Complété
Love in the Moonlight
0 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 1 jour
18 épisodes vus sur 18
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 7.5
Musique 6.5
Degrés de Re-visionnage 5.5
Cette critique peut contenir des spoilers

Un début prometteur, une suite décevante

Durant les premiers épisodes, j'étais très enthousiaste. Une héroïne piquante et insolente, des scènes rythmées et une 1ère altercation amusante avec le prince héritier me donnaient confiance pour la suite. D'autant que les scénaristes nous ont épargné le cliché insupportable du ML qui utilise sa position de supériorité pour se venger de l'héroïne en la faisant trimer durant quelques épisodes, un passage souvent convenu dans les dramas et que je déteste. D'ailleurs, après une 1ère rencontre houleuse, j'ai trouvé émouvant que le prince soit immédiatement sous le charme de ce petit eunuque direct et spontané, au point de repousser le moment de lui avouer sa véritable position parce qu'il souhaite être traité en égal encore quelques temps.

Hélas, très vite les personnages perdent leur piquant, et sitôt achevé le premier tiers du drama, alors que l'histoire d'amour se précise entre nos deux héros , toutes les scènes deviennent larmoyantes et redondantes. Je n'exagère pas, à chaque interaction, dialogue ou échange de regards entre nos tourtereaux, ils ont systématiquement des larmes dans les yeux, qu'ils soient tristes, attendris ou simplement amoureux. Et ça pleure, et ça pleure encore, et ça fait semblant de sourire pour faire genre que tout va bien pour repleurer derrière, bref c'est chiant. En outre nos protagonistes n'ont plus rien à voir avec les personnages que nous promettaient les premiers épisodes, finis les disputes rigolotes et les échanges vifs, on dirait qu'on leur a lavé le cerveau et qu'on a affaire à des personnes complètement différentes. Même le petit-fils du 1er ministre et rival amoureux, qu'on semblait présenter comme un dandy impertinent au début, oublie sa personnalité pour devenir un gentil amoureux transi dont la seule fonction est de protéger l'héroïne quand le prince héritier n'est pas en mesure de le faire sans attirer les soupçons. Bref, tous les personnages sont stéréotypés au possible et ce drama manque clairement d'ambition.

Quant à l'intrigue politique, elle est vue et revue. On a les habituels ministres et autres nobles corrompus qui affament le peuple et sont prêts à toutes les bassesses pour conserver leurs privilèges, opposés aux gentils roi / prince héritier qui se veulent proches du peuple mais dont le pouvoir est limité par les manigances des précédents. On en viendrait presque à s'offusquer du manque de réalisme systématique de ces dramas historiques sortant tous du même moule, à croire qu'ils nous prennent pour des imbéciles en prétendant que le gars situé tout en haut de l'échelle est presque toujours un brave type désintéressé et que ce n'est vraiment pas sa faute si les gueux souffrent. Bon rien de nouveau sous le soleil, en théorie ce n'est pas très grave, et si les dramas étaient exempts de gros clichés ça se saurait (on sait très bien pourquoi on les regarde), mais si cela avait été traité différemment et que le scénario avait tenu les promesses du début cela ne m'aurait pas dérangée. Il arrive qu'on ait droit à une romance rigolote ou bien fichue malgré un background très classique, ou bien une romance moyenne compensée par des magouilles politiques bien pensées et capables de retenir notre attention, dans ces cas-là on pardonne plus facilement les défauts du scénario. Ici, tout est convenu et prévisible, en plus d'être larmoyant - sans oublier la petite musique triste et répétitive qui surgit à chaque moment d'émotion au point de me taper sur le système.

Enfin je trouve ridicule de faire jouer une actrice mince à qui on a très visiblement ajouté des grosses joues artificielles, au lieu d'une actrice qui porterait bien ses rondeurs. Déjà, on devine tout de suite qu'elle va perdre du poids au cours de la série, ensuite c'est un procédé aussi discutable que discriminatoire, surtout que son prétendant était déjà amoureux quand elle était bouboule (et il se fait d'ailleurs la réflexion qu'une femme à son goût doit avoir des formes). Je ne vois donc pas l'intérêt de ce choix scénaristique qui n'apporte rien de plus à l'histoire, d'autant qu'il s'agit de personnages très secondaires et que leur couple, bien que mignon, reste accessoire. A la place, ils auraient mieux fait de meubler par une romance entre n'importe quelle nana du casting et l'éternel garde-du-corps-canon-mais-mutique-qui-se-bat-comme-un-dieu (ce dernier étant souvent interchangeable mais il produit toujours son petit effet sur les spectatrices), au moins on aurait eu de quoi se projeter.

Cependant il faut aussi voir les bons côtés et reconnaître que les acteurs ont une bonne alchimie et leur histoire d'amour est saine, ceux qui n'aiment pas les malentendus lourdingues seront soulagés puisque nos amoureux se font confiance malgré les obstacles, les décors sont sympas et un peu moins vides que certains historiques coréens que j'ai pu visionner (ça doit dépendre de l'époque, j'imagine), la fin est satisfaisante - contrairement à d'autres spectateurs, celle-ci ne m'a pas spécialement semblée précipitée - et j'ai réussi à tenir jusqu'au bout, alors je mentirais si je prétendais que j'ai trouvé ça nul. C'est peut-être formaté pour coller au maximum à un cahier des charges déjà vu 100 fois, néanmoins le scénario sait ponctuer les nombreux moments romantiques par des passages plus politiques assez bien agencés et logiques pour proposer un peu de suspense, l'avantage étant que l'intrigue n'est pas compliquée à suivre ce qui fait de ce drama une bonne entrée en matière pour les novices dans le genre. C'est basique, vite oubliable, mais ça remplit son rôle.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Second Chance
0 personnes ont trouvé cette critique utile
par Cadaric
Il y a 2 jours
6 épisodes vus sur 6
Complété 0
Globalement 9.0
Histoire 9.0
Acting/Cast 8.0
Musique 5.0
Degrés de Re-visionnage 5.0

Simple mais efficace

Série en seulement 6 épisodes qui fait le taf.
Je dis seulement car j'aurai voulu en voir plus.
Ici, pas de gros moment romantique et sensuel mais pas d'énorme drama qui apparaissent sans raison. On est sur une découverte de l'amour sous différentes manières.

La série s'attaque à des thèmes comme l'évolution des sentiments amicaux vers de l'amour et comment le gérer, mais aussi le harcèlement, la violence, la peur et le mensonge.
Mais surtout, comment faire face à tout ça, les choix de la vie, le pardon et l'acceptation.
Tout ces sujets sont traités avec légèreté, sans que ce soit pesant à suivre. C'est agréable et mignon.

Bon, comme souvent, j'aurai aimé pouvoir les suivre dans leurs histoires d'amour assumées mais la série nous montre une parfaite découverte des sentiments et la naissance de romances attendrissantes.
On évite donc tous les stéréotypes que l'on retrouve habituellement dans les BL😁 (rupture d'avant dernière épisode, la fille qui veut tout détruire, le personnage principal avec 10 ans d'âge mentale ou à moitié stupide, les parents intolérants,etc...🤬).
Et pour ça, merci.😘 C'est agréable de suivre une histoire qui ne se voit pas obligée de correspondre aux codes des autres séries.
Ils ont créé une histoire et l'ont traitée correctement en restant concentré sur le principal afin de bien le développer.

Donc si vous voulez passer un bon petit moment, n'hésitez pas.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
La Légende de Shen Li
1 personnes ont trouvé cette critique utile
par Link
Il y a 4 jours
39 épisodes vus sur 39
Complété 0
Globalement 7.5
Histoire 8.0
Acting/Cast 9.0
Musique 6.0
Degrés de Re-visionnage 6.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Un xianxia classique, mais efficace !

C'est vrai, l'histoire reste dans les classiques du xianxia. Cependant, The Legend of Shen Li équilibre les genres avec des personnages matures. Ces derniers sont au cœur de l'histoire. Shen Li, Seigneur du Ciel Azur et Xing Zhi, le dernier dieu immortel encore vivant.

La romance est très lente, mais elle correspond au rythme de l'histoire. Cela dit, le milieu est particulièrement lent. Mon regret quant à la romance est que Shen Li et Xing Zhi ne rencontrent jamais de réelles barrières. Au départ, Xing Zhi ne doit pas tomber amoureux au risque d'être puni. En fin de compte, il peut aimer Shen Li sans punition ? Pourquoi les anciens dieux ont-ils étaient punis et lui non ? S'ils s'aiment, leur romance est lisse et sans accroches particulières. À titre comparatif, l'arc des parents de Shen Li m'a passionné et j'aurais adoré en avoir davantage.

Je regrette également le traitement du personnage de Mo Fang qui avait pourtant tout du rôle de l'antagoniste malgré lui et qui pouvait alors partir en quête de sa rédemption. Mais non ! Globalement, les méchants sont décevants et clichés. Ils font le mal, ils sont tués et c'est tout. Je pense que la romance a pris le dessus sur l'ensemble de l'histoire.

Les CGI sont très jolies et généreuses. Les costumes sont très beaux pour la plupart. L'OST était un peu répétitive, notamment le thème principal de Shen Li. Enfin, les figurants auraient pu être mieux dirigés, cela aurait évité de les voir en fond en train d'échanger des coups dans le vide, littéralement.

Bref, c'est un xianxia qui possède un scénario peu original, mais les personnages matures et les effets visuels ne cessent de nous entraîner jusqu'à son final satisfaisant.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Shojiki Fudosan Season 2
0 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 4 jours
10 épisodes vus sur 10
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 8.5
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 7.5

Inflation d'honnêteté

C'est après un an d'attente, que notre agent immobilier honnête (oui, c'est au singulier) revient sur le marché. J'ai mis un peu de temps pour regarder la série en entier, car honnêtement, cette deuxième offre m'a bien moins emballé que mon premier coup de cœur. Elle est pourtant bourrée de qualité, elle a une vue magnifique sur des acteurs charismatiques. Mais malgré l'envoutement de Yamashita Tomohisa, elle manque de magie. Alors, faut-il se replonger dans les méandres des agences immobilières japonaises, même si aucun projet d'achat est en vue. Je vous laisse jusqu'à la fin de la chronique pour vous décider. Attention tout de même à ne pas trop tarder. D'autres séries font les yeux doux à notre héros. Trop hésiter, pourrait le voir changer de métier, voir embrasser une carrière d'œnologue ou de météorologue.

Un quartier résidentiel un peu trop calme
Comment l'apprécier autrement Yamashita Tomohisa que dans ce rôle d'agent immobilier qui avait tout pour réussir. Imbu de sa personne, profitant de la vie, des femmes, de sa beauté et de son argent. Le voir apprendre le sens de la vie et les vraies valeurs, après être devenu incapable d'exercer son métier malhonnêtement, a été une vraie plus valu, dans la saison 1. Le problème, qui apparait dès le premier épisode, c'est qu'il s'est fait une raison de sa situation et a l'air très heureux ainsi. Fukuhara Haruka qui était le Gemini cricket, candide, mais attachante, n'est ici que la partenaire, très effacée, d'un héros mou et déjà plein de compassion pour les problèmes de ses clients. Alors, même si la relation avec Izumi Rika est très drôles, celle-ci est clairement sous-exploitée sur la longueur des 10 épisodes. Les side storys des personnages secondaires, à commencer par Haruka-chan, sont sympas, mais ne touchent plus comme dans la première saison. Du fait, justement, qu'il y ait un peu trop d'histoires secondaires. Les clients, les nouveaux agents immobiliers (leur nombre a doublé par rapport à la 1ʳᵉ saison), trop, c'est trop. Cette inflation dans l'immobilier se fait au détriment de la valeur que l'on apporte au bien.

Le voisin qui gâche la vue
Il y a toutefois un personnage qui fait office de perle rare dans toutes les propositions affichées sur cette belle vitrine. C'est bien sur Dean Fujioka. Nemesis de Yamashita Tomohisa à la classe anglaise, comme toujours. Il va vos fasciner ou vous énerver selon la manière dont vous abordez le personnage. Ses pas de claquette, son sourire narquois... Il représente bien sûr tout ce qu'était Tomihasa dans la saison 1 et que combattait Haruka-chan. Ainsi, lever la malédiction n'est plus au centre de ces 10 épisodes. Dean Fujioka devient l'homme à abattre, étant derrière tous les coups foireux qui plongent les clients de nos deux héros dans le désespoir.

Mais pourquoi est-il si méchant ?
La série a, par ce parti pris, de sacrés passages à vide par rapport à la première saison. Mais j'y ai trouvé mon bonheur dans les deux derniers épisodes, qui m'ont touché par leurs révélations. Alors que j'étais persuadé qu'une 3ᵉ saison était inutile, la fin m'a redonné immédiatement envie de connaitre la suite des aventures de nos agents. Il y a encore tant de bénéfices à faire pour les bailleurs et tant d'arnaques à éviter pour les loueurs/acheteurs, que la NHK va certainement continuer longtemps à exploiter le filon immobilier. Pour notre plus grand bonheur.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Sungkyunkwan Scandal
1 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 4 jours
20 épisodes vus sur 20
Complété 2
Globalement 9.0
Histoire 9.0
Acting/Cast 9.0
Musique 8.5
Degrés de Re-visionnage 8.5
Cette critique peut contenir des spoilers

Une histoire dynamique et rythmée

Après être tombée par hasard sur le drama chinois "In A Class of Her Own", que j'ai trouvé sympa mais qui m'a souvent barbée à cause de ses longueurs et son absence d'épaisseur, j'ai eu envie de me lancer dans la version originale coréenne. De nombreux commentaires trouvaient cette version bien mieux que son remake, et bien que ce drama date de 2010, je partage sans conteste cet avis.

A peu de choses près il y a beaucoup de similarités entre ces deux versions, tant au niveau des personnages que de l'intrigue, des rebondissements, de l'enchaînement des scènes et des passages-clés. Pourtant, j'ai eu l'impression de voir 2 dramas complètement différents parce que - censure chinoise oblige- le remake est bien plus édulcoré et gentillet que le matériau de base. En effet cette version coréenne est quant à elle bien plus rythmée et dynamique, il y a peu de longueurs malgré sa durée, l'histoire décolle dès le départ et non pas au bout du 25ème épisode, et les personnages sont mieux creusés. Je ne ferai pas une review détaillée de l'intrigue parce que j'ai déjà rédigé une critique de "In A Class of Her Own", mais si vous deviez choisir une seule version entre ces deux-là je vous conseillerais indubitablement "Sungkyunkwan Scandal". Rien que l'amitié entre ces quatre étudiants, issus chacun de classes sociales différentes, a des implications politiques et symboliques bien plus marquées dans la version coréenne, et réellement susceptibles d'ébranler les bases sur lesquelles se fondent le pouvoir et les privilèges de l'élite. L'opposition entre la classe des nobles et les idéaux d'harmonie du roi est mieux détaillée, les conséquences qui découleraient de la découverte d'un texte perdu (les dernières volontés du précédent roi) seraient bien plus importantes, tout comme la révélation du sexe de l'héroïne qui risque littéralement la peine de mort pour elle et sa famille sitôt que le secret sera éventé (contrairement à la version chinoise où tout ceci paraît un peu plus léger, avec en guise de punition des coups de bâton et le renvoi de l'école). Les références à l'homosexualité et la relation ambigüe entre l'étudiant rebelle et le dandy, sont davantage soulignés même si bien sûr, une telle version de 2010 ne pouvait pas aller trop loin sur ce sujet. Quant au président du conseil des élèves, je l'ai trouvé plus effrayant et dangereux que dans son remake : convaincu que seule la classe des nobles mérite tous les pouvoirs, fervent défenseur de ses idéaux et méprisant envers les faibles, il ne recule pas devant certaines bassesses pour atteindre son but.

En parlant de ce dernier, ma seule critique concernera justement ce personnage. Bien qu'il constitue un bon antagoniste qui cherche sans cesse à nuire à notre sympathique quatuor (permettant ainsi de renforcer leur amitié), je trouve qu'il manque parfois de profondeur. A part plisser les yeux d'un air menaçant, plisser les yeux avec un sourire narquois et plisser les yeux d'un air crispé en fermant le poing dans son dos quand il veut masquer sa colère, le jeu de l'acteur n'apporte hélas pas vraiment de nuances à son personnage qui disposait pourtant d'une bonne base pour le rendre plus intéressant. D'ailleurs son arc aurait pu être mieux développé, l'amour qu'il éprouve pour la courtisane avait de quoi rendre les choses plus intéressantes mais cet espace n'a malheureusement pas été exploité comme il faut. Il est persuadé que sa classe lui donne des droits d'office et surtout que cela doit suffire à mériter l'amour de cette femme de classe inférieure, tandis que celle-ci se refuse obstinément à lui et préfère offrir son cœur à un étudiant insignifiant. Je trouve que cette dynamique de base aurait pu donner quelque chose de vraiment sympa et notamment un arc de rédemption passionnant, s'ils avaient vraiment travaillé ces deux personnages, et pris le temps d'explorer une histoire d'amour (quasi inexistante au final dans cette version alors qu'elle semble en bonne voie dans le remake chinois) entre un homme comprenant que ce n'est pas grâce à sa naissance et sa volonté de soumettre mais par un cœur sincère et le respect envers l'autre que l'on gagne l'attention d'une femme, et cette courtisane finissant par aimer celui qu'il aurait pu devenir dès lors qu'il aurait cessé de la considérer comme un dû. D'ailleurs certains détails concernant cette dernière (notamment des dialogues suggérant un passif et un drame familial, les liens obscurs qu'elle entretient avec le ministre de la guerre et les moyens de pression dont il dispose pour se servir d'elle mais dont le spectateur ne saura rien) m'ont semblé trop légers et remplis de trous, comme s'ils avaient prévu de développer davantage son histoire avant de l'abandonner au dernier moment par manque de temps ou bien sur ordre des producteurs. En tout cas leur relation a laissé un léger goût d'inachevé à la romantique que je suis et la fin un peu précipitée (dommage qu'on ne sache pas ce que deviennent certains personnages) m'a quelque peu frustrée. Mais bon, puisque c'est comme ça je laisserai vagabonder mon imagination pour leur offrir une jolie conclusion, c'est bien aussi...

En résumé, j'ai trouvé cette version de 2010 beaucoup plus passionnante que son remake de 2020, et malgré cette décennie d'écart à aucun moment je n'ai eu l'impression de voir un drama daté. Même la bande-son m'a eu l'air plus sympa que la version chinoise, et contrairement à cette dernière, on a droit à 2- 3 bisous (certes très gentils, mais au moins il y en a !). Le thème de la lutte des classes n'est pas nouveau mais il ne cessera jamais d'être d'actualité et je l'ai trouvé mieux traité ici. Il est vrai que par moments, tous les beaux idéaux du ML semblent assez peu réalistes et que c'est parfois agaçant pour une spectatrice telle que moi : ok on peut vaincre n'importe quel obstacle quand on est déterminé, qu'on travaille dur et qu'on y croit, sauf que ce discours est clairement celui d'un dominant à qui il ne viendrait jamais à l'idée que certaines portes ne seront jamais ouvertes pour les femmes quels que soient leurs efforts acharnés. Mais on va se consoler en se disant que c'est un drama historique, que ça colle à l'époque et que lui-même revoit ses positions en reconnaissant clairement sa bien-aimée comme son égale. Quoi qu'il en soit j'ai passé un excellent moment devant ce drama au point que je l'ai visionné d'une traite. Alors que je suis en général peu friande des historiques coréens (pour des raisons purement esthétiques, c'est personnel et ça n'engage que moi), eh bien je me suis fait l'effet de redécouvrir, après avoir commencé par le surgelé, le goût d'un savoureux plat fait-maison.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Happiness
0 personnes ont trouvé cette critique utile
par Ellea
Il y a 5 jours
12 épisodes vus sur 12
Complété 0
Globalement 8.5
Histoire 9.0
Acting/Cast 10
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 8.0
...
«Happiness» est un drama du genre thriller/action avec, bien sûr, une base de fiction, dû aux virus. Malgré tout, le gore n’est pas au premier plan. En fait, je dirais que le drama se concentre surtout sur les résidents du complexe d’appartements, et de comment ils gèrent la situation, ainsi que la peur et tout ce qui en découle, et les changements que tout ça cause chez eux. Et aussi, ce drama n’étant pas une ‘romance’, comme mentionné, la romance n’est pas au premier plan, malgré tout, celle-ci y éclot doucement, subtilement. Une histoire prenante, avec des personnages principaux ‘badass’ qui ne se laisse pas faire, et d’excellents acteurs et actrices !

⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘⁛⁘

Avis Complet sur mon Blog :
https://lamagiedeshistoires.wordpress.com/2024/06/11/happiness-avis/

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
In a Class of Her Own
1 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 8 jours
36 épisodes vus sur 36
Complété 5
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 8.0
Musique 6.5
Degrés de Re-visionnage 6.0

Sympa dans l'ensemble mais trop long

Ce drama a de nombreux points communs avec Chang'an Youth, qu'il s'agisse de l'intrigue de base ou de la composition du quator qui se forme au cours de l'histoire, le côté dynamique en moins. Il s'agit ici d'une adaptation de la série coréenne Sungkyunkwan Scandal datant de 2010, que je n'ai pas vue, et dont les commentaires sont plutôt élogieux. Ceux qui ont vu les deux semblent d'ailleurs penser que dans l'ensemble le remake ne vaut pas l'original et je les comprends.

On a l'histoire classique d'une jeune fille obligée, sous des prétextes qui varient d'un scénario à l'autre et sans beaucoup de logique dans ce cas précis, de se travestir en homme pour intégrer une école de garçons destinés à devenir fonctionnaires. Evidemment l'héroïne va rencontrer un ML qui deviendra son intérêt amoureux et se lier d'amitié avec d'autres gars, formant une petite bande qui sera amenée à résoudre un mystère et venger une injustice datant de plusieurs années, liés d'une manière à une autre à cette école et impliquant les familles de plusieurs d'entre eux. Si le scénario reste assez sympathique à suivre, j'ai malgré tout trouvé le temps très long.

En effet 36 épisodes, c'est beaucoup trop pour raconter cette histoire sans grand intérêt dans ses deux premiers tiers. On pose certes les bases de l'intrigue en nous présentant les personnages, mais on prend beaucoup trop de temps à développer leurs relations et le fonctionnement de l'école en se perdant dans des trucs du quotidien qui auraient pu être mieux condensés, ce qui aurait apporté plus de dynamisme à cette histoire. J'ai vraiment résisté à l'envie de faire avance rapide, et j'avoue n'avoir véritablement accroché à l'histoire qu'à partir du 25ème épisode, quand il commence vraiment à se passer quelque chose et qu'elle se met enfin à évoluer de façon plus nette. Pendant de nombreux épisodes on nous bassine avec des conflits entre nos protagonistes et le groupe du président du conseil des élèves, le tout étant saupoudré de trop peu de scènes d'actions en lien avec le mystère pour véritablement retenir notre attention. Ensuite une intrigue secondaire concernant la préparation d'un concours de tir à l'arc, le-dit concours et le suspense sur la présence ou non d'un personnage crucial pour l'équipe que le spectateur sait être blessé, attisent notre impatience sur au moins 4 épisodes et ça devient pénible. Ce n'est qu'une fois ce concours enfin passé que ça prend une tournure plus intéressante et rythmée.

Je n'ai rien à dire sur le travail des acteurs, ils font le job, mais je regrette que certains personnages n'aient pas été mieux écrits ou pensés. Aucune personne un peu sensée ne croirait une seconde que l'héroïne est un garçon, surtout que plusieurs de ses camarades répètent à de nombreuses occasions que cet étudiant ressemble quand même beaucoup à une fille. Quant à ses raisons pour intégrer l'école où elle sait qu'elle n'a aucun avenir puisque les filles ne peuvent pas devenir fonctionnaires, ce n'est pas très bien amené, elle aurait pu révéler la vérité dès le début au héros et il lui aurait foutu la paix (le pire c'est que les scénaristes tenaient un très bon prétexte qu'ils auraient pu utiliser à la place, concernant justement le mystère entourant la mort de son père, sauf qu'elle l'apprend sur le tard et qu'ils ont dû inventer un truc alambiqué qui ne tient pas la route pour expliquer son entrée dans l'académie). Je regrette également qu'on oublie ses talents d'écrivain passée la première moitié, je trouvais intéressant d'avoir une FL qui écrit des romances que tout le monde s'arrache en s'inspirant des situations dont elle est témoin (notamment ses 2 compagnons de chambrée), ça commençait à devenir rigolo et puis ça retombe comme un soufflet. Le ML est un très joli garçon, dommage qu'il soit forcé d'adopter une expression unique dans quasi tout le drama, à savoir un visage impassible et un calme olympien, c'est un personnage trop strict et respectueux des règles pour vraiment faire battre notre cœur. Il manque d'enjeux, de complexité et n'a pas vraiment l'occasion d'évoluer au cours de l'histoire. En gros, c'est un gentil garçon mais il est "chiant comme la pluie". Le 2nd ML rebelle est quant à lui trop rebelle, justement, pour que cela soit crédible. Avec une attitude comme la sienne, n'importe quel étudiant aurait été renvoyé au bout de 2 jours, il passe son temps à ruminer sa vengeance la nuit et à dénoncer les privilèges mais oublie un peu trop vite que si son père n'était pas un homme respecté et copain avec le prof d'arts martiaux de l'établissement, il ne bénéficierait pas de cette mansuétude. Le dernier ML, qui semble antagoniste au début, reste un mystère pour moi. Ses origines sont un peu obscures mais on n'en saura jamais vraiment plus au cours du drama, son arc est mal exploité et il y avait vraiment matière à faire davantage avec son personnage et son histoire familiale. Les personnages féminins secondaires (la soeur du président du conseil, la courtisane...) n'ont pas un grand intérêt et là encore, leurs arcs sont mal exploités, du coup elles ne servent pas à grand chose sinon à meubler. Quant au président du conseil des élèves, sa transition de sale petit con à gentil camarade se produit un peu trop rapidement, sur 36 épisodes un peu laborieux par moments ils avaient matière à lui écrire des conflits intérieurs plus intéressants.

Cependant j'aurais des scrupules à mettre moins de 7 parce qu'on s'attache quand même aux personnages malgré leur absence de véritable épaisseur, et comme dit plus haut les acteurs font le job et s'en sortent plutôt bien avec ce qu'on leur a mis dans les mains. J'ai bien apprécié l'héroïne assez naturelle et mimi, contrairement à de nombreux dramas où ils veulent rendre la FL "cute" de façon artificielle, ici ils ont évité d'en faire une nana horripilante à la voix de bébé et en plus elle est loin d'être parfaite : elle a ses moments un peu chieuse tout en sachant se remettre en question, ce qui la rend crédible. L'histoire reste également sympathique à suivre passés les deux premiers tiers barbants et je suis la première surprise d'avoir tenu jusque-là. Avec tous les dramas que je regarde je ne perds plus mon temps et si l'histoire ne m'accroche pas au premier épisode, en général je laisse tout de suite tomber. C'est donc qu'il doit y avoir un petit truc que je ne m'explique pas, qui a quand même maintenu mon intérêt jusqu'au 25ème épisode, où ça commence enfin à bouger. Le mystère reste entier, quoi qu'il en soit j'avais envie de connaître la suite, c'est le signe que tout n'est pas à jeter.

En conclusion, on ne perd rien si on passe à côté de ce drama. Il est sympa sans plus, surtout si on recherche une intrigue pas trop compliquée et un drama historique qui nous épargne les traditionnels conflits de cour bien lourds et autres rebondissements convenus (d'ailleurs de mémoire, c'est bien la première fois que je ne vois aucune scène de festival des lanternes dans un historique chinois...). Ca manque d'envergure, c'est bien trop long pour ce que ça veut raconter et la romance manque vraiment de passion (on a même l'impression que c'est très secondaire), mais le côté plus léger et gentillet de l'histoire pourra convenir à certains, d'autant que le scénario ne présente pas des situations toxiques ni problématiques. Et vu que je n'ai pas passé un trop mauvais moment, je m'en vais de suite visionner la version originale coréenne, au moins j'aurai de quoi comparer.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
In Blossom
1 personnes ont trouvé cette critique utile
par Link
Il y a 9 jours
32 épisodes vus sur 32
Complété 5
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 8.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 5.0

Une croque-mort, un échange de visages/corps et des enquêtes !

L'idée d'une croque-mort qui enquête sur sa propre mort est séduisante, et c'est ce qui m'a poussé vers In Blossom. En plein milieu, j'ai eu une baisse de motivation en raison des mini-enquêtes qui se ressemblent et suivent le même schéma. Cela dit, la plupart des personnages sympathiques m'ont donné envie de le terminer.

L'échange de visage/corps est un élément clé de l'histoire. Au début, Yang Cai Wei (interprétée par Zheng He Hui Zi) nous est présentée comme une femme au visage marqué, mais forte et mature. Par la suite, Yang Cai Wei prend les traits de la jolie Ju Jing Yi et c'est à ce moment que l'histoire prend une nouvelle tournure.
Ju Jing Yi est une actrice que j'avais adoré dans In a Class of Her Own. C'est pour moi une des rares actrices à être convaincantes dans la peau d'un homme - et pourtant, c'est une femme aux traits particulièrement fins, mais qui avait été étonnante dans son rôle. Par la suite, j'avais débuté Beauty of Resilience, mais je l'ai abandonné en cours de route (j'avais sûrement trouvé l'herbe plus verte ailleurs). Malheureusement, sa Yang Cai Wei manque de poigne. Elle a donné du corps à un personnage, mais il ne s'agit pas de Yang Cai Wei. On ne retrouve pas une femme qui a souffert. À la place, Ju Jing Yi ressemble à une princesse gâtée qui se découvre un soudain intérêt dans le fait d'enquêter. Ce détail de côté, sa performance était sympathique, et ses tenues très jolies.

Liu Xue Yi en tant que Pan Yue était élégant et distingué, bien que parfois, il manquait un peu de jugeote. J'ai aimé son personnage, notamment la façon dont il (re)tombe amoureux de Shangguan Zhi / Yang Cai Wei. C'est un homme avec le goût de la justice, acceptant de se mettre à dos un bon nombre de personnes s'il le faut. Je n'ai pas grand chose à dire sur Liu Xue Yi, j'ai adoré ses interactions avec Zhuo Lan Jiang, interprété par Li Ge Yang. Si ce dernier est un rival amoureux pendant un temps, il n'est jamais tombé dans l'absurde, ayant conscience qu'à un moment donné il fallait cesser de courtiser une femme qui ne l'aimerait jamais.

Côté romance, je dois avouer que passé les premiers épisodes, je l'ai quelque peu délaissée. En revanche, j'ai apprécié la seconde. Même si j'ai eu une baisse de motivation en cours de route (ce qui me laisse dire qu'il y a 8 épisodes en trop), les personnages ont fait fonctionner l'ensemble. De plus, les décors et les costumes sont beaux (les tenues noires sont exceptionnelles). D'ailleurs, certains décors étaient également dans My Journey to You.

En bref, c'est un bon drame historique qui suit son fil rouge, mais qui manque un peu de poigne en raison de l'échange d'actrice. Cependant, l'ensemble des personnages donne envie de continuer jusqu'à son épisode final.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Night Dream
1 personnes ont trouvé cette critique utile
par Link
Il y a 10 jours
6 épisodes vus sur 6
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 6.5
Acting/Cast 8.0
Musique 6.0
Degrés de Re-visionnage 6.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Exploration du concept de l'amour...

Aimer, c'est un concept immense qui demande un peu plus que quelques mots pour l'expliquer. Aimer, c'est ressentir quelque chose de l'intérieur. Quelque chose que chacun perçoit avec ses propres émotions. Nous sommes tous différents face au concept de l'amour. Certains ressentent une attraction émotionnelle ou physique. D'autres aiment les connexions seulement intellectuelles ou spirituelles. Des réponses, il en existe plus d'une. Si on peut jouer avec les mots afin de donner une réponse plus ou moins universelle, elle n'est pas plus vraie qu'une autre, ni plus mauvaise.

Night Dream ne tente pas de nous donner une réponse précise. Simplement parce que celle mise en scène n'appartient qu'à Night et Dream. Et c'est un point que j'ai aimé dans ce court drama et qui me fait l'apprécier, malgré ses défauts.

Night est en dernière année de littérature et peine à terminer son projet de roman, parce qu'il ne parvient pas à saisir le concept de l'amour. Par chance, il retrouve Dream, un ami de lycée, alors qu'ils s'étaient perdus de vue. Ces retrouvailles chamboulent Night qui a toujours ignoré les battements de son cœur pour Dream.

Dream fait preuve de lâcheté plus d'une fois. Après tout, c'est lui qui embrasse Night, mais c'est aussi celui qui prend la fuite. La première fois, il s'est éloigné. La deuxième, il était ivre et ne se rappelle de rien. La troisième, il a fui. C'est particulièrement frustrant, d'autant plus que sa lâcheté le pousse à dire et à faire des choses idiotes.
Night est un vrai sucre. Après ce qu'il a vécu, il a pris la décision de partir (entendez par là, disparaître), et a décidé qu'il protégerait le cœur de Namwan et de Dream. Plutôt que de rendre les gens responsables de ses sentiments, il a préféré les enfouir. Et même lorsqu'il devait s'y confronter, il se tenait droit, peu importe à quel point son cœur pouvait lui faire mal à ce moment-là.

Le couple fonctionne bien, mais chacun aurait mérité un meilleur développement. Notamment Dream, afin qu'on puisse mieux creuser ses émotions, car celle de Night sont assez claires depuis le début. En réalité, la lâcheté de Dream n'est qu'une frustration pour le spectateur. Mais une frustration qui manque de profondeur.
Les deux acteurs étaient bons, nous offrant aussi un baiser magnifique. En fait, ce sont deux baisers (un du passé et l'autre au présent) combinés dans une même scène. Si sur le papier c'est brouillon, le montage l'a rendu attractif au point d'avoir envie de le revoir quatre ou cinq fois (ne me jugez pas, j'aime vraiment beaucoup les baisers de cinéma, je n'y peux rien).
En revanche, je ne comprends pas l'ajout d'un énième personnage lors de l'avant dernier épisode. Il n'y avait que peu d'intérêt sur son utilité. De même quand au final qui est précipité.

Dans l'ensemble, c'est une production jolie et intéressante, bien qu'elle soit un peu trop courte et chargée en perturbations pour un tel format (6 épisodes d'une 30aine de minutes). Cependant, le rythme est entraînant et nous laisse peu de temps inutile. En bref, une histoire imparfaite, mais avec du charme.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Office Romance Cruelty
0 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 10 jours
16 épisodes vus sur 16
Complété 0
Globalement 9.5
Histoire 9.5
Acting/Cast 10
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 9.5

Très belle romance et doublée en français qui plus est !

Je trouve personnellement que les dramas coréens ont la fâcheuse tendance à véhiculer leur lot de petites déceptions comme des personnages secondaires passés à la trappe ou les incohérences de scénario .
Ce n'est pas le cas ici avec des personnages mis en situation dans cette structure d'état dont l'importance est soulignée: niveaux de vigilance, les médias, conséquences sur la population...

La trame de fond est somme toute assez banale avec le thème, réaliste si l'en est, des liaisons ( et ruptures !) sur le lieu de travail. Les problèmes apparaissant avec les conflits et potins mondains inévitables, en Corée comme ailleurs...
Cependant, je suis tenté d'adoucir ce dernier genre en faisant le parallèle avec "Le Jeu de l'amour et du hasard" de Marivaux et qui pourrait s'appliquer ici.
Tous les personnages entrent en scène pratiquement d'un seul coup, avec chacun son rôle à jouer mais le tout étant lié précisément par l'importance de leur activité.
Hormis les chassés-croisés amoureux, on apprend beaucoup de la vie des familles et collègues de tout ce petit monde auquel on va très vite s'attacher.

C'est, à mon sens, tout l'intérêt de ce drama qui permet en outre d'apprécier au mieux le très bon jeu des acteurs avec sa version en français.

En résumé, ne manquez pas ce titre ravissant, surtout si vous êtes du genre romantique.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Pit Babe: Uncut
0 personnes ont trouvé cette critique utile
par Miyu
Il y a 10 jours
13 épisodes vus sur 13
Complété 0
Globalement 6.0
Histoire 6.0
Acting/Cast 7.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 1.0

Les débuts timides de l'omegaverse en drama...

En toute honnêteté, je n’avais pas prévu de regarder ce drama… Il m’avait intrigué en voyant Pavel au casting puis en découvrant qu’il s’agissait d’un « omegaverse »… J’avais tourné les talons… Alors pourquoi y revenir ? Car il s’agit de l’un des premiers adaptés… Qu’il y a donc un côté « novateur » (enfin sur papier hein…) qui a fini par m’intriguer.

Alors, j’avoue que ce drama n’est pas déplaisant ! J’ai apprécié suivre cette petite bande. Bien que beaucoup de relations sont, à mon sens, assez malsaines puisqu’elles commencent sur des bases de mensonges/manipulations. Après, si les personnages pardonnent facilement soit… Nous ferons avec x’D. Je dois tout de même souligner que le jeu des acteurs n’est pas toujours très égales… J’ai eu quelques bugs avec le jeu de « Pooh – Charlie » (J’ai parfois eu la sensation que son intonation sonnait faux & me suis demandée s’il s’agissait d’un doublage Oo ! C’est assez perturbant !) mais également avec « Pavel – Babe » surtout dans les scènes d’actions… x) !

De plus, l’omegaverse n’est clairement pas fait pour tout le monde… Et si je ne déteste pas le genre, je n’en raffole pas non plus, le consentement étant souvent approximatif voire inexistant… Et les droits humains bafoués…
Heureusement pour moi, finalement bien qu’il est vendu comme tel, à part quelques mentions par-ci par-là, le concept n’a pas vraiment été exploité… (Bien qu’il soit déjà facile de perdre le visionneur avec le peu mentionné…) Finalement, ça aborde l’omegaverse & les courses automobiles mais de façon succincte… Ce qui est dommage puisque c’est ce que l’on nous vend avec le synopsis…

Il est sur que puisqu’il s’agit de l’un des premiers, ils n’ont pas été à fond dans le concept… ll faut dire que cet univers n’est sans doute pas le plus facile a exploité… Après, j’imagine que maintenant qu’ils ont commencé ce genre, nous en verrons plus dans les mois/années à venir… Une chose est sure, si je me suis lancée dans celui-ci, il n’est pas sûr que je suive si une vague commence :D !

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Kiseki Chapter 2
1 personnes ont trouvé cette critique utile
par Link
Il y a 11 jours
6 épisodes vus sur 6
Complété 0
Globalement 5.0
Histoire 4.0
Acting/Cast 7.0
Musique 5.0
Degrés de Re-visionnage 3.0

Sans caractère...

Kiseki Chapter 2 rejoint l'équipe de My Dream, Bite Me et compagnie. Des dramas pas totalement mauvais, mais où l'impression globale est telle qu'ils en deviennent pas (ou peu) recommandables.

Mon plus grand souci est son manque de consistance et de caractère. Pour moi, il n'a aucune identité qui lui soit propre. Il existe, c'est tout. L'image est nette, mais elle manque d'une ambiance. Un peu comme les séries vietnamiennes. Elles ont des idées et du potentiel, cependant l'absence d'une ambiance brise le charme. Après visionnage, j'aime bien me rappeler d'un dialogue, d'une scène, d'un plan, d'une musique, voir d'une émotion qui m'a traversé. Ici, je n'ai rien retenu sauf un roulement d'yeux (le mien).

De plus, je n'ai pas particulièrement aimé les scènes intimes. J'applaudis les acteurs pour leur audace, mais les scènes (tournées ainsi) n'étaient pas nécessaires. D'autant plus qu'elles ne possédaient aucune ambiance, encore une fois. Elles manquent de charme, d'élégance et de cette pointe de subtilité.

Bref, Kiseki Chapter 2 est un drame en demi-teinte qui ne trouve jamais son identité. Malgré le bon travail des acteurs, c'est une histoire qui manque de profondeur et de caractère pour en garder un souvenir.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Il y a 11 jours
8 épisodes vus sur 8
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 8.5
Acting/Cast 9.0
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 5.0

Bromance toute mignonne

Cette série est courte, n'offre rien d'extraordinaire, mais on évite tout les pièges habituels des BL.
One est dans une bromance agréable à suivre, pour ceux qui veulent juste passer un bon moment devant une série sans prise de tête.

La musique est d'ailleurs, très chouette. La chanson principale, même si elle n'est pas incroyable, à rejoint ma playlist car elle est douce et très agréable à écouter.

Mon seul bémol sera pour le personnage de Ray qui m'a exaspéré dans sa manière de réagir face aux relations amoureuses.

Bon visionnage si vous vous laissez tenter.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Addicted Heroin
0 personnes ont trouvé cette critique utile
par Cadaric
Il y a 12 jours
15 épisodes vus sur 15
Complété 0
Globalement 3.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 8.0
Musique 6.0
Degrés de Re-visionnage 1.0

Série inachevée. ?

Série pas finie et ne le sera pas🤬, ben prévenez, j'ai pas envie de passer des heures devant une histoire inachevée, à m'intéresser à une histoire dont je n'aurais pas la conclusion.
Sans compter les scènes qui se répètent pour faire durer, les changements de personnalité ou de choix des personnages...
Ok c'est mignon à voir et on a envie de savoir comment la situation familiale finira... Et ben pas de prise de tête, vous n'en saurez rien, Voilà.
Cet avis était-il utile?
Complété
Chang Feng Du
0 personnes ont trouvé cette critique utile
Il y a 12 jours
40 épisodes vus sur 40
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 7.0
Musique 5.0
Degrés de Re-visionnage 5.0

Si l'ennui s'installe, on peut alors se rabattre dessus

Critique en mode ultra fainéante :

Les plus :
Un début prometteur et une première partie poignante : La scène où Juisi arrive en mode badass et donne une raclée à l'antagoniste était superbe!Une première partie qui m'a fait plus d'une fois sourire et pleurer.
Le jeu d'acteur de Bai Jing Ting progresse de jour en jour et c'est un plaisir de le voir! Je n'aurais jamais cru qu'il puisse m'attendrir à ce point dans cette scène où il défend son père ou lorsqu'il va briser les jambes du harceleur de sa femme. Un très gros point positif pour lui!

Les moins :
Une deuxième partie ennuyante : l'intrigue devient de plus en plus fumeuse et on regrette que les vilains de l'histoire soient si bêtes, si méchants, si puérils et sans aucune profondeur réelle.
Les personnages secondaires avaient du potentiel et au final se révèlent soit inutiles, soit fades, soit de simples objets de décoration au profit des protagonistes. C'est vraiment dommage...
L'intrigue tourne autour de nos tourtereaux et si au départ, nous prenons plaisir à les suivre, dans la deuxième partie, cela devient moins drôle, moins intense, moins profond. Cela fait un peu plus penser à caliméro (ça chouine à tout bout de champs)....
On peut penser que les femmes étant à l'honneur, on aurait quelque chose de bien....peut-être que le scénariste a trop voulu en faire, mais cela finit par être indigeste et je n'ai pas pu compatir avec les soucis de ces femmes, ni les soutenir.
Les hommes ne servent pas à grand chose au final, et on regrette l'absence de consistance dans leur évolution.

Ce n'est pas un mauvais drama, mais ce n'est pas un bon non plus....

Lire davantage

Cet avis était-il utile?

Discussions récentes