que mon domaine habituel ce sont surtout les Lakhorn Thai, pour une raison bien simple : rares sont les dramas chinois historiques qui finissent bien et c'est pour moi une condition indispensable à mon visionnage (chez les thaï ça semble plutôt l'inverse, il faut se lever tôt pour trouver un drama avec une fin tragique, on peut donc regarder en confiance). Du coup, ça aide bien d'avoir des commentaires qui spoilent la fin sur ce site, et quand j'ai vu le sujet, je n'ai pas hésité.

Résumé : on a une jeune femme qui vit sous l'identité d'un homme depuis des années, après la mort de son père et de ses frères au champ d'honneur. Comme il s'agit d'une famille militaire qui protège le royaume des Song depuis des lustres, elle a repris l'activité familiale et a rapidement évolué au poste de générale. Sa férocité, son courage et ses talents sont connus de tous au point qu'on la surnomme le Roi de l'Enfer. Les conseillers du roi craignant que sa puissance ne fasse de l'ombre à son pouvoir, on lui demande de revenir dans la capitale après une bataille qu'elle vient de remporter. Acculée, elle n'a d'autre choix que d'écrire à son roi pour l'avertir qu'elle est une femme. Embarrassé par cette situation, le roi règle le problème en lui demandant de se marier. Le fiancé désigné s'avère être un jeune dandy apparenté au roi, un play-boy de santé fragile, oisif et élégant complètement rebuté à l'idée de se marier avec un garçon manqué. L'intrigue tourne autour de l'évolution de leur relation, avec en toile de fond des intrigues politiques internes impliquant des conflits avec le pays voisin. La générale qu'on a voulu mettre à l'écart va devoir reprendre du service et déjouer les pièges tendus par le cerveau de la conspiration.

Franchement, j'ai commencé à regarder ce drama avec les sourcils froncés, prête à râler avec des "pfff, je le savais" au moindre truc qui aurait égratigné mes convictions égalitaires. Et à ma grande surprise, mon front est très vite redevenu lisse, et il l'est resté jusqu'à la fin. Finement, tout en sachant intelligemment éviter les clichés, le drama distille des valeurs féministes et des petites phrases qui n'ont l'air de rien, mais qui parleront à celles qui ont déjà avancé sur ce chemin. A titre d'exemple, j'avoue avoir été scotchée par la première réaction d'une des femmes de l'histoire qui, apprenant qu'elle est enceinte, est loin de sauter de joie. Car oui, contrairement à ce que la société toute entière voudrait nous faire croire, la première réaction est souvent bien éloignée du ravissement (à moins bien sûr que ce soit voulu et programmé, mais statistiquement une grossesse arrive plus souvent au mauvais moment, surtout chez celles qui ne sont pas informées de la contraception et qui, encore à notre époque, sont tellement nombreuses...) et entendre un personnage féminin se demander quoi faire avec le parasite qui pousse dans son ventre au pire moment qui soit, et prête à risquer de le perdre parce que sa mission est plus importante, ça a quelque chose de... rafraichissant.

Alors ce n'est pas pour l'intrigue politique et militaire qu'il faut regarder cette histoire. Honnêtement, elle n'a rien d'original, si on aime les conspirations compliquées et les intrigues fomentées par des evil bitches à l'oreille de conseillers ridés et grimaçants, on ferait mieux de regarder "General and I", il est pas mal dans ce genre. Ici, le contexte politique vient surtout donner une épaisseur à l'histoire et servir de prétexte au rapprochement des protagonistes, et la brochette de méchants est assez réduite. Somme toute, la plupart des personnages sont assez sympathiques, ils ont leurs défauts, mais on nous épargne certains clichés (la salope manipulatrice, le méchant qui ricane et cherche juste le pouvoir pour le pouvoir, etc.). On leur donne une complexité, une histoire et des fêlures qui expliquent leur comportement, et même les femmes qui agissent mal dans ce drama sont bien montrées comme elles sont : prisonnières d'un monde fait par et pour des hommes, et forcées d'agir de la sorte si elles veulent un tant soit peu naviguer dans ce contexte où le pouvoir leur est refusé et leurs décisions limitées. Les épouses trompées et obligées de partager leur roi avec les concubines n'en sont que l'exemple le plus évident. Brasser de la bouffe à pleines mains et ne laisser que des miettes à une catégorie précise de la société, c'est s'assurer que les dominés de ladite société seront trop occupés à se disputer ces miettes pour penser à renverser ceux qui sont à la source de ce déséquilibre. Alors ce n'est pas le seul drama chinois historique à mettre en avant ce déséquilibre, par exemple "L'histoire de Min Lan" est relativement intelligent sur ce point et nous montre une héroïne parfaitement consciente de l'injustice envers son sexe, mais l'histoire est différente : Min Lan se bat dans ce monde avec sa ruse et sa discrétion, elle joue de sa position de femme supposée inoffensive et son art consiste à tout faire de la manière la plus fine possible pour atteindre son but sans qu'on puisse lui reprocher quoi que ce soit ni sortir du cadre qui lui est imposé. Dans "Oh my general", notre héroïne est tout aussi intelligente et ne cherche pas particulièrement à faire des vagues, mais elle ne va pas s'embarrasser de ces considérations. Homme ou femme, elle s'en fiche, elle est compétente et elle ne voit pas pourquoi elle n'exploiterait pas ces compétences quand elles sont nécessaires. Elle ne se préoccupe pas de ce que l'on pense d'elle ou de ce que la société attend d'une femme, affirmant sans détours que ces attentes sont ridicules et liberticides. Et finalement, ce n'est pas en se disciplinant et en adoptant les codes attendus qu'elle conquiert le cœur des autres, époux et belle-mère en tête. C'est au contraire en restant elle-même, et ce détail a toute son importance. J'arrête là la digression, sinon je vais finir par pondre une thèse.

La première originalité de l'histoire est de nous offrir un couple qui a l'air super mal assorti. Une femme forte et déterminée, un jeune élégant maladif et précieux, on est loin des histoires qui nous font traditionnellement battre le cœur. Et pourtant, ça fonctionne à fond ! La simplicité, la joie de vivre de l'héroïne, son intelligence et sa ruse la rendent extrêmement sympathique et je l'ai tout de suite aimée. Sa force physique et son côté garçon manqué ne sont jamais exagérés, elle est d'un naturel incroyable et n'a jamais l'air d'une gamine attardée (oui parce que les dramas où une héroïne forte a une voix de bébé, ça me gonfle), elle prend le temps de la réflexion, sait manipuler son époux dans le bon sens et n'hésite pas à lui balancer malicieusement "ok, je t'obéirai, mais en attendant j'ai des choses plus importantes à faire". Quant au héros, il a un côté gamin tête à claque boudeur et capricieux qui le rendent aussi agaçant qu'attachant. En même temps, il est honnête et il n'hésite pas à utiliser son intelligence (à défaut de force physique, vu qu'il est plutôt faiblard de ce côté-là) dès qu'il s'agit de soutenir sa femme. Le mot "équipe" nous vient spontanément à l'esprit quand on les voit ensemble. Au final, leur histoire d'amour nous apparaît comme une évidence.

Quoi dire de plus pour vous convaincre ? Allez, pour la forme, quelques éléments qui vous décideront peut-être :
- Des concubines ravies de l'arrivée de la générale dans la maisonnée et qui œuvrent à faciliter le rapprochement des époux, parce que si leur maître divorce, elles risquent de se retrouver aux ordres d'une nouvelle épouse vachement moins sympa,
- Une héroïne pas jalouse pour un sou de vivre avec les concubines en question, parce que les filles, c'est joli et ça met de la couleur dans la maisonnée (du coup c'est le mari qui fait la tronche, il aurait préféré qu'on se batte un peu pour lui...),
- Un héros conscient de son inutilité en temps de guerre mais qui n'hésite pas à s'humilier devant la cour pour supplier le roi de renvoyer sa femme sur le champ de bataille,
- Un mari bien plus concerné par des projets de maternité que son épouse,
- Un personnage lesbien - je n'en dévoilerai pas trop sur ce personnage, mais dans tous les cas, l'amour qu'elle éprouve pour une autre femme n'est jamais considéré comme quelque chose de tordu ou d'anormal. Il résulte certes d'un malentendu de départ, mais le spectateur est suffisamment intelligent pour deviner que c'est juste un procédé scénaristique pour contenter le politiquement correct et contourner la censure chinoise,
- Une héroïne qui fait comprendre, l'air de rien, que la question du viol en temps de guerre par les ennemis concerne avant tout les femmes et que merci monsieur, mais vous vous mêlez déjà de tout alors pour une fois, tu vas gentiment me laisser gérer.

J'aurais juste une critique sur ce drama, parce qu'il faut bien être objective quand même : une histoire d'amour secondaire aurait mérité d'être plus approfondie, le dénouement m'a paru trop précipité et donne l'impression que bon, vu que le drama se termine bientôt, va falloir boucler cet arc secondaire et pof c'est réglé en 2 temps 3 mouvements... Mais c'est bien le seul truc que je regrette dans cette histoire. Alors certes, comme je l'ai dit plus haut, toute l'intrigue en toile de fond n'a rien d'original et on a vu des rebondissements plus passionnants. Tout ça reste assez gentillet et je ne pense pas avoir envie de le revisionner un jour. Cependant le principal atout de ce drama, et qui justifie qu'on s'y intéresse, réside dans la dynamique de la relation entre les personnages : leur complémentarité évidente, des dialogues pas si cons quand on y réfléchit deux minutes, et une inversion des rôles genrés qui ne verse jamais dans la caricature. Pour la première fois un drama asiatique m'a offert la parfaite héroïne que j'attendais, et c'est déjà énorme.

Bref, si vous n'êtes toujours pas convaincu(e), je ne sais pas ce qu'il vous faut.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
KinnPorsche
6 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 10, 2022
14 épisodes vus sur 14
Complété 2
Globalement 9.0
Histoire 8.5
Acting/Cast 9.0
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 10

Un très bon effort qui rebat les cartes du BL

J’ai hésité à écrire un commentaire sur KinnPorsche, parce qu'au vu de la notoriété et de l’hystérie autour de cette série, d’ici à ce que je termine de le rédiger il y aura au moins 1302 critiques sur ce site et mon avis n’apportera pas forcément de nouveauté, si ce n’est de nuancer les 1298 notes «10» légèrement exagérées, et les quatre notes «3» des gros déçus du fan-club «Ils ont changé des trucs par rapport au bouquin». Mais vu que les trois quarts seront en anglais, on ne sait jamais, peut-être que certains seront assez flemmards pour se contenter du mien, donc allons-y gaiement. Et puis c’est KinnPorsche, quoi. Une série hyper attendue depuis l’année dernière, si ce n’est LA plus attendue dans le monde des BL. Forcément, tous ceux qui ont bossé dessus n’avaient pas le droit de se planter, et c’est dans doute une des raisons expliquant pourquoi KinnPorsche représente un sacré tournant dans cette industrie du boy’s love qui, si elle constituait surtout une niche dans le vaste monde des dramas principalement dominé par les Coréens et les Chinois, permettra à coup sûr à la Thaïlande de sortir du lot et de gagner plein de thunes (et avec un peu de chance les Chinois comprendront qu’ils risquent de louper le coche avec leur censure homophobe et ils arrêteront d’être cons, qui sait ? On peut toujours rêver).

Je précise que je n’ai pas lu l’histoire. Mais le sujet m’a suffisamment intéressée quand on a commencé à en parler, pour aller voir les commentaires sur des forums et sur Youtube concernant le roman initial. Donc le premier point positif, c’est qu’ils semblent avoir fait un formidable travail d’adaptation, en utilisant une matière de base complètement toxique, ainsi que des héros super antipathiques et problématiques, pour transformer tout ça en scénario relativement acceptable avec des protagonistes attachants et nuancés (à la base Kinn est un sale con maniaque du contrôle qui ne connaît pas la notion de consentement, quant à Porsche c'est un neuneu TSTL comme ils disent en anglais, c'est à dire "too stupid to live") donc on va dire qu'ils se sont montrés bien avisés en retravaillant les personnages. C’est sans doute dû à la volonté de marquer le coup face à une audience internationale, devenue plus exigeante depuis MeeToo, dans tous les cas si ça peut changer les mentalités et amorcer la disparition progressive des romances malsaines à l’avenir, c’est toujours bon à prendre. Ensuite, nous avons des acteurs adultes, qui jouent dans une histoire mature, et comme je l’ai précisé sur «Dear Doctor, I'm coming for Soul» la différence est vraiment flagrante, enfin la plupart du temps. De manière générale le jeu des Thaïs est un peu craignos même dans les lakhorns plus traditionnels que je continue à mater pour je ne sais quelle raison, ils passent leur temps à piailler ou à chialer dans des scènes loonnnngues quand ce ne sont pas des hésitations à n’en plus finir histoire de faire durer les épisodes et de nous faire larmoyer devant notre écran, au cas où on n’aurait pas compris que c’était un moment poignant et crucial (qui produit l’effet contraire du coup, c’est ballot...). Donc pour un BL censé avoir moins de budget, ils s’en sortent quand même très bien. Les moments d’émotion sont relativement crédibles, on ne grimace pas d’un air gêné (sauf à un ou deux moments censés être drôles mais d’un goût un peu douteux, mais bon ça ne dure que quelques secondes).

Le mélange romance, action & mystère fonctionne bien, ponctué de moments plus light ou doudous pour relâcher un peu la pression. Les dialogues sont bons et jamais ridicules (du moins je n'en ai pas remarqué), les acteurs sont presque tous canons et c’est un régal pour les yeux. Quant aux scènes intimes (ou scènes pas intimes mais émouvantes) c’est une réussite, elles sont belles et bien jouées, les acteurs sont à l’aise et ça sonne vrai. Mention spéciale à la musique qui rend bien l’ambiance des scènes. Car si la BO (variée et sympa, au passage) est plutôt tendre et romantique quand il s’agit du couple principal formé par Kinn et Porsche, en revanche elle l’est beaucoup moins quand il s’agit de Vegas et Pete, et c'est bien pensé sur ce coup-là. En effet la musique lors de leur moment d’intimité met un peu mal à l’aise, et je salue le fait qu’ils aient su montrer la complexité de leur relation, qu’ils nous présentent bien comme toxique sans bêtement romancer une situation qui est abusive au départ. Donc oui, il y a bien de l’abus, même concernant les premières scènes d’amour entre Kinn et Porsche d’ailleurs, or ce n’est jamais montré comme acceptable, mais plutôt comme un mauvais départ qu’il faudra régler pour avancer sainement dans la relation, et ça c’est bien. Il y a pas mal de rebondissements qui servent à la fois à maintenir notre intérêt jusqu’à la fin, et permettre le développement desdites relations entre les personnages. Les couples se construisent de manière naturelle et logique, ce n’est pas simple dès le début et l’aspect psychologique n’est pas laissé de côté. Alors la troisième romance entre les deux frères respectifs du 1er couple est un peu tirée par les cheveux, mais tant qu’il y a des histoires d’amour un minimum développées je ne crache pas dessus, d’autant qu’ils viennent de confirmer une deuxième saison qui permettra probablement de conclure comme il faut cette 3ème histoire. J’aurais quand même apprécié un bisou avec Jeff Satur, parce que c’est Jeff Satur et si j'avais 15 ans de moins il ne dormirait pas dans la baignoire, mais il paraît que son partenaire n’était pas aussi à l’aise, donc bon... Vivement la suite, on verra bien.

Il y a quand même quelques points négatifs. Que je n’aurais pas relevés s’il s’agissait d’un autre BL, parce qu’on ne peut pas être trop exigeant dans cette industrie encore frémissante, mais vu que la série était chaque dimanche en super tendance Twitter, forcément la comparaison avec d’autres séries connues ne leur fait pas toujours honneur. D’abord le budget moindre, qui peut se sentir dans certaines scènes, par exemple des explosions loin d’être impressionnantes, ou bien le son pas toujours au top (voix qui résonnent, etc.). Ce n'est pas grave, mais cela peut laisser croire à un amateurisme qui a le défaut de mettre en évidence quelques erreurs (par quel prodige ont-ils réussi à ôter leurs chemises pour se baigner torses nus alors qu'ils sont reliés par des menottes ???) ou moments WTF (Kinn qui repousse son garde du corps pour lui éviter d’être touché par l'ennemi... le plaçant pile dans la ligne de tir d’un 2ème garde du corps !!!). Sur le plan technique, de manière générale puisque ça ne vaut pas seulement pour les BL, les Thaïs ont encore pas mal de progrès à faire pour être au niveau de leurs voisins. Une règle simple veut que lorsqu’un acteur se déplace de gauche à droite par exemple, le plan suivant garde la même logique et le même angle de vue afin que le cerveau du spectateur ne soit pas perdu en traitant les données spatiales, provoquant une sorte de rupture. Idem, ce que j’appellerais des «ruptures de plan» parce que je ne suis pas spécialiste en cinématographie, où l’on voit d’abord des persos en plan rapproché qui se serrent dans les bras, puis dans le plan suivant en vue éloignée l’un des acteurs a encore sa main dans sa poche. Des détails, certes, mais s’ils veulent inonder le marché international et en faire une spécialité, ils devront absolument améliorer ces points-là pour qu’on les prenne au sérieux. Ensuite, certains acteurs ont parfois tendance à l’exagération. D’accord, Tankhun est un personnage génial et attachant et tout et tout, mais il faut reconnaître qu’il en fait parfois un peu trop et que ça manque de réalisme. Un autre petit regret également, concernant le décès de certains personnages : il arrive que l'on s'attache à certains d'entre eux, certes on se doute qu'il y aura quelques pertes dans l'histoire vu que ce ne sont pas des enfants de chœur, mais j'aurais apprécié qu'on leur consacre un peu plus de temps que se contenter de crier leur nom sur le moment en mode "zut !" et puis pouf, on n'en entend plus parler... Enfin, le sujet principal restant une romance, on va dire que l’aspect «mafia» est moins développé et que ça pêche un peu de ce côté-là. On nous présente l'un des personnages comme un cerveau hyper manipulateur, mais ses magouilles tombent vite à l’eau et ça manque quelque peu de crédibilité, du coup il paraît moins «intense» que le scénario voulait nous faire croire, voire même un peu pitoyable à certains moments. Ça n’enlève rien à son jeu d’acteur qui est bon, mais ça retire quand même une dose de charisme à son personnage et c’est dommage. J’en profite au passage pour mentionner un dernier point négatif, cette fois non lié à la série elle-même mais au contexte dans lequel elle est sortie. Je parle de la guerre qui s'est produite entre les fans du couple KinnPorsche et ceux de VegasPete, ces derniers voyant les épisodes défiler semaine après semaine avec une impatience grandissante tant ils craignaient de ne pas voir leur romance démarrer suffisamment tôt pour être traitée correctement, tandis que les premiers ne manquaient pas de leur rappeler ironiquement que l’histoire s’appelait «KinnPorsche» et pas «VegasPete». D’un côté je peux comprendre les deux parties, quand on adore une histoire on craint tous que son adaptation la trahisse, mais cela m’a fait réfléchir sur le fait qu'avoir lu un roman avant de voir son adaptation à l’écran n’a pas toujours de bons côtés (en même temps je me félicite de ne pas m’être farci ce qui semble être une grosse bouse toxique, sinon je doute que j’aurais apprécié la série, ou même que j’aurai eu envie de la voir). En bref, ce genre de conflit sur les réseaux a certes contribué à la popularité de KinnPorsche, mais il risque aussi de décrédibiliser l’audience des BL et de faire du tort par ricochet à cette industrie alors qu’elle est en plein développement et là, c'est juste pas le moment.

Pour conclure, j’ai vraiment trouvé cette série sympathique, le scénario passionnant et adulte, les rebondissements sont fréquents et maintiennent l'intérêt, et les romances se construisent de manière assez crédible, avec de belles scènes intimes qui placent la barre très haut pour les BL à venir. C’est bien une des premières fois d’ailleurs où l’on a au moins deux scènes de sexe dans lesquelles les persos vont jusqu’à l’orgasme, du moins dans une production qui n’est pas classée comme érotique : d’ordinaire ils se tripotent 30 secondes puis on les voit couchés l’un à côté de l’autre pour nous faire comprendre qu’ils ont fini leurs galipettes. Enfin, les acteurs s’en sortent très bien et l’implication de l’équipe se sent autant au visionnage que dans leurs événements promotionnels, leur alchimie est palpable, certains moments d’émotion réussissent à nous tirer quelques larmes et le mélange romance/action fonctionne vachement bien. Et la première saison nous offre une conclusion relativement satisfaisante. En bref, il y avait l’avant-KinnPorsche, désormais il y aura l’après-KinnPorsche. Un tournant dans l’industrie du BL qui ne peut que nous réjouir.

PS : Si quelqu'un peut m'expliquer pourquoi ils ont rajouté "La Forte" dans le titre, je lui en serai reconnaissante, parce que pour moi ça ne veut strictement rien dire...

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
A Tale of a Thousand Stars
4 personnes ont trouvé cette critique utile
avril 2, 2021
10 épisodes vus sur 10
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 8.0
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 8.0

Ca bouge enfin du côté des BL Thaï

La Thaïlande semble enfin prête à nous fournir des BL plus adultes qui s'écartent des traditionnelles histoires universitaires. Après Manner of Death, qui mélange action et polar, et Lovely Writer qui s'amuse avec les codes du boy's love, on nous offre une romance rurale plutôt sympathique, inspirée elle aussi d'un bouquin. Bref résumé de l'histoire : étudiant richissime et pourri gâté, Tian reçoit une greffe de cœur en urgence. Après avoir trouvé le journal de Torfun (sa donneuse décédée la même nuit, qui était enseignante bénévole dans un petit village perdu dans la montage), il décide de changer de vie, prendre sa place et poursuivre son œuvre. Ce faisant, il va progressivement tomber amoureux de Pha, le chef de la garnison chargée de protéger ce secteur frontalier.

L'intrigue en elle-même n'a rien de très exceptionnel, elle est d'ailleurs plutôt lente, mais elle est néanmoins riche et bien exploitée. Les décors montagneux sont magnifiques, le village et ses habitants bien rendus, le contexte fouillé, et malgré quelques longueurs on ne s'ennuie pas vraiment. Bien que certains épisodes nous offrent un peu d'action, ce n'est pas le principal. On suit essentiellement l'adaptation de Tian à cette nouvelle vie très éloignée de ses habitudes ainsi qu'à son nouveau rôle d'enseignant volontaire, ses tentatives plus ou moins fructueuses de gagner l'affection des habitants et surtout, l'évolution de sa romance avec Pha, compliquée par le fait qu'il vit grâce au cœur d'une femme que les villageois ont connue et appréciée, d'autant que la plupart ignorent son décès. A part quelques moments plus soutenus, pas de grosses tensions ou de grande passion donc, mais l'originalité du scénario, son rythme paisible et son cadre rendent l'histoire agréable.

Une fois n'est pas coutume dans un BL Thaï, ici le jeu d'acteur est en général assez bon. Je dis "en général", parce que j'ai toujours eu du mal avec le comédien Earth Pirapat Watthanasetsiri, qui interprète Pha. Je ne le trouvais déjà pas très inspiré dans Water Boyy et les 2-3 autres dramas dans lesquels je l'ai vu, et ce n'est certes pas A Tale of Thousand Stars qui va changer mon opinion à son sujet. J'ai beau me forcer, je ne lui trouve décidément aucun charisme. Il jouerait dans n'importe quel drama d'action, ok je ne dis pas, sans doute aurait-il sa place. Mais là on parle d'une romance, le minimum serait qu'il dégage un peu quelque chose, à défaut d'une réelle alchimie entre les acteurs. Le pire c'est que j'ai l'impression qu'il ne sait pas trop comment jouer les émotions autrement qu'en soupirant. Il soupire quand il est agacé, il soupire quand il est triste, il soupire quand il hésite, il soupire quand il est timide... Bref, à la fin je n'entendais plus que ses soupirs, au point qu'ils ont fini par m'obséder comme le feraient les crissements des ongles sur un tableau. Bon, pour être tout à fait honnête avec lui et parce que je suis une gentille fille, j'étais à l'affût de tous les points positifs que je pouvais lui trouver, et c'est vrai qu'il s'améliore dans les deux derniers épisodes où il devient un peu plus touchant et crédible dans ses émotions, la preuve je ne l'ai entendu soupirer que 3 fois. Quant à Mix Sahaphap Wongratch qui interprète Tian, je n'irais pas jusqu'à affirmer que c'est un excellent acteur, sa palette d'émotions est plutôt réduite elle aussi (il faut admettre que son personnage n'est pas censé danser de joie), mais contrairement à son partenaire, il est charismatique et émouvant, donc on va dire que ça rattrape le truc surtout que cela semble être son premier vrai rôle . Enfin, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir un réel talent et là encore un certain charisme, chez l'acteur Khaotung Thanawat Ratanakitpaisan qui joue ici un rôle secondaire. En bref, tout le contraire de sa présence désastreuse dans le très oubliable "TonhonChonlatee", où il interprétait la 2ème moitié dudit titre. Espérons qu'après A Tale of Thousand Stars, on lui offrira plus de boulots à sa mesure. Quant au reste du casting (villageois, militaires, etc.) ils s'en sortent relativement bien, en tout cas je les ai trouvés plutôt naturels, même les gamins. Et cerise sur le gâteau pour les habitués des BL, on peut reconnaître le fameux Noh de Love Sick qui joue le meilleur ami du héros, et à la toute fin l'evil bitch de TonhonChonlatee, tous deux également dans des rôles secondaires.

Comme d'hab, on a aussi droit à des scènes ridicules de placement de produits, où la caméra s'attarde bien trop longtemps sur l'étiquette de divers(e)s chips / boissons / savons (barrez les mentions inutiles) dont nos personnages font usage, mais par chance ça arrive un peu moins souvent que dans d'autres BL Thaï, franchement on a vu pire et ça reste supportable. Peut-être parce que cette série et son cadre s'adressent à un public plus large et moins influençable que les adolescentes que l'on cible d'ordinaire ? Ou bien parce qu'il est difficile de placer des scènes visant à promouvoir du mascara quand les villageoises n'ont même pas l'eau courante ? Mystère...

En tout cas, je ne regrette pas d'avoir découvert ce drama. L'intrigue plus grave et plus adulte nous change des niaiseries habituelles, sans compter qu'on nous offre de très beaux paysages. Quant à l'acteur principal, il est quand même convaincant et parvient à nous attendrir malgré son jeu plutôt réduit (mais comme je l'ai dit, je pense que c'est son rôle qui veut ça) et je serais vraiment emballée de le voir dans d'autres productions. L'intrigue est suffisamment sympathique pour nous faire oublier ses quelques longueurs, le contexte général est bien développé, et aucun personnage n'adopte de comportement problématique du genre à diviser l'opinion. Bref, une belle histoire qui vaut la peine d'être visionnée, ne serait-ce que pour encourager la nouvelle direction prise par les productions BL thaïlandaises, en espérant qu'ils poursuivront dans leur volonté de diversifier leur offre.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Derrière ton sourire
3 personnes ont trouvé cette critique utile
mars 13, 2022
19 épisodes vus sur 19
Complété 4
Globalement 6.5
Histoire 6.5
Acting/Cast 6.0
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 4.5
Cette critique peut contenir des spoilers

Intrigue pas trop mal mais sans plus, héroïne insupportable

J'aime bien les dramas taïwanais parce je leur trouve souvent un petit je-ne-sais-quoi en plus qui les différencie de leurs voisins asiatiques. Que ce soit la modernité du propos (Love Is Science ?), l'originalité du scénario (Lost Romance) ou le jeu d'acteur (We Best Love), je suis rarement déçue par ces histoires qui, même si elles n'évitent pas toujours certains clichés, savent tout de même retenir notre attention et sont assez addictives, en plus d'avoir une certaine ouverture d'esprit qu'on ne trouve pas forcément chez les chinois (relations homosexuelles ou femmes fortes et indépendantes, par exemple). Et puis il faut reconnaître que les Taïwanais nous offrent de VRAIS baisers, même s'ils sont rares au moins on voit leurs lèvres bouger un minimum et c'est pas très courant dans les dramas.

Je me suis laissée tenter par Behind Your Smile ("Derrière ton sourire" sur Viki) juste parce que j'ai craqué sur le canon Marcus Chang, vu dans Lost Romance. Il me fait vachement penser au boss mafieux Tang Yi dans History 3: Trapped, il aurait d'ailleurs été idéal pour ce rôle, mais il faut reconnaître que de son côté Chris Wu a déjà fait de l'excellent boulot donc on va pas se plaindre. Bref, tout ça pour dire que c'est pour l'acteur que je me suis lancée dans cette série, et c'est justement parce qu'il y était que j'ai supporté de la regarder jusqu'à la fin.

Il s'agit d'une histoire assez cliché de revanche et d'amour, déjà vue dans de nombreux dramas asiatiques et qui ne s'éloigne pas vraiment des codes attendus. Zhao Yi Ting est un homme d'affaire froid et strict sur le point de se venger de Lin Man, une business woman responsable de la ruine de sa famille et de la mort de son père. Celle-ci prend la fuite, tandis qu'au même moment, sa fille Lei Xin Yu revient à Taïwan et se retrouve plongée dans la dèche à cause des charges qui pèsent sur sa mère. Evidemment elle ne comprend rien à ce qui se passe, ignorant tout des malversations de sa génitrice, et elle va trouver du soutien auprès de Zhao Yi Ting qui espère secrètement savoir où se cache Lin Man afin d'obtenir enfin justice. Le coeur du héros va se trouver chamboulé par l'arrivée de cette pure, naïve, innocente, gentille fifille qui n'était pas prévue dans ses plans.

Alors l'intrigue, comme dit plus haut, n'apporte pas de nouveauté dans le paysage des dramas de vengeance / amour. Je n'ai rien contre les clichés, tout dépend de la manière dont ils sont amenés et traités. Certains peuvent être très bien exploités, sauf que là ce n'est pas vraiment le cas et on peut clairement passer à coté de celui-là. Bien sûr le visionnage n'était pas une torture, mais il y avait beaucoup de longueurs inutiles et aucun rebondissement vraiment surprenant. Je dois quand même souligner la qualité de la bande-son, parce qu'elle était sympa comme tout, et le fait qu'une partie de l'intrigue se déroule dans une ferme intéressera une partie de l'audience lassée des dramas urbains. Enfin, les génériques de début et de fin sont visuellement très chouettes. A part ça, tout le reste est oubliable.

Ma plus grosse déception concerne l'héroïne. Afin d'accentuer le contraste avec le héros froid et dégouté de la vie, le scénario l'a prévue pure, naïve, bienveillante, dotée d'une confiance confinant à la bêtise envers les gens. Elle vient d'un milieu privilégié et protégé, et se retrouve plongée malgré elle dans la galère, obligée de se débrouiller seule (enfin pas complètement, grâce aux machinations du héros toujours là pour garder un œil sur elle et lui fournir un toit et du boulot), le problème c'est qu'en voulant la rendre attachante et émouvante, elle en devient tellement gnangnan qu'elle est insupportable. Et comme en plus l'actrice joue un peu comme un pied, ça n'arrange pas les choses. Au lieu de vouloir la prendre dans ses bras pour la consoler, on a envie de la secouer et je comprends parfaitement la haine de l'evil bitch (l'ex du héros) qui la déteste depuis le lycée. En la voyant gonfler des joues pour faire genre "chuis choupinou", ou avoir des larmes aux yeux, sourire bêtement ou geindre tellement la vie c'est trop dur mais faudrait quand même pas se débrouiller seule et se battre en vrai, bah moi aussi je ressentais de l'agacement. Dégoulinante de gentillesse, d'optimisme et de mignonnitude, crédule au point qu'on se demande si elle fait exprès d'être conne (au bout d'une dizaine d'épisodes, elle n'a toujours pas compris le lien entre le héros et la ferme ???), sans fierté, jamais en colère plus de deux minutes et pardonnant tout alors qu'elle a toutes les raisons de se barrer en envoyant au diable ceux qui l'ont utilisée (les personnages féminins trop obéissantes dès que le héros protecteur ordonne, ça m'éneeeerve à un point !!!!), bref, on a du mal à se projeter dans ce personnage qui n'est ni crédible, ni interprété correctement. Peut-être qu'une actrice plus douée l'aurait rendue moins énervante, je sais pas, mais bon le mal est fait.

Après je ne dis pas que Marcus Chang fait de l'excellent travail, j'avoue que je l'ai trouvé plus inspiré dans Lost Romance. On ne croit pas tellement à son rôle de manipulateur sans émotions et uniquement motivé par la vengeance (malgré ses doutes, il a l'air trop sympa et il se dégèle assez vite avec l'héroïne), toutefois il est moins agaçant et même si certains de ses agissements sont à la limite du toxique, vu son passif on comprend mieux ses raisons et ses réactions.

D'autres points du drama ne sont pas géniaux non plus, c'est dommage parce que sans ça l'histoire aurait peut-être été plus étoffée, donc plus appréciable :
- Sur Mydramalist, on nous informe dans les tags qu'il va y avoir des couples multiples. C'est faux. La seule vraie histoire d'amour est celle du couple principal. La fin du dernier épisode suggère qu'il y a matière à construire deux autres romances qui sont juste ébauchées (et encore, rien n'est sûr). C'est frustrant, parce qu'il faut quand même se taper 19 épisodes de 1h15 avec pas mal de scènes inutiles, et que s'ils avaient pris la peine de développer pour de vrai ces romances secondaires, le temps aurait passé plus vite. Et le drama aurait été plus passionnant.
- La meilleure amie qui commence à éprouver elle aussi des sentiments pour le héros : désolée, mais ça sert à rien, surtout que ça n'a aucune incidence sur l'intrigue. Ridicule.
- La compagne de cellule qui prend la défense de l'héroïne devant l'evil bitch : elle sert à rien non plus. On croit qu'on va faire quelque chose de ce personnage qui a tout pour devenir intéressante, peut-être une alliée de l'héroïne, sauf qu'on la revoit cinq minutes dans deux épisodes ultérieurs et c'est tout. Ca crée des attentes pour rien et c'est con.
- Le petit voleur de la ferme qui devient employé : il sert pas à grand-chose non plus. Ok il est sympa et attachant, mais vu qu'on le voit pas beaucoup et que son rôle sert juste à être témoin d'un truc qu'il va ressortir à un moment, c'est du gâchis de personnage, là encore on crée des attentes pour rien concernant un gars qu'on aimerait voir plus développé.
- La vétérinaire grincheuse : aussi un gâchis de personnage. Pas assez étoffée, du coup pas très attachante, et à la fin j'ai toujours pas compris si elle appréciait l'héroïne ou si elle ne pouvait pas la piffer.
- Pourquoi mentionner que le frère du héros est son frère adoptif ? Aucun intérêt, à moins de vouloir construire une intrigue spécifique sur son éventuelle identité cachée. Or là, rien de tel. Il a été adopté, point. Autant en faire son frère biologique tout court, vu que ça ne change rien au schmilblick.

Bref, je n'ai pas tellement apprécié l'histoire, que j'ai regardée uniquement pour l'acteur principal. Héroïne neuneu à claquer, des longueurs qu'ils auraient mieux fait de combler en étoffant le contexte et les personnages secondaires, plusieurs trucs inutiles qui génèrent des attentes pour rien... Et vu qu'on a compris dès le début que le héros est tombé amoureux quasiment au premier coup d'œil, bah il n'y a pas vraiment de tensions qui font battre notre cœur, la seule question en suspens est de savoir comment l'héroïne va réagir quand elle va apprendre la vérité sur son chéri, et même ça c'est assez décevant. Après, je ne peux décemment pas mettre une trop mauvaise note parce qu'il y a quand même eu un petit effort sur le scénario, qui tient debout malgré son manque d'originalité, et l'histoire d'amour est plutôt mignonne, mais bon, ça casse pas des briques et on peut vraiment s'en passer. Si vous êtes fan du sexy Marcus Chang, regardez plutôt Lost Romance, il s'en sort mieux et il y est plus rigolo.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Kieta Hatsukoi
3 personnes ont trouvé cette critique utile
janv. 30, 2022
10 épisodes vus sur 10
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 7.5
Acting/Cast 6.5
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 7.5

Mignon

Les critiques étant assez bonnes sur ce BL japonais, je me suis dit qu'il fallait que je regarde.

J'ai bien aimé l'histoire, elle est light tout en restant très sympathique. Le malentendu de départ est complètement con mais dans le sens rigolo "je lève les yeux au ciel avec le sourire aux lèvres" (on ne verrait jamais ça en vrai, mais c'est suffisamment réaliste pour qu'on y croie), certains situations sont amusantes et comme l'ont déjà précisé d'autres personnes, tout le monde est bienveillant. Mais si rien n'est réellement dramatique, l'intrigue sait montrer les doutes des personnages et l'évolution de leurs sentiments de manière crédible. Et pour le coup, on retrouve bien une atmosphère à la "yaoi", qu'il s'agisse du cadre lycéen ou les particularités du scénario, je ne saurais pas trop comment l'expliquer, mais bon c'est japonais c'est normal qu'on ressente cette ambiance plus que dans les BL des voisins, j'ai envie de dire.

Bien que j'aie apprécié l'histoire, je rechigne néanmoins à mettre davantage que 7/10, pour une raison toute simple : j'ai toujours un peu de mal avec le jeu des japonais - ou du moins dans les BL, parce que je doute que ce soit comme ça tout le temps. Enfin bref selon moi les réactions du héros sont exagérées et ça manque de subtilité. Nous montrer des personnages grimaçants pour nous faire comprendre leurs sentiments, ou la voix off du héros pour nous indiquer ce qu'il pense au même moment, dénote parfois un manque d'inventivité des scénaristes et c'est dommage parce que c'est le genre de choses qui me fait sortir un peu de l'histoire, ce n'est pas ce que je cherche dans une romance puisque j'en regarde pour ressentir des émotions, tandis que cette mise à distance va les parasiter. A titre d'exemple, je viens de regarder un BL Thai où justement, une scène m'a complètement fait rentrer dedans : deux étudiants rivaux viennent de retrouver une ancienne camarade de classe ; le 1er craint que le 2ème soit lui aussi attirée par elle, et pour éviter les biais de réponses, il propose à l'autre de se révéler en même temps, après avoir compté jusqu'à 3, s'ils sont amoureux d'elle ou pas. Il est soulagé en entendant son rival répondre "non". Le second en revanche, en entendant le 1er répondre "oui", doit se détourner pour cacher ses larmes. Pas besoin de plus pour nous faire comprendre qu'il est amoureux du 1er depuis le début, ce qu'il ne dira jamais vraiment à voix haute d'ailleurs. Voilà le genre de subtilité qui manque un peu dans les BL japonais que j'ai vus dernièrement, et que j'aurais aimé voir dans Kieta Hatsukoi. A part ça, comme je l'ai dit plus haut, ça reste quand même une histoire sympathique et agréable, qui nous laisse le sourire aux lèvres.

En conclusion, un BL idéal pour passer un moment doudou sans prise de tête.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Zhi Bi
2 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 13 jours
24 épisodes vus sur 24
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 8.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 7.0

Une mini-série étonnante qui brise les clichés

Depuis quelques temps je suis curieuse de ces mini-dramas d'une vingtaine d'épisodes qui ne durent que 10 minutes. Ce format court exploite bien souvent des scénarios très convenus, mais offre aussi à l'occasion quelques bonnes surprises qui démontrent une prise de risque assez sympathique. Ce drama nous dépeint une héroïne très étonnante pour un drama chinois. Elle est égoïste, déterminée et indomptable, et fait toujours ce qu'on n'attend pas d'elle. Après avoir découvert qu'elle était l'antagoniste d'une romance très clichée dans laquelle son destin est de mourir après avoir bien pourri la vie de sa gentille soeur, elle refuse d'accomplir les actions dictées par le "Fortune Writer" et décide de tout faire pour choisir son chemin sans jamais perdre sa détermination, même si ça signifie trahir l'homme qu'elle aime s'il le faut. Au diable les sacrifices pour un bien-aimé, rien à battre de la rédemption, l'histoire lui déplaît et tant pis si ça fait d'elle un personnage trop normal pour mériter le statut d'héroïne. De par sa normalité, l'acceptation de ses qualités et de ses défauts, l'absence de faux-semblants (elle assume pleinement qui elle est), elle estime avoir le droit au bonheur et elle a bien raison. On la voit mentir, tricher, menacer, manipuler, ce qui donne quelques sueurs froides à l'écrivain qui voudrait la soumettre. Elle ne perd jamais son objectif de vue et parvient à l'atteindre à sa manière. Le talent de l'actrice, qui nous offre une protagoniste haute en couleur comme on en voudrait plus, la rend très attachante malgré son caractère de parfaite anti-héroïne. Elle se bat de toutes ses forces pour survivre et c'est pour ça qu'on l'aime.

Dans la plupart des histoires de transmigration, de tentatives de déjouer le destin ou autres retours dans le passé, la censure chinoise passe par-là et empêche les protagonistes d'avoir une fin différente de ce qui était prévu. Ce drama critique ce système sans vergogne, saisissant tous ces clichés barbants pour en prendre le contrepied et nous montrer qu'une histoire différente, avec des personnages simplement humains débarrassés de leurs personnalités lisses et stéréotypées, peut être tout aussi intéressante.

Certes, l'histoire semble un peu brouillon par moment, on voit clairement que c'est une production à petit budget, et le thème initial (la protagoniste qui se rend compte qu'elle est un personnage de fiction) n'est pas nouveau, mais l'intelligence du scénario et encore une fois, le talent de l'actrice principale compensent aisément ces défauts. C'est un drama étonnant dans le paysage des séries chinoises actuelles, le pied de nez au cahier des charges est une prise de risque inattendue mais ça fonctionne. J'espère que ça ouvrira la porte à de nouvelles histoires qui sauront s'éloigner des sentiers battus, Et des héroïnes comme celle-là, j'en redemande.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Step by Step: Uncut Version
2 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 19, 2023
12 épisodes vus sur 12
Complété 4
Globalement 8.5
Histoire 9.0
Acting/Cast 8.0
Musique 8.5
Degrés de Re-visionnage 8.0

Un bon BL, hélas sous-évalué

Il y a déjà un bon nombre de critiques de ce drama sur la fiche MDL de la version standard, mais comme j'ai directement visionné la version Uncut il est plus logique de poster ma review ici, quoique j'ignore s'il y a vraiment des différences entre les deux versions.

Alors bon, soyons clairs : ce n'est pas forcément le drama du siècle mais j'ai trouvé qu'il se démarquait pas mal des habituels BL Thaï, et dans le bon sens. C'est pourquoi je ne comprends pas trop pourquoi il a eu de si mauvaises évaluations et critiques dans le forum, mais tous les goûts sont dans la nature. C'est sûr qu'ici, le héros n'est pas un neuneu coincé tête-à-claques qu'il faut sauver toutes les deux minutes, et qui se fait manipuler comme un idiot par le bad boy dominateur du campus qui gère déjà 15 sociétés alors qu'il a à peine 21 ans et qui est une star pilote de course par dessus le marché. Si ce résumé crétin vous rappelle Love In The Air c'est voulu. Maintenant qu'on sait ce que le drama n'est pas, voyons ce qu'il est.

Le héros Pat est un employé récent dans le service marketing d'un grand groupe, dont ses collègues profitent aisément parce qu'il est nouveau et qu'il n'ose pas dire non. Son nouveau manager M. Jeng est le fils du PDG du Groupe Jiang, appelé à lui succéder un jour, et il dispose d'une année pour prouver à son père que le service est rentable, car ce dernier préférerait fermer ledit service marketing pour externaliser cette compétence. Malgré ses dehors parfaits, Jeng n'est pas très apprécié des membres de son service, notamment parce qu'il semble manquer de souplesse et a du mal à déléguer (et aussi parce qu'il est le fils du patron, on ne va pas se mentir). Petit à petit Pat va apprendre à se faire confiance, à dire non et à prendre des responsabilités, quant à Jeng il va apprendre à déléguer et chercher à s'améliorer pour se faire apprécier de son équipe. Ils vont se rapprocher et tomber amoureux. Il est vrai que la romance met du temps à s'installer et c'est une des principales critiques qu'en ont fait les spectateurs. Même si on comprend assez vite que Jeng est tombé sous le charme de son subordonné, leur histoire d'amour ne commence réellement que dans le 10ème épisode, ce qui a pu frustrer une partie de l'audience l'ayant visionné au rythme de sa diffusion hebdomadaire. Pour les autres qui, comme moi, auraient décidé de le regarder à la suite une fois la diffusion terminée, l'impatience n'a pas vraiment lieu d'être car il se passe quand même pas mal de choses et ce BL ne se résume pas à sa seule romance. D'une part parce que l'intrigue se déroule dans un contexte professionnel, on voit l'équipe bosser sur des projets et s'impliquer au quotidien, d'autre part parce que l'histoire détaille un minimum ses personnages secondaires en leur offrant des motivations, personnalités et enjeux qui, même s'ils ne sont pas super développés, suffisent à donner de l'épaisseur à ce drama, contrairement à plein d'autres bouses que je ne citerai pas. Ae l'amie du héros se questionne sur la maternité et le mariage, Chot son collègue qui vit une relation depuis plusieurs années avec son boyfriend, souffre que ce dernier n'aie pas encore osé avouer son homosexualité à ses parents, Jaab le frère de Jeng ne sait pas trop où il en est de ses sentiments pour son collègue Jen... Quant aux protagonistes, ce n'est pas parfait dès le départ, ils font des erreurs et ils vont aussi devoir faire face à leurs défauts pour évoluer dans le bon sens. En somme, une galerie de personnages assez fouillés et attachants pour la plupart. Enfin, pour revenir sur la lenteur avec laquelle la romance se développe, j'ajouterai que ce n'est pas un défaut pour moi dans la mesure où elle prend le temps de s'installer de façon logique, tout comme la confiance entre les personnages. Le titre est donc bien choisi.

Les musiques sont sympathiques et rarement répétitives, les décors sont agréables et on voit qu'il y a du budget, tant dans le cadre professionnel que les demeures ou décors extérieurs. L'intrigue et les dialogues sont généralement intelligents et adultes, les sentiments et hésitations qu'ils ressentent sont crédibles (sauf Pat et j'y reviendrai plus tard). J'ai également apprécié la longueur des épisodes qui avoisinent 1h15, à l'exception du premier qui dure une cinquantaine de minutes et le dernier qui s'approche de 1h45. Je ne me suis pas ennuyée parce qu'il se passait toujours quelque chose, ce n'était pas vraiment répétitif et on voyait quand même l'évolution des sentiments entre les personnages et leurs doutes, même si c'était présenté de manière subtile. On note aussi des références régulières au monde du BL (recrutement d'un couple célèbre pour interpréter le film promotionnel du projet qu'on vient de confier à l'équipe, certains acteurs déjà vus dans Lovely Writer...). L'utilisation des réseaux sociaux pour promouvoir une marque, si elle n'est pas spécialement originale car déjà vue dans d'autres dramas, est ici bien développée et reste intéressante notamment pour les spectateurs qui ne viennent pas d'un domaine commercial ou marketing. Enfin, le jeu des acteurs est généralement bon, à quelques exceptions près.

Et c'est justement là que le drama a quelques manques pour moi, car si le personnage de Jeng a une attitude assez sobre, posée, et un jeu intériorisé qui parvient vraiment à nous émouvoir à certains moments (et je rajoute que l'acteur a une classe folle... et des jambes aussi interminables que sexy !), le jeu de Pat aussi bien que son personnage ne m'ont pas réellement convaincue. C'est vrai que pour la plupart, ils sont tous relativement débutants surtout notre héros, et j'ai trouvé qu'il manquait souvent de naturel. D'autre part il lui arrive régulièrement d'être puéril dans ses réactions et il m'a assez vite agacée, d'autant qu'on le voit souvent pleurnicher dès que les choses ne vont pas comme il veut ou qu'il ne sait pas comment les gérer. Je trouve énervante cette manie de différencier les "seme" des "uke" en montrant ces derniers comme des pleureuses infatigables, pas besoin de les rendre émotifs au moindre problème pour les rendre attachants ou pour que l'audience féminine se projette plus facilement. Personnellement, je ne me reconnais pas dans ce genre de personnages, d'autant que ses réactions sont parfois trop directes au risque de couper net une relation qui aurait mérité un minimum de discussion. Bref je l'ai trouvé cucul, mais comme son attitude évolue et qu'il prend conscience de ses erreurs, je dirai qu'au moins sur ce point il y a une amélioration bienvenue au fur et à mesure, et que ça rattrape un peu son personnage. En outre, même s'il est nouveau dans l'industrie du BL, les scènes intimes qu'il partage avec Jeng sont relativement naturelles (quoi que soft sur le plan sexuel, c'est davantage suggéré que montré) et leurs baisers sont plutôt sympathiques. En gros on attend longtemps qu'ils se bécotent, mais quand ça arrive enfin, on n'est pas déçu. Enfin, les personnages sont à l'aise avec leur homosexualité et le drama évite le cliché énervant du "gay for you".

Comme autres points négatifs, je citerai également le placement de produits qui manque parfois de subtilité, et la frustration que j'ai ressentie à ne pas voir la relation de Jaab et de Jen aboutir à quelque chose de concret, déjà à la base leur histoire n'est pas passionnante et elle se termine en queue de poisson (peut-être y'a-t-il un projet de spin-off les concernant ?) donc on nous donne un peu l'eau à la bouche pour rien. Mais l'acteur interprétant Jaab a beaucoup de charisme, j'espère le revoir dans d'autres productions (petit détail au passage : sa ressemblance avec Vegas dans KinnPorsche m'a carrément frappée). Toutefois ces défauts que j'ai relevés ne m'ont pas empêchée de beaucoup apprécier ce drama et j'avoue que j'ai enchaîné les épisodes sans problème.

En résumé, c'est un BL construit intelligemment, qui nous offre un contexte et des personnages fouillés capables de chercher des solutions aux problèmes qu'ils rencontrent et qui ont l'occasion d'évoluer, l'histoire d'amour est tendre, romantique et pas neuneu, elle se construit avec logique et surtout, elle est relativement mature. Malgré le personnage de Pat qui m'a un peu déçue, j'ai passé un super moment devant ce drama qui prend le temps de poser des situations présentant un minimum d'enjeux et de complexité, et de travailler ses personnages secondaires. C'est vrai que le format hebdomadaire peut frustrer une audience impatiente de voir la romance se concrétiser, donc c'est le genre de BL à conseiller surtout aux spectateurs patients qui ne craignent pas d'attendre la fin de sa diffusion pour savourer cette histoire dans son entièreté.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Oh! My Sunshine Night
2 personnes ont trouvé cette critique utile
oct. 25, 2022
18 épisodes vus sur 18
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 7.0
Musique 5.5
Degrés de Re-visionnage 5.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Bof... Quelques moments sympas, mais très dispensable

Il faut vraiment que je me décide une fois pour toutes à regarder des séries d'une seule traite après la sortie de tous les épisodes, parce que ce drama est l'exemple parfait qu'attendre une semaine pour découvrir la suite d'une histoire pas très passionnante à la base, génère une réelle baisse de motivation et d'implication. Parce que oui, ce drama n'est pas super folichon, ça commence plutôt bien avec une intrigue universitaire qui ne vole certes pas très haut mais plutôt mignonne et qui se suit sans déplaisir, pour basculer vers quelque chose de plus orienté "thriller" avec un peu de suspense et (très peu) d'action. En soi ce n'est pas spécialement gênant mais ce n'est pas super bien agencé, et on a des moments très longs et très chiants où il ne se passe pas grand-chose, ce qui attise l'impatience de l'audience. Mais il ne faut pas pousser non plus, on a déjà vu bien pire et je ne suis pas d'accord avec toute cette partie des critiques sur le forum qui, dès lors que l'un ou l'autre a commencé à se plaindre de la stupidité du scénario (depuis quand les BL sont censés être des chefs-d'œuvre de philosophie ?), se sont mis à cracher sur le drama comme une meute de hyènes incapables de faire la part des choses. Alors là, c'était open bar, et après avoir bien descendu le scénario et la tournure un peu différente vers le milieu, c'était au tour du nombre d'épisodes qui ont été rajoutés par la production (16 épisodes étaient prévus, pour finalement se trouver au nombre de 18 à la dernière minute). J'ignore ce qui a engendré ces changements et je comprends qu'on puisse être impatient d'arriver à la fin quand on s'ennuie, mais bon, si on veut vraiment être objectif, cette série a bien sûr de nombreux défauts, mais aussi quelques moments sympas et des qualités qui rehaussent un peu le niveau.

Car bien que plutôt mal fichue en ce qui concerne les rebondissements amenés après l'épisode 10, il faut reconnaître que cette nouvelle orientation plus policière apporte une certaine nouveauté à une intrigue universitaire qui avait tout pour être des plus classiques. Une volonté de se diversifier certes maladroite, qui tente sans doute de surfer sur la vague des nouveaux BL tels que Manner of Death de façon plutôt bancale, mais hé ! si c'est tiré d'un bouquin et qu'ils l'ont adapté tel quel parce qu'ils ne pouvaient pas l'amputer d'une partie importante de l'intrigue, on ne va pas leur jeter la pierre non plus, et au moins ça a le mérite de nous changer un peu des BL vus et revus.

Autre avantage que j'ai trouvé à cette histoire : certains acteurs m'ont agréablement surprise. Celui qui incarne Rain, par exemple, est diablement plus sexy et intéressant que dans le très médiocre "Nitiman" où il était loin d'être au top. Cela m'a d'ailleurs apporté une constatation toute bête, à savoir que maintenant que les BL commencent à être plus nombreux et variés depuis leur démarrage tâtonnant, bénéficiant désormais de quelques années de recul, nous avons l'occasion de suivre l'évolution de certains acteurs très nuls ou sans aucun charisme à leurs débuts, mais qui gagnent en maturité et en sobriété au fur et à mesure qu'ils prennent de l'expérience et surtout de l'âge. Celui qui incarne son love interest, Phayu, est quant à lui bien mimi. Bon perso je l'ai trouvé assez ahuri et coincé durant tout le drama, son jeu manque sérieusement de variations, mais vu qu'il a bien plu à pas mal de monde, j'imagine qu'il se verra offrir sans soucis de bonnes occasions de progresser au niveau de ses expressions faciales.

Pour continuer sur le sujet des points positifs, aucun des couples n'a présenté de moments ou de comportements problématiques. Et d'ailleurs, nous avons droit à trois romances ainsi que deux "couples en phase de formation" si je puis le dire ainsi, alors oui ces deux dernières histoires sortent un peu de nulle part dans les 2 derniers épisodes, mais au moins les deux amoureux transis ne resteront pas longtemps laissés pour compte, et le nombre de romances me fait dire qu'on a pas complètement perdu son temps. D'autant que les couples se forment à des moments différents, permettant de maintenir un peu d'intérêt pour cette histoire globalement assez barbante.

Alors concernant les romances, justement, je dois avouer qu'à partir de l'épisode 10 je me suis complètement désintéressée des couples principaux. Celui formé par Kim et Sun, les deux héros, est vite devenue répétitif et m'a lassée au point que lorsqu'ils se sont embrassés pour de bon, j'étais bien tentée de faire avance rapide. C'est bien exécuté, mais ça arrive après des scènes plutôt ennuyeuses et gnangnan, du coup on n'en a plus rien à foutre. Je n'ai d'ailleurs aucun intérêt pour les histoires d'amour entre des personnages qui se sont connus dans leur enfance, les questions de destinée me laissant relativement indifférente, et ce point-là m'a presque faite ronfler tellement le cliché est éculé. Fluke (Sun) est pourtant à l'aise et naturel dans son jeu ce qui est assez rare dans les BL, et ça au moins c'est appréciable même s'il ne fait pas grand-chose d'autre qu'arborer un sourire tout mignon, pleurer ou se tenir le cœur parce qu'il est en train de faire une énième crise, quant à Ohm (Kim) il est fidèle à lui-même, un très joli robot-ténébreux (appréciez le jeu de mots) pas très expressif mais bon il reste charismatique et agréable à regarder. La romance formée entre Rain (le frère de Kim) et Phayu (le fils du fidèle domestique) m'a davantage faite vibrer, mais là encore elle m'a vite lassée, pour la simple et bonne raison qu'elle se concrétise dans l'épisode 10 et qu'après ça les deux persos ne partagent plus vraiment de scènes ensemble étant donné la tournure du scénario, de ce fait leurs retrouvailles ne m'ont fait ni chaud ni froid.

Par contre ce qui m'a fait tenir jusqu'à la fin, et je l'avoue sans honte, c'est la troisième romance formée par Pie et Petch. A la base j'aime énormément le trope "enemies to lovers", ou "rivalry to love" dans ce cas précis puisque les deux personnages sont censés être amis, même s'ils n'arrêtent pas de se friter et que ça dégénère sérieusement. Et quand on passe son temps à souffler d'impatience devant le couple principal en attendant juste les scènes d'un couple très secondaire, c'est que quelque part, il y a un problème. Quoi qu'il en soit j'ai adoré leur histoire, pas très originale pour les habitués mais je m'en fous tant que ça fait le job, et ça le fait même carrément. Il m'a quand même fallu revisionner toutes leurs scènes depuis le début pour comprendre leur dynamique, d'une part parce qu'elles sont peu nombreuses et on a même quelques épisodes où ils n'apparaissent pas du tout, d'autre part parce que l'acteur qui incarne Pie est assez catastrophique. Le cliché "enemies to lovers" nécessite une certaine subtilité pour que l'audience comprenne un minimum que derrière les disputes et la colère de façade, se cachent des sentiments plus complexes. Ce n'est pas forcément à la portée des débutants, et Pie ne s'en sort pas bien. Sans un nouveau visionnage, et mes tentatives (désespérées) d'interpréter leur dynamique au travers de dialogues pas toujours très clairs, je n'aurais pas capté grand-chose et même encore maintenant, il m'est difficile de déterminer avec certitude si Pie est vraiment amoureux de Kim mais qu'il commence à se sentir troublé par Petch, s'il croit aimer Kim parce qu'il refuse d'admettre ses sentiments pour Petch, ou s'il fait juste semblant pour le blesser et le pousser à révéler ses vrais sentiments. En revanche Petch est beaucoup plus facile à comprendre : d'accord il est assez impassible parce que c'est son personnage qui veut ça, mais ses yeux sont très expressifs et dès le début, l'amour douloureux qu'il éprouve secrètement pour Pie est évident pour les spectateurs. Je m'attendais à une résolution assez décevante de leur histoire, et là, Bam ! on a droit à une scène d'émotion bancale (je le répète, l'acteur incarnant Pie & ses dialogues sont à chier), mais qui a réussi à me serrer le cœur et à me surprendre justement parce que les sentiments de Petch, que ce dernier ne peut plus cacher, sont exprimés avec suffisamment de retenue et de justesse pour être crédibles. Il a l'air d'un petit animal blessé et j'ai franchement eu envie de le consoler et de le cajoler. Ou alors c'est juste un coup de cœur irrationnel de mon côté, je ne sais pas, mais personnellement j'ai trouvé cette scène très touchante et ça m'a fait oublier qu'elle était à moitié gâchée par Pie, celui-là étant aussi mal à l'aise dans les dialogues que dans sa façon d'embrasser (ce qui se voit hélas comme le nez au milieu de la figure). Bref, j'étais en train de m'endormir devant le drama quand ce moment précis m'a fait l'effet d'un électrochoc, ravivant d'un coup mon intérêt déclinant. Et là, je me suis dit que je devais absolument suivre l'acteur Kan Krittikorn, chose qui ne m'arrive jamais (quand j'aime bien un acteur, je suis juste contente de le revoir, ça ne veut pas dire que je vais suivre tout ce qu'il fait et puis j'ai passé l'âge de ces conneries), parce que même si son jeu n'est pas très varié, dans cette scène il parvient à être émouvant et je trouve qu'il a du potentiel. L'autre aussi, hein, il ne faut pas désespérer, et comme évoqué plus haut, avec le temps ce garçon acquerra peut-être cette subtilité qui lui manque. Quoi qu'il en soit c'était une jolie découverte, et j'espère sincèrement que Kan Krittikorn se verra offrir des rôles dans d'autres BL et des scènes plus conséquentes. Et pour finir sur ce couple, parce que je me rends compte que le paragraphe consacré à leur schmilblick est sacrément plus long que tout ceux portant sur les autres aspects du drama, leur romance qu'on décrirait pourtant comme jouée avec les pieds rattrape un peu tout le reste, et même si je suis très déçue qu'une fois passés à l'acte on ne voie pas leur relation se développer (il faut bien conclure le thriller dans les temps), elle est la seule raison pour laquelle j'ai donné une note aussi bienveillante.

En conclusion, c'est un BL tout à fait dispensable, absolument pas original, qui manque un peu d'âme et qui est limite chiant à certains moments. Le scénario a d'ailleurs de nombreuses lacunes, ou est parfois complètement absurde. La musique est trop répétitive, ils nous sortent la même mélodie à chaque moment un peu intense. Tout ça est finalement très paresseux. Les fans du couple OhmFluke en tireront peut-être une satisfaction, mais ils feraient mieux de revoir Until We Meet Again, où leurs personnages nous font davantage battre le cœur et bénéficient d'une intrigue qui tient mieux la route. Néanmoins, on a déjà vu des BL beaucoup plus crétins et toxiques que celui-là, et il ne faut pas oublier que si la diversification des BL nous donne désormais des attentes plus élevées, cette période de transition demande encore un peu de patience envers leurs qualités fluctuantes. Le changement de direction au milieu de l'histoire ne fonctionne pas très bien parce qu'il est bancal et génère des longueurs inutiles, mais en même temps il a le mérite d'exister et d'amorcer quelques différences par rapport aux dramas universitaires habituels. Plusieurs romances se concrétisent, et bien qu'elles restent légères et qu'on ait droit à une seule scène de bisous et d'intimité par couple, c'est plutôt appréciable. Certes ça ne vole pas très haut, mais ça reste très romantique dans son ensemble. Enfin, on a le plaisir de redécouvrir l'acteur incarnant Rain plus sexy que dans Nitiman, son alchimie est d'ailleurs plus intéressante avec le beau gosse qui interprète Phayu, en espérant les revoir dans d'autres dramas. Et surtout, last but not least, il y a mon petit chou Kan Krittikorn, mon coup de cœur dont la brève scène d'émotion justifie à elle-seule le plaisir coupable que j'ai eu à mater ce drama, et celui-là personne n'a le droit d'y toucher. Vous êtes prévenus.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
We Best Love: Fighting Mr. 2nd
3 personnes ont trouvé cette critique utile
juin 3, 2021
6 épisodes vus sur 6
Complété 2
Globalement 7.0
Histoire 5.5
Acting/Cast 9.0
Musique 7.5
Degrés de Re-visionnage 6.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Plus dure est la chute...

Les suites sont rarement une bonne idée, sauf quand elles ont été réfléchies à l'avance et pensées intelligemment. Lorsqu'on nous a annoncé que We Best Love était prévu pour deux saisons, avec la 2ème programmée un mois pile après la fin de la précédente, a priori ça sentait très bon, et laissait présager qu'ils avaient conçu la série comme un tout sympa et logique. Il faut dire aussi que la S1 a été un vrai coup de cœur dans le paysage BL de ce début d'année, et ce pour pas mal de monde. Malgré beaucoup de clichés, la dynamique et l'enchaînement des scènes ne nous laissent pas le temps de nous ennuyer, le drama est très romantique et le formidable travail des comédiens offre une sacrée épaisseur aux personnages et par conséquent, à l'histoire. Les deux acteurs principaux ont donné à cette romance l'âme qui manque à bien des BL Thaï, et c'est ce qui fait toute la différence. Pour couronner le tout, plusieurs épisodes se terminent par des petits cliffhangers qui ont rendu fébriles tous ceux ayant visionné la série au moment de sa diffusion, et donc obligés d'attendre une semaine pour voir la suite. Pendant plus d'un mois, je me suis fait l'effet d'être un de ces personnages de cartoon stressé qui bouffe son chapeau ou ses ongles à la vitesse d'une mitraillette, vous voyez le genre.

Et puis les producteurs ont eu la bonne idée (... naaan, je déconne !) de nous pondre un épisode spécial de transition de 9 minutes visant à nous mettre l'eau à la bouche en attendant la sortie de la S2, et c'est là que les choses commencent à se gâter. On nous balance plein d'indices qui partent dans toutes les directions concernant le ou les malentendus ayant conduit les protagonistes à une séparation de 5 ans, et qui ne font qu'épaissir le mystère. En soi ce n'est pas problématique, surtout si le but est d'accrocher encore plus les fans, qui y vont tous de leurs théories (moi-même je me suis plantée en beauté, tellement j'attendais un truc extraordinaire). Sauf que ce procédé génère aussi des attentes. Et nous offrir des indices suggérant que "c'est plus compliqué" alors qu'au final ça ne l'est pas puisque tout le monde avait tout compris depuis le début, ça casse complètement la dynamique et là, c'est la déception quasi immédiate. Pas mal de gens prévoyaient un flop pour la suite, pas moi. J'étais là avec ma confiance aveugle et la certitude qu'avec 2 saisons prévues dès le départ et une S1 au top, la S2 serait tout aussi géniale, passionnante, et surtout réfléchie.

Sauf que non.

Alors bien sûr, j'étais ravie de revoir mes deux chouchous Shu Yi et Shi De. Il n'y a rien à redire sur leur jeu d'acteur, ils sont incroyablement doués pour faire passer des émotions et c'est justement grâce à leur interprétation qu'une scène problématique (j'en parlerai plus loin) nous paraît sinon tolérable, en tout cas bien plus logique qu'elle ne l'aurait été avec d'autres interprètes. Le souci, c'est qu'on nous vend une saison remplie de tensions et de passion entre nos deux héros (pourquoi pas, si ça montre un nouvel aspect d'une relation et que c'est bien fait) mais que tout ça retombe comme un soufflet avant même la moitié du drama. Vient s'ajouter une vague intrigue de bureau dont tout le monde se fout, avec un piratage informatique qui tombe comme un cheveu sur la soupe et ne dure pas plus d'un épisode (on se demande à quoi ça sert sinon à montrer nos gars en train de bosser de temps en temps, histoire de justifier les décors professionnels), quant à la fusion qui semblait tendue au début, elle n'a plus vraiment d'importance à la fin, alors que le contexte difficile de ladite fusion aurait pu nous offrir plein d'affrontements entre nos amoureux. Et comme ils ne savaient plus trop quoi faire avec ces deux-là, ils nous les filment ici et là en train de se faire un bref câlin tout mignon (et heureusement qu'on a ça), parce que bon ce sont quand même eux les personnages principaux, et LA raison principale pour laquelle on regarde WBL. A côté de ça, le reste du temps d'écran est pollué par deux pseudo-romances honteusement sous-exploitées.

La 1ère saison de WBL suggérait que le médecin scolaire et cousin de Shi De avait eu une histoire complexe avec un étudiant absent du drama, mais à qui il pensait encore avec nostalgie. Dans la deuxième saison, on fait la connaissance de cet étudiant qui travaille désormais aux côtés de Shi De, et il retrouve la trace du médecin devenu entre-temps patron de bar. Le fait que le premier soit autiste Asperger et que le second souffre d'un trouble du désordre affectif aurait pu donner quelque chose de très intéressant et original, sauf que le temps consacré à leur histoire ne le permet pas. On a donc un gros gâchis de matière première, et ensuite l'histoire en question est juste... bah chiante, quoi. Je ne vais pas spoiler sur leur petit jeu de "suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis", toujours est-il que ça reste très plat, et qu'à la fin je n'ai toujours pas compris s'ils étaient ensemble ou pas. Et leurs troubles / caractéristiques qui les rendent si différents ? Vu que c'est mal exploité et que ça n'apporte rien de plus à l'intrigue, à vrai dire on s'en fout un peu. Et à ceux qui argueraient que l'épisode spécial de cette S2 développe un peu plus leur histoire, je répondrais que non, pas du tout. La plupart du contenu concerne des scènes déjà vues dans des flash-backs occasionnels et dans un clip musical intermédiaire, c'est juste qu'on nous refourgue cet épisode comme s'il était nouveau. Et il n'explique TOUJOURS PAS si ces deux-là forment un vrai couple à la fin.

Mais ce n'est pas tout : Bing Wei et Zhe Yu... Pour le coup, là c'est un gâchis scandaleux. La première saison nous les montre tous deux attirés par leurs potes respectifs (les héros), ils se disputent de temps en temps, puis l'on observe des prétextes à rapprochement qui débouchent sur une mise en couple un peu sortie de nulle part vu qu'on a coupé (voire omis de tourner) plein de scènes qui leur étaient très probablement consacrées. Mais comme la romance entre les persos principaux était super, ça passait encore. Dans cette suite, Bing Wei et Zhe Yu forment un couple bien installé, ils ont deux-trois répliques rigolotes qui dédramatisent la situation en début de saison, et on a droit à une belle scène finale les concernant. C'est tout. Ah si, j'oubliais : dans ses costumes pro, le grognon Zhe Yu est particulièrement hot, ce que ses fringues d'étudiant en 1ère saison ne laissaient pas présager à ce point... C'est bien la seule évolution chouette que j'ai remarquée chez ce personnage, qui a quand même un caractère de merde et qui n'est pas forcément très sympa avec son chéri (et il s'en vante, en plus). Quant à Bing Wei, on veut nous faire croire qu'il est vaguement utile dans l'histoire en l'envoyant donner un coup de main à un autre personnage, mais sa seule vraie utilité semble être de servir de larbin à Shu Yi et à Zhe Yu. Je soupçonne donc les créateurs d'avoir simplement voulu miser sur leur capital sympathie amorcé en 1ère saison pour attirer les fans, seulement leurs apparitions s'apparentent plus à une sorte de caméo amélioré qu'autre chose. Le pire c'est que les spectateurs savent additionner 2+2. Si on est fan de la série, on remarque bien à la fin de la S1E5, au moment des photos coincées entre le teaser du prochain épisode et le générique, que les deux personnages sont censés avoir davantage d'interactions que celles qu'on nous montre dans cette 1ère saison. C'est bien la preuve qu'ils ont coupé plusieurs passages qui leur étaient consacrés, sans doute pour des raisons budgétaires, et c'est dommage parce que ces découpes donnent un peu l'impression que c'est le travail d'un amateur qui n'a pas appris à gérer les trous scénaristiques. C'est d'autant plus gonflé qu'ils nous refont le coup avec nos deux héros Shi De et Shu Yi dans la S2, supprimant cette fois une scène d'explication essentielle car très attendue, pour nous la refourguer l'air de rien en bonus sur leur chaîne. Ce qui a évidemment mis quelques fans en colère, espérons que le message est passé depuis. (EDIT du 29/01/22 : la fameuse scène très attendue entre les héros a été rajoutée dans la nouvelle version de cette saison 2, ma critique ne concerne que la version parue initialement). Dans tous les cas, la présence de Bing Wei et Zhe Yu au générique des deux saisons nous laisse croire que leur histoire a un peu d'importance dans WBL, mais ce n'est pas vrai. Je ne peux que compatir avec la déception que les deux comédiens ont dû ressentir devant le résultat final. Et j'en viens à me demander ce qu'un violoniste talentueux (l'acteur interprétant Zhe Yu) peut bien faire dans un BL, surtout quand son temps d'écran est gâché à ce point.

Il faut bien parler un jour de la fameuse scène problématique, celle qui n'a pas été sans susciter quelques débats houleux sur le forum, et autrement nommée la "scène du sofa". Pour résumer, c'est un cas de figure où la zone grise du consentement est bien franchie. Un des personnages est ivre et désespéré, l'autre lutte et finit par céder. Rassurez-vous, ça coupe quand c'est encore sage. Est-ce que la situation dépeinte est problématique ? Oui, sans hésiter. Est-ce qu'il était indispensable de nous la montrer ? Bien sûr que non. La scène a-t-elle néanmoins sa place ? Oui, du moins à mon avis. Dans ce contexte-là, dans cette histoire-là, avec le passé des personnages et leurs conflits non résolus, elle a du sens, du moins c'est ainsi que je l'ai ressentie. Car oui malheureusement, je crois qu'il n'y a pas de bonne réponse dans cette situation précise, et que tout dépendra du ressenti de chacun, des détails auxquels on accorde de l'importance, et de notre vécu. On ne va pas polémiquer pour savoir s'il s'agit d'une agression sexuelle, c'en est une. Là où les réactions vont diverger, c'est sur le fait d'être mal à l'aise en la visionnant, ou pas. Moi, je ne l'ai pas été, parce que d'une part celui qui finit par céder nous est montré à peine 2 minutes avant en parfaite capacité de repousser l'autre quand il s'y met vraiment (et je soupçonne que ce bref passage visait justement à prouver qu'il n'était pas une victime non-consentante, dites-donc c'est qu'ils sont malins depuis MeeToo), et d'autre part le talent des acteurs est véritablement ce qui sauve cette scène, en la rendant davantage logique et poignante, plutôt que romantique. On sent leur peur, leur désespoir, leur cœur battre, et chez celui qui cède, beaucoup d'autres choses, à commencer par le moment précis où il décide d'arrêter de lutter contre ses sentiments, et où il s'abandonne. Avec n'importe quels autres acteurs, la scène aurait juste été toxique, ces deux-là lui donnent un sens. Quant à ceux qui regrettent la musique donnant une vision faussement romantique de la scène, ils n'ont pas tort, c'est juste que je ne l'ai pas ressentie comme ça. D'abord je n'ai rien capté à la chanson parce que c'est du chinois, sans mauvais jeu de mots, ensuite elle m'a surtout semblée très triste. Conclusion : vu qu'on est encore très loin de la "Danse des Canards" et que nos deux héros n'ont pas spécialement l'air de prendre leur pied même s'ils sont en train de se bécoter, je n'ai pas été mal à l'aise. Car selon moi la situation décrite est bel et bien problématique, par contre la présence de la scène elle-même, je ne pense pas. Mais je le répète, c'est une question de ressenti et d'histoire personnelle, et chacun a raison. Par contre sans les détails que je viens de citer pour illustrer mon propos, je crois que j'aurais bien fait la tronche et c'est justement là où se situe le piège, nécessitant qu'on regarde ce genre de scène avec un esprit critique. Car le danger de nous présenter deux personnages de force égale est d'occulter complètement la notion de sidération, dont la plupart ignorent même l'existence, ce qui donne toujours l'impression que "oui mais l'autre ne s'est pas défendu, c'est qu'il y avait consentement". Dans cette série les acteurs ont su montrer des émotions complexes qui nous permettent de comprendre ce qu'ils ressentent, ça nous évite au moins le "si on force un peu, il finit par aimer ça", mais il n'en reste pas moins qu'il est nécessaire d'analyser la manière dont ces situations sont mises en scène. Et ça serait bien qu'un jour, on nous montre réellement à l'écran ce qu'est la sidération, au lieu de nous faire croire que seuls les viols avec violence sont non-consentis.

Maintenant, il y a encore plus intéressant dans tout ça. En effet, si on a un peu suivi les extraits de tournage, on apprend que la scène devait se dérouler autrement au départ (le personnage qui cède étant censé cogner l'autre à la place et le rendre KO pour de bon, fin du débat). Mais il semblerait que les deux acteurs aient choisi eux-mêmes d'en modifier le déroulement, parce qu'ils sentaient mieux la scène comme ça (et vu que c'est une vraie prouesse en matière de jeu d'acteur, on va dire qu'ils avaient raison). Après quoi, c'est à partir de ce moment que la saison s'essouffle, c'est à dire qu'elle nous aura bien accroché(e)s pendant... deux épisodes. Du coup, on comprend mieux pourquoi les acteurs ont choisi de pimenter un peu la scène du sofa, probablement conscients que c'était le moment où jamais d'exposer toute la complexité de leurs émotions alors qu'ils viennent de se retrouver après 5 ans de séparation, et donc le dernier recours pour sauver un scénario sans beaucoup d'intérêt tellement il est mal géré (d'autant que question frottage de peaux, ce ne sont clairement pas les 4 épisodes restants qui vont étancher notre soif). Dans ce cas, pourquoi n'ai-je pas mis une note plus sévère ? Justement parce que le talent des acteurs rattrape (un peu) cette saison 2, et le naturel de leur jeu les place encore loin devant les BL Thaï, quoi qu'on en dise (idem pour le cadrage des plans et autres bidules techniques). Et puis il y avait de bonnes idées de départ, même si elles n'ont pas été explorées comme il faut. En plus les deux héros sont tellement attachants en S1 que même les revoir 30 secondes suffit à rendre la pilule un peu moins amère. Et on ne va pas se mentir, j'ai continué pour voir leur happy-end. Et pour la voix sexy de Sam Lin. Et pour son costard sexy. Et le galbe de ses jambes sexy. Et... bref, Sam Lin quoi.

Même si cette S2 a une vraie conclusion, la fin nous laisse entendre qu'une suite n'est pas exclue. Quoi qu'il en soit, la seule S3 pertinente, à mon avis, serait un reboot de la romance secondaire entre Bing Wei et Zhe Yu, si possible depuis le début et sans omettre les scènes prévues au départ, parce que je suis persuadée qu'il devait y en avoir quelques-unes bien sympathiques. D'autres directions à l'histoire ne m'inspirent pas confiance, et vu le gâchis opéré sur la deuxième saison, j'aurais même tendance à dire que c'est un pur hasard (et un peu grâce au choix des acteurs, quand même) si la première a été un tel coup de cœur pour moi. Il y avait beaucoup de matières et de pistes qu'ils auraient pu exploiter. Comme je l'ai dit plus haut, la fusion entre leurs boites offrait de nombreux prétextes à des tensions et des rebondissements intéressants, sachant que nos héros sont tous deux attendus au tournant par leurs hiérarchies et que ça accroît la pression sur leurs épaules. Ou bien, on aurait pu les laisser tranquilles sans qu'il y ait eu de séparation, et consacrer la saison à creuser la relation entre le médecin et le jeune Asperger... Hélas, j'ai l'impression que les créateurs n'avaient pas suffisamment de liberté artistique et qu'ils n'ont pas su trop choisir sur quoi ils devaient se positionner, entre conflit familial et acceptation paternelle, résolution des conflits des héros de manière passionnelle, intrigue de bureau et romances secondaires. Ils en ont trop mis, ou pas assez. Au final, ça donne une sorte de patchwork mal cousu d'autant plus décevant que mes attentes étaient élevées.

Alors j'ai fait un choix drastique et j'ai tranché dans le vif : pour moi, We Best Love est une magnifique romance qui comprend une seule et unique saison de 5 épisodes - et non pas six. Je suis, et je resterai à jamais prisonnière sur ce pont avec Shu Yi et Shi De, et ça suffit à mon bonheur.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
He's Coming To Me
3 personnes ont trouvé cette critique utile
févr. 20, 2021
8 épisodes vus sur 8
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 9.0
Acting/Cast 9.0
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 7.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Sympathique et original

Voilà un BL Thai qui sort des sentiers battus et n'a pas grand chose à voir, justement, avec les BL Thai qu'on a l'habitude de voir. Et ce n'est pas désagréable, bien au contraire.

Bref résumé : en 1997, un étudiant prénommé Mes décède d'une crise cardiaque. 20 ans plus tard, il erre toujours dans le cimetière où se trouve sa tombe car il n'a pas encore eu l'opportunité de se réincarner. Un jour Than, un petit garçon qui semble capable de le voir, vient lui faire des offrandes, et il revient chaque année. Devenu étudiant à son tour, Than lui propose d'emménager avec lui pour l'aider à rassembler les souvenirs de son passé et découvrir les véritables raisons de son décès. En parallèle, les sentiments qu'éprouvent les deux jeunes hommes l'un envers l'autre vont évoluer.

L'intrigue n'est pas à proprement parler exceptionnelle, mais elle parvient à garder notre intérêt jusqu'à la fin, car elle est bien gérée et les épisodes sont peu nombreux. Il n'y en a que 8, soit statistiquement moins que la plupart des BL Thai, de sorte que l'histoire évite de se disperser et nous épargne les longueurs inutiles voire ridicules (les habitués sauront de quoi je parle). L'intrigue reste principalement centrée sur la relation entre les deux protagonistes, la recherche des causes de la mort de Mes et son adaptation à cette nouvelle vie avec son nouveau colocataire, ce qui est loin d'être évident pour un fantôme surtout s'il est mort avant l'avènement d'Internet ! Bien sûr on a des éléments à côté, comme les relations de Than avec ses amis, leur inquiétude face à son comportement troublant, le soutien qu'ils lui apportent dans cette aventure, les craintes de Than qui découvre son homosexualité et ne sait pas comment son entourage réagira..., toutefois lesdits éléments restent en lien avec l'intrigue principale et apportent de l'épaisseur à l'histoire sans nous lasser.

Ensuite, cette histoire sort du lot par rapport aux BL "traditionnels" sur plusieurs aspects. Déjà c'est plutôt rare de voir des BL fantastiques - hormis quelques exceptions, comme Until We Meet Again qui aborde le sujet de la réincarnation de deux amoureux tragiquement disparus, mais même dans UWMA le contexte était relativement le même que dans la plupart des BL, avec son lot de clichés vus et revus (décors universitaires, hésitations et timidité sans fin du héros, fujoshis stéréotypées, concours de popularité, placements de produits ridicules, couples gay multiples...). Ici rien de tel, et même si les personnages sont étudiants, ils pourraient tout aussi bien être déjà insérés dans la vie professionnelle que ça ne changerait pas grand chose. Quant à la romance, elle est bien insérée dans l'intrigue et plutôt agréable, bien qu'elle reste light. Disons que cela forme un tout, mais le drama ne tourne pas QUE autour de ça, ce qui nous offre une histoire bien ficelée au niveau de ses différents aspects.

Le jeu des acteurs est lui aussi à noter. Pas d'hésitations débiles, de phrases qui durent trois heures à cause de silences à n'en plus finir, ils sont naturels et convaincants, ils ne font pas de chichis, leurs dialogues sonnent vrai, bref ils sont normaux comme dans la vraie vie quoi... (bon j'avoue que le jeu de Khiem, l'ami de Than, ne m'a pas tellement convaincue mais ce n'est pas bien grave parce qu'il reste un personnage sympathique). C'est plutôt une exception par rapport aux productions actuelles.

Et j'ajouterai un point en particulier qui m'a vraiment, vraiment fait plaisir : les personnages féminins de ce drama sont toutes des personnes positives, à commencer par PlaiFai, la fille du groupe d'amis de Than. En général, les nanas sont soit des fujoshis débiles, soit des evil bitches, et plus rarement, des amies qui soutiennent le héros et le conseillent. Ici, PlaiFai est vraiment bien rendue, il lui arrive de picoler, elle est parfois triste, elle a d'autres centres d'intérêt que de se trouver un mec (même si elle a aussi droit à sa romance, mais ce n'est pas le principal). Et on ne la cantonne pas au rôle de "soutien" du héros, car oui, les nanas ont aussi autre chose à faire que de rentrer dans la case de la bonne copine dévouée qui soigne, conseille ou console (vous savez, la fonction du "care", le seul domaine de compétences où on autorise généralement les filles à prendre les commandes parce que c'est bien connu qu'elles adorent s'occuper des autres même si en vrai ça les gave). Elle a de la personnalité, elle est naturelle, saine et agréable, en gros elle est tout simplement réaliste, et c'est assez rare dans les dramas pour que je ressente le besoin de m'étendre un peu plus là-dessus.

Alors certes, ce n'est pas le drama du siècle et je ne pense pas que j'aurai envie de le revoir, mais il possède suffisamment de qualités et nous offre un peu de nouveauté dans le paysage des BL Thai "classiques" (heureusement ça commence à changer, notamment avec "Manner of Death" et "A Tale of Thousand Stars", espérons que ça va continuer), et rien que pour ça il mérite d'être visionné.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
You Are My Favorite
2 personnes ont trouvé cette critique utile
août 12, 2023
12 épisodes vus sur 12
Complété 2
Globalement 9.0
Histoire 9.5
Acting/Cast 8.5
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 8.0

Une histoire belle et intelligente

Bien qu'on se retrouve une fois de plus dans un contexte universitaire pour la plus grande part, voici encore un BL original qui sait s'écarter du cahier des charges convenu des autres BL scolaires. D'une part parce que l'intrigue est aussi originale que bien pensée, d'autre part parce qu'il y a peu de temps morts (voire pas du tout) et que l'histoire se concentre surtout sur la romance ainsi que les choix du héros pour améliorer son avenir, donc on ne nous bassine pas avec des scènes inutiles de cantine ou de salles de classe sauf quand c'est vraiment nécessaire au déroulement de l'intrigue. Cela explique pourquoi je n'ai trouvé quasiment que des points positifs à ce drama, à l'exception d'un seul point pas très grave que j'évoquerai en dernier.

Au début de l'histoire le héros nous est présenté sous un jour assez peu sympathique, c'est un loser asocial qui n'a jamais pris sa vie en main et qui préfère blâmer les autres que se remettre en question, d'où le fait qu'il est toujours un loser 12 ans plus tard. Le cadeau qu'il souhaite offrir à son amie, dont il est toujours amoureux mais qui va se marier avec le beau gosse de la fac, lui permet de revenir dans le passé à l'époque où il était encore étudiant. Peu à peu il prend conscience qu'il pourra influer davantage sur le cours de sa vie pour améliorer son avenir, réparer ce qui doit l'être notamment au niveau relationnel, et s'offrir une nouvelle chance de se rapprocher de cette jeune fille. Ce faisant, il devient involontairement ami avec son rival et se rend compte que ce dernier est tombé amoureux de lui. Ces événements vont amener des changements dans la personnalité de notre héros, ils le rendent à la fois plus sympathique et attachant au fur et à mesure qu'il prend conscience de l'influence qu'il peut avoir sur sa propre vie et ses choix, et il devient également plus sage concernant les choses qu'il ne peut pas changer. C'est donc une belle histoire d'apprentissage qui fait évoluer notre personnage principal dans le bon sens, notamment sur ce qu'il souhaite vraiment pour accéder au bonheur.

Comme autre point positif, j'ai trouvé que tous les personnages de ce BL étaient construits de manière intelligente et jamais unidimensionnelle, tous ont des personnalités et des motivations qui leur sont propres et cela donne une histoire un peu plus fouillée que d'habitude (enfin je dis d'habitude, mais depuis quelques temps on constate une évolution très positive dans les productions BL thaïs ainsi que GMMTV qui sait désormais nous proposer des programmes de qualité). Ensuite, je n'ai pas spécialement remarqué de placements de produits barbants. D'ailleurs comme fait notable qui n 'a peut-être l'air de rien mais que je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer : pour une fois, le crush du héros ne conduit pas une grosse Audi blanche, mais une charmante Mini ! Quant aux dialogues, ils sont sensés et intelligents, bien que les personnages soient étudiants la plus grosse partie du temps, on est face à une histoire mature très bien pensée. Enfin, nous avons affaire à des acteurs qui ne sont plus débutants et ça se voit, leur jeu d'acteur est relativement bon et naturel, ici pas d'hésitations débiles et de phrases qui durent trois heures, les choses se déroulent de manière assez fluide et c'est plaisant. Sur ce point, les lakhorns thaïs plus traditionnels devraient en prendre de la graine parce que la sous-catégorie des BL fait parfois bien mieux ces derniers temps.

Le seul point qui m'a un peu déçue concerne un aspect de la romance. Je l'ai trouvée mignonne, tendre et agréable, mais hélas je n'ai pas vraiment ressenti de réelle passion amoureuse entre nos personnages. Certains disent dans le forum que Krist n'est pas très à l'aise dans les BL et cela explique peut-être pourquoi j'ai trouvé qu'il y avait un léger manque de ce côté-là. Je n'en suis pas certaine mais en tout cas l'hypothèse est plausible, peut-être d'autres personnes auront-elles eu la même impression. Ou alors c'est la manière dont l'intrigue a été conçue, je ne sais pas. C'est un peu dommage mais quoi qu'il en soit, cela reste une très bonne histoire, romantique à souhait et intelligente, confirmant que cette industrie est en train de prendre un tournant très positif. Cela me rend confiante sur le fait qu'on peut s'attendre à davantage de BL de qualité dans l'avenir.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Stalker
2 personnes ont trouvé cette critique utile
mai 31, 2023
14 épisodes vus sur 14
Complété 4
Globalement 7.5
Histoire 7.0
Acting/Cast 8.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 8.0

Débile mais super choupinou

J'avais regardé 3 minutes de ce drama avant de laisser tomber il y a quelques mois. Et puis je ne sais pas ce qui m'a fait retourner sur la page de la série, en tout cas j'ai relu des commentaires et beaucoup disent la même chose : passé le premier épisode, on se surprend à apprécier l'histoire, et c'est vrai.

L'intrigue tourne autour d'une bande composée de 4 amis un peu cons et surtout stalkers qui ont pour habitude d'avoir des crush secrets sur des gens populaires. Leur club un peu creepy comporte des règles strictes mais surtout, ils se soutiennent sans faille et ne jugent pas leurs délires mutuels et leurs différences. Le héros, Toh, un binoclard avec une horrible coupe au bol, se fait remarquer par son crush Nuea après avoir pris une super photo de lui pendant un match de basket interuniversitaire. A partir de là, c'est le démarrage de leur romance, ainsi que celle de son pote Jao, un peu grassouillet mais mimi (enfin grassouillet, pas tant que ça, c'est juste le scénario qui le dit), avec Sky, l'ami play-boy de Nuea.

Alors on ne va pas se mentir, il y a beaucoup de scènes craignos au début, nos quatre mousquetaires se comportent de manière stupide et souvent gênante, les personnages surjouent à fond, le héros a l'air d'un gros débile chaque fois qu'il est en présence de Nuea et l'histoire dégouline de guimauve pratiquement à chaque scène. Mais malgré ça, on se surprend à apprécier les personnages et à les trouver attachants, leur amitié indéfectible est géniale, leurs manies sont bien analysées, les acteurs ont beau surjouer on comprend que c'est le scénario qui a prévu ça du coup j'ai trouvé qu'ils s'en sortaient bien, on a énormément de scènes de bisous à la fois très belles et très romantiques, et surtout, nos héros ont la chance de s'être dégottés des chéris aussi patients que tendres avec eux, et prêts à accepter leurs bizarreries. Alors bien sûr, l'intrigue en elle-même n'a rien d'exceptionnel et on nous ressort les mêmes ficelles que dans tout BL universitaire qui se respecte (les chambres étudiantes, le voyage de cohésion au bord de la plage, les beuveries avec le héros ivre pris en charge par son crush, le séjour humanitaire visant à rafraîchir une école de province, les présentations aux parents, etc.). Mais en même temps c'est plutôt bien fait, certains dialogues ne sont pas si cons, vers la fin le drama prend une tournure un peu plus grave et aborde la question de l'acceptation de soi et de ses différences. Finalement le gros point négatif pour moi, c'est surtout la frustration que j'ai ressentie de ne pas voir se développer en détail la relation entre Daisy, le personnage trans de leur club de neuneus, et Intouch. Mais au moins lui aussi a droit au bonheur et c'est cool.

Bref, il y avait tous les ingrédients pour classer ce drama dans la catégorie des crétineries à zapper d'office, sauf que c'est paradoxalement très chouette, très romantique et qu'on se retrouve prisonnier de l'histoire jusqu'au bout. Alors au diable les scrupules, tant pis si c'est débile, ce débordement de guimauve est quand même bien pensé et ça fait un bien fou au moral.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Night of Love With You
2 personnes ont trouvé cette critique utile
oct. 31, 2022
24 épisodes vus sur 24
Complété 0
Globalement 9.0
Histoire 9.0
Acting/Cast 9.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 9.0

Original, drôle, et visionnable en 4h. Bref, une chouette découverte

Je suis là tranquillou en train de buller sur Youtube quand je vois cette suggestion, sous-titrée "the Villain falls in love with me". Vu qu'il s'agit d'un drama qui comporte des épisodes de 9 minutes, la totalité de la série étant visionnable sous la forme d'un film d'un peu moins de 4h, je me dis que je ne perds rien à regarder le début. Je ne m'attendais à rien de spécial, sinon qu'une romance entre une héroïne et un méchant apporterait un petit plus idéal pour finir mon dimanche soir sans prise de tête, et me voilà aussitôt embarquée dans une histoire géniale qui m'a réellement prise par surprise !

Qiqi est une antagoniste régulière de comics, habituée à jouer les méchantes opposées à l'héroïne, donc rompue à toutes les ficelles de ce rôle. Un bug vient perturber son entrée dans un nouveau comics intitulé "Night of Love with You", et elle se retrouve par erreur dans la peau de l'héroïne tandis que cette dernière doit jouer le rôle de la méchante. Alors que ce bug provoque le coma du héros, empêchant l'histoire d'amour de démarrer et laissant une certaine marge de manœuvre en attendant qu'il se réveille, notre protagoniste fait la connaissance du méchant. Ce dernier est destiné à n'avoir qu'un seul but dans l'existence, celui de se venger du héros et de tuer l'héroïne. Les deux vilains ayant l'occasion de faire plus ample connaissance, ils finissent par tomber amoureux et à partir de cet instant, tout part en cacahuètes.

L'intrigue est aussi originale que futée, laissant pour une fois le beau rôle à des personnages censés être secondaires et absolument pas destinés à vivre une romance, et encore moins entre eux. En effet au sens strict, ils existent uniquement pour mettre des bâtons dans les roues des héros et faire progresser l'histoire de ces derniers (du genre : la nana est menacée, le mec vient la sauver, bref tous ces trucs vus et revus). Heureusement, même si elle est coincée malgré elle dans le rôle de l'héroïne cucul et fragile, notre "Female Lead" n'a pas l'intention de laisser le scénario décider de ses répliques ni de ses actes. Familière de ces intrigues dans lesquelles elle n'a que trop souvent joué, elle ne s'en laisse pas conter et n'hésite pas à reprendre certains de ses anciens réflexes pour faire tourner les choses à son avantage. Ainsi, contrairement aux ressorts habituels, c'est l'occasion pour ce drama de prendre une certaine liberté avec les clichés et même de les utiliser pour s'en moquer gentiment. Car cette liberté s'étend au caractère de notre héroïne qui, une fois n'est pas coutume, a la possibilité d'être intelligente, rusée, indépendante et de n'en faire qu'à sa tête par rapport aux ficelles qu'elle connaît par coeur, ce qui nous offre des dialogues originaux ainsi que des scènes parfois très drôles car inattendues. Et contrairement aux héros classiques formatés par un scénario convenu donc limités par certaines "interdictions", nos deux protagonistes ne sont pas étouffés par leurs scrupules, ce qui signifie qu'ils ont parfaitement le droit de piquer la glace d'un sale gosse sans que le cahier des charges ne les en empêche !

J'ai adoré cette histoire qui joue avec les codes de façon intelligente, et nous présente une romance inattendue entre deux "vilains" aussi sympathiques qu'attachants. Mon seul regret, c'est qu'ils n'aient pas été plus méchants ! En effet, du fait du format relativement court pour un drama complet, l'accent est mis sur l'avancée de leur romance et les rebondissements nécessaires à l'évolution logique de l'intrigue, donc ça ne leur laisse pas vraiment l'occasion d'élaborer des plans maléfiques ce qui, pour le coup, aurait été vraiment jouissif ! (en même temps, ils restent les héros de ce drama, j'imagine que les scénaristes ne pouvaient pas les rendre complètement mauvais sans déplaire à l'audience). Un nombre restreint de personnages (du coup on ne s'y perd pas et le scénario se concentre sur l'essentiel), plein de chouettes bisous, des situations originales et bien pensées, une intrigue sans temps morts et qui nous happe dès le début pour ne plus nous lâcher, et en plus ça ne dure même pas 4h donc ce n'est pas comme si on perdait son temps... En bref, cette romance ne paie pas de mine, elle est censée être relativement anecdotique du fait notamment de son faible budget, et certaines parties auraient peut-être mérité d'être davantage creusées (par exemple, comment se fait-il que Qiqi soit la seule consciente qu'elle est un personnage de comic ? Et qu'est-ce qui a provoqué le bug initial ?...), mais elle est suffisamment bien fichue au point qu'elle parvient à nous surprendre et ça, c'est le gage d'une vraie qualité. Une excellente découverte, vous ne serez pas déçus.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Not Me
2 personnes ont trouvé cette critique utile
avril 26, 2022
14 épisodes vus sur 14
Complété 0
Globalement 8.5
Histoire 8.5
Acting/Cast 8.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 8.5

Une chouette évolution dans les BL thaïlandais

Au départ, j'attendais surtout ce drama pour son intrigue, sans me faire beaucoup d'illusions sur la qualité générale. En effet, le thème des jumeaux dont l'un prend la place de l'autre pour résoudre une enquête m'a toujours intéressée (j'ai pas mal apprécié le lakhorn Khun Mae Suam Roy par exemple) et je ne m'attendais pas à beaucoup plus. Mais après l'avoir visionné, je dois reconnaître que depuis l'an dernier, la Thaïlande a su se diversifier en matière de BL en nous offrant des intrigues qui s'écartent des niaiseries de ses débuts... bon pas tout le temps, ils continuent quand même à sortir des trucs toxiques / indigestes / neuneus et souvent le tout en même temps, mais bon, il faut bien contenter tout le monde. En tout cas, des dramas comme Manner of Death ou A Tale of Thousand Stars ont ouvert la voie, et prouvé que l'audience était au rendez-vous pour des histoires prenant place dans des contextes différents, voire plus adultes. Et même si Not Me se passe lui aussi dans un environnement universitaire, ici ce n'est qu'un décor de fond qui n'a pas vraiment d'importance dans la mesure où l'histoire nous raconte tout autre chose.

Le premier point que j'ai apprécié concerne, comme dit plus haut, le fait que notre héros White décide de prendre la place de son frère jumeau Black après la violente agression de ce dernier, qui l'a laissé dans le coma. Son but initial est de découvrir qui est à l'origine de cette agression, mais limiter le drama à cela serait une erreur. Le plus intéressant réside dans la manière dont le sujet a été traité, notamment en abordant le thème de l'activisme politique peu montré jusque-là. Pour atteindre son but, White infiltre un groupe d'étudiants dont son frère était le leader, et qui s'est donné pour mission de dénoncer la corruption des élites et des politiques - sujet on ne peut plus d'actualité d'ailleurs - en organisant des opérations clairement illégales mais nécessaires pour sensibiliser l'opinion. Le scénario évite néanmoins la facilité, car les membres du groupe s'interrogent sur les lois, leur application (ou de leur non-application quand le système est corrompu jusqu'à l'os ou que cette loi protège les puissants), mais nous montre aussi d'autres façons d'agir ou d'exprimer sa révolte, par ex. au travers des tags et peintures réalisées par d'autres étudiants ou bien le personnage du graffeur Unar. Je ne connais pas bien le contexte politique de la Thaïlande (ce ne sont pas mes deux semaines de vacances il y a 5 ans qui m'ont appris quelque chose là-dessus), mais j'imagine bien que la contestation là-bas doit demander pas mal de courage. Vous me direz, en France aussi ça commence vraiment à puer, mais c'est un autre sujet... Bref, on a ici un thème plutôt grave qu'on a rarement l'occasion de voir dans un drama, et encore moins dans un BL, et rien que pour ça, cette histoire mérite d'être découverte.

Ensuite, les acteurs jouent de façon assez naturelle. La plupart des protagonistes sont interprétés par des comédiens déjà aperçus dans des dramas BL, à commencer par le couple principal, et ces deux-là s'en sortent plutôt bien. Il faut dire aussi que ce n'est pas la première fois qu'ils jouent un couple, et je les ai trouvés vachement plus supportables que dans Theory of Love. J'ignore s'ils sont ensemble dans la vraie vie ou si leur aisance mutuelle résulte de leur expérience commune, en tout cas ils n'ont pas l'air bizarroïdes quand ils s'embrassent, et White (censé être plus "mimi") est loin d'incarner la mignonnitude ridicule, bien au contraire. Je dois saluer aussi sa capacité à changer de caractère quand il interprète Black, personnage beaucoup plus sombre et violent, d'ailleurs quand il joue Black se faisant passer pour White, on le remarque tout de suite, ne serait-ce qu'à la façon dont il se tient. Ça me fait d'ailleurs penser au talent extraordinaire de l'actrice principale de Orphan Black, si vous ne l'avez pas encore vue courrez tout de suite découvrir cette excellente série, en tout cas il ne suffit pas de changer vaguement d'attitude pour jouer correctement des jumeaux, il faut aussi savoir faire comprendre quand un des deux se fait passer pour l'autre par des variations subtiles de comportement pour que ça soit vraiment crédible. Alors oui le talent de Gun est encore loin d'égaler celui de la géniale et bluffante Tatiana Maslany qui interprète à elle toute seule une bonne dizaine de clones aux personnalités bien distinctes, mais on y croit et c'est l'essentiel.

J'ai apprécié le traitement des personnages féminins de ce drama, qui sont montrées comme actives et talentueuses dans leur manière d'exprimer leur opposition au système (l'une peint, l'autre danse), elles sont naturelles, un peu plus fouillées que d'habitude et surtout, ne servent pas seulement à valoriser le héros, et elle ne sont jamais énervantes. Enfin, j'ai envie de mentionner le cas d'un des camarades de fac des protagonistes, un personnage trans qui à première vue aurait tout pour incarner un gros cliché des BL (vous savez, les gars hyper efféminés et caricaturaux toujours dans l'exagération qu'on trouve dans pratiquement tous les BL thaï, histoire de fournir une dose de gags pas drôles pour un sou). Ici, ce personnage n'est jamais ridicule ou stéréotypé, au contraire je salue le fait qu'il soit tout simplement représenté comme un perso normal, qui se comporte normalement, et ses conseils sont même utiles quand il s'agit de décrypter les subtilités de telle ou telle loi, bref c'est tellement rare que je me dois de le souligner.

Les romances sont agréables. Elles ne cassent pas des briques, mais elles ont le mérite d'être là et d'avoir été écrites intelligemment, c'est à dire qu'on évite tout ce qui ressemble de près ou de loin à une amourette stupide entre un benêt coincé et grimaçant qui fantasme depuis l'enfance / l'adolescence sur le dieu du bahut / de la fac qui se comporte comme un trouduc, et elles se construisent de manière logique et naturelle. J'ai apprécié la romance secondaire entre Yok et Unar, même si je dois quand même avouer que le jeu de celui qui interprète Unar manque un peu de variété (ses expressions ne sont pas très nombreuses, et vers la fin il ne fait pas grand-chose d'autre que chouiner, mais bon ça va, ça passe...). La troisième romance entre le pote et l'ex de Black m'a moins intéressée, principalement parce que je crois que je n'ai pas tout saisi quant à la dynamique de leur relation, mais là encore ce n'est pas très grave. En tout cas, j'ai envie de dire que ce n'est pas le principal, et que c'est surtout l'originalité du thème traité qui rend le tout intéressant à regarder.

Bien sûr, je ne peux pas faire l'impasse sur certains points plus critiquables. Par exemple, on peut trouver que la façon dont les persos organisent leurs plans n'est pas très pro, surtout quand on considère la gravité ou le danger de ce qu'ils s'apprêtent à faire, c'est assez brouillon en fait. Ce manque de discipline laisse un peu trop de place au hasard et aux changements de plan qui pourraient tout faire foirer, donc ça manque un peu de réalisme sur ce point. Mais au moins, on nous montre leurs doutes, leurs questionnements et les implications que leurs actes peuvent engendrer. Par exemple, est-ce vraiment une bonne action de salir la réputation d'un homme d'affaire véreux et rendre ses malversations publiques, l'obligeant à fermer son usine au risque que des innocents qui crèvent la dalle se retrouvent au chômage ? D'un autre côté, si la loi ne peut pas s'appliquer dans un système pourri, ne vaut-il pas mieux passer dans l'illégalité, alors qu'on est jamais loin de basculer dans le côté obscur et d'obtenir un résultat opposé à son objectif et ses valeurs initiales ? Il n'y a pas vraiment de morale, tout acte a des conséquences, et même si les personnages œuvrent pour le bien commun, il est clair que ce n'est jamais simple ou rose. Pour le coup, l'histoire évite tout manichéisme simpliste, elle nous pousse à nous questionner, et c'est une bonne chose. Un autre point que j'ai trouvé peu crédible, c'est l'absence de suspicion des membres du groupe à l'égard de White. A aucun moment ils ne remettent en doute son identité, alors que Black savait faire des trucs dont White s'avère incapable au début, avant de s'entraîner (c'est comme le vélo : si tu as appris à en faire, il y a peu de chance que tu ne saches plus rouler par la suite, à moins d'un problème psy ou d'une lésion cérébrale). Mais d'un autre côté, c'est ce changement de comportement qui permet à la romance entre White et Sean de s'installer, donc là encore, il s'agit d'un défaut qui sert quand même à quelque chose. Et si je parviens à trouver des points positifs à des trucs que je viens de critiquer, bon ok ça signifie peut-être que j'ai quelques biais en faveur de ce drama, on ne va pas se mentir, mais ça me conforte surtout dans l'idée que malgré ses quelques défauts la série reste de bonne qualité, et qu'elle est parvenue à me surprendre dans le bon sens.

Pour conclure, je dirai que ce BL mérite vraiment qu'on lui donne une chance, d'une part parce que le sujet est original et bien exploité, d'autre part grâce aux acteurs qui font un assez bon job. En plus, l'histoire sait éviter les clichés, ainsi que les moments gênants ou ridicules qu'on a l'habitude de voir dans ce type de production. C'est assez rare qu'un BL ne prenne pas ses spectateurs pour des cons, donc allez-y sans crainte.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?