Renseignements

  • Dernière connexion: Il y a 3 jours
  • Genre: Femme
  • Lieu: Villers sous saint leu
  • Contribution Points: 0 LV0
  • Rôles:
  • Date d'inscription: mai 17, 2019

achuland

Villers sous saint leu

achuland

Villers sous saint leu
Complété
The Search
4 personnes ont trouvé cette critique utile
janv. 12, 2021
10 épisodes vus sur 10
Complété 0
Globalement 6.0
Histoire 6.5
Acting/Cast 6.0
Musique 5.0
Degrés de Re-visionnage 3.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Un titre prometteur et décevant

Depuis "Descendant of the Sun" je fais une fixation sur les séries avec des militaires (un fantasme de jeunesse et Song Joong ki doit y être pour beaucoup). J'avais beaucoup aimé "Crash Landing on you" (ma crise d'hystérie d'ado n'a pas encore atteint son summum) c'est donc avec joie que j'apprend qu'une série type militaire était planifiée. Et pourtant, je vais devoir déchanter très vite...
La série n'est pas mauvaise en soi mais pas assez prenante pour que j'y ai pris un réel plaisir. 10 épisodes étaient peut-être, de manière assez contradictoire, insuffisants. Il y avait encore tant à raconter, tant d'interrogation inachevée...
J'ai apprécié le côté SF du scénario, assez intéressant sans être d'une grande originalité (le coup du virus est assez classique). Mais tout cela a été selon moi sous-exploité. Et beaucoup d'incohérence, de non sens dans le scénario.
Je n'entrerais pas dans le détails afin de ne pas gâcher le plaisir de ceux qui veulent le voir. Mais une petite équipe qui est loin d'être l'élite se voit assigner une mission à haut risque avec des cibles surhumaines? Hum, j'ai eu du mal à adhérer (mais pourquoi pas).
L'histoire de la caméra : pourquoi? quand? comment? (ou alors j'ai raté quelque chose en allant à la pause pipi...). D'ailleurs, mon mari me disait "j'espère qu'ils ne vont pas nous faire le coup du caméscope dans l'eau qui fonctionne encore 23 ans plus tard", cela n'a pas loupé.
Que faisait la cible dans le village, qui était-elle? Pourquoi des couleurs différentes? L'ennui est donc qu'on nous pointe dans une direction et puis, plus rien. C'est plutôt frustrant.
La relation entre les personnages est très loin (TRES) d'être forte, réelle, fusionnelle...L'alchimie entre Yong Dong Jin et Son Ye Rim est proche du néant. On nous montre trois fois rien, on ne sait donc ni comment et ni pourquoi il y a eu une relation entre ces deux là. Ce qui a pour conséquence un manque d'empathie de la part du spectateur. Je m'attendais à plus de bromance entre les soldats, un peu comme dans 'Descendant of the sun" et puis, non, un semblant d'amitié.
Suis-je un peu dure? insensible? peut-être, mais je n'ai pas réussis à m'attacher à un seul des personnages, et à ce niveau là, il m'était donc dur de sympathiser avec eux. Et puis il faut avouer que les vilains de l'histoire manquent cruellement de charisme et d'intelligence...Bref, un drama qui avait du potentiel et qui au final s'est un peu cassé la figure et qui ne restera pas dans ma mémoire longtemps.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
De Retour du Gouffre
3 personnes ont trouvé cette critique utile
août 2, 2023
40 épisodes vus sur 40
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 10
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 7.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Du rire et une jolie romance, un été qui s'annonce sous de beau auspice !

Il pleut. Si pour certains vacanciers, c'est une plaie durant la période estivale, c'est une aubaine pour le nord de la France. Avouons que pouvoir rire de bon coeur sous son plaid, alors que l'orage gronde est plutôt plaisant.

L'intrigue nous amène cette fois dans le royaume des mortels où se côtoient taoist et démon. La sémillante Yan Hui expulsée de son clan y rencontre l'esprit millénaire dragon, Tian Yao. Ce dernier à la recherche de certaines parties de son corps, éparpillés à travers les 4 coins du monde après une trahison de sa fiancée Su Ying, comprend rapidement que Yan Hui possède une partie de ce qui lui appartient. Et voilà notre duo de choc, envers et contre tous, sur les routes afin de reconstituer notre dragon millénaire.

Envers et contre tous. C'est un peu le thème de notre drama. Derrière le ton léger et drôle, du moins durant la première partie, se cache le problème de cette normalité que l'humanité a imposé depuis des siècles. A travers l'histoire de Yan Hui et de Tian Yao, c'est l'universalité de la différence qui nous est montrés. Qui est le monstre? Qui est l'humain? Cette peur de l'inconnu, cette idée de ce qui est différent est obligatoirement mal. J'ai vraiment apprécié la morale de l'histoire et c'est joliment mis en scène à travers les différents couples humain/démon mais aussi ce rejet que chaque protagoniste rencontre au sein même de son clan.
J'aime que rien ne soit blanc ou noir, la nuance se glisse partout que cela soit chez les humains ou les démons.

L'humour omniprésent allège considérablement l'atmosphère et on se surprend à rire de bon coeur, du moins dans la première partie. La seconde partie devient plus dramatique et perd un peu ce côté étonnant et loufoque mais n'en reste pas moins agréable à suivre.

Les personnages? c'est le point fort et une belle réussite dans ce drama.
Yan Hui est le personnage central de ce drama. C'est un personnage féminin pétillant de vie dont la joie et la bonne humeur ont illuminé le petit écran de ses répliques détonnantes d'intelligences et de drôleries! J'ai totalement craqué pour ses actions inattendues et ses mimiques ultra "cutes"! J'ai adoré sa force et sa féminité, c'est un personnage superbement interprété par Zhou Ye! Je découvre cette actrice et j'avoue que j'ai été bluffée par son jeu. Je pense que Yan Hui fut le pilier de ce drama.
Tian Yao, moins exubérant, apporte ce contraste nécessaire dans notre duo, rendant le côté loufoque de Yan Hui encore plus évident. Leur couple fut adorable malgré je l'avoue une petite perte d'intensité pendant une partie du drama (je vous laisse deviner à quel moment....).
Les personnages secondaires ont été soignés, et nous prenons beaucoup de plaisir à suivre chacune de leur histoires.

C'est donc un drama extrêmement agréable à suivre avec une sacrée bonne dose de bonne humeur!

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Kingdom 2
3 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 24, 2023
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 9.0
Musique 6.0
Degrés de Re-visionnage 8.0

Un zeste d'histoire, une pincée d'action musclée et jouissif, une touche d'humour...

Ma critique concernera le film 1 et 2. Je sais, mais ce sont les vacances et je suis en mode "lazy".
Les actualités parlent de vague de chaleur, mais ici dans le nord, la pluie domine ces derniers jours notre belle campagne. Ce qui nous permet de rester bien au chaud et de regarder des films à tout hasard trouvé dans mon disque dur. A tout hasard? Pas vraiment, Ado1 lisait déjà le manga et n'a donc pas hésité à nous clamer " ah oui, trop bien ce manga" et hop nous voilà parti pour les deux premiers films de cette saga ma foi plutôt rondement bien menée.

Posons l'Histoire. Avec un grand H. Oui, car l"intrigue se passe durant la période des Royaumes combattants en Chine. Inspirée de la vie du général Li Xin et de l'empereur Qin Shi Huang , l'histoire nous raconte le rêve de Li Shin (prononciation japonaise) de devenir le plus grand général de tous les temps. Il est évident que l'intrigue sera "romancé" afin de nous vendre un film à l'action musclé. Bien loin d'un documentaire, cela a tout de même le mérite de nous donner ensuite (ou pas) d'en savoir un peu plus sur cette période de l'Histoire. Après tout, Qin Shi Huang deviendra l'empereur unificateur de la Chine et aura à son compte la standardisation de l'écriture, la monnaie, les poids, les mesures, les soldats en terre cuite et celui qui aura commencé la fondation de la Grande Muraille de Chine...Quant à Li Xin, il est décrit comme un général brave et courageux et ayant apporté une grande aide à l'empereur durant les batailles des royaumes combattants.

La réalisation, sans atteindre l'excellence de la sage "Kenshin" est dynamique avec des couleurs chaudes oscillants entre des tons sombres et ocres. Nous sommes plongés dans l'intrigue sans fioriture . Rapidité ne veut pas dire bâclé, le scénario prend le temps de nous faire apprécier les relations entre nos protagonistes. La simplicité de l'intrigue nous permet de suivre avec intérêt l'avancé de la guerre et les enjeux de l'état de Qin.
L'action est fluide et les combats dynamique. La petite touche d'humour typiquement japonaise parsemant les films déride, le film n'a pas vocation à se prendre au sérieux et c'est tant mieux. Le sentiment de se trouver devant un manga ou un animé est très plaisant, bien que parfois "absurde", nous n'en voulons pas au réalisateur puisque c'est un parti pris.
Le jeu d'acteur est plus qu'honorable et on apprécie grandement les personnages que cela soit principaux ou secondaires. Une petite mention au général Ouki qui provoque un sentiment entre respect et effroi. Son sourire carnassier et la lenteur voulue d'une voix lancinante engendre une impression de perversion (à la limite du psychopathe) très vite démentie par des actions qui piquent notre curiosité.

C'est donc avec une grande impatience que nous attendons le film numéro 3 qui ne saurait tarder, puisque prévu pour juillet 2023!

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Dr. Romantic 3
3 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 20, 2023
16 épisodes vus sur 16
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 9.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 5.0
Cette critique peut contenir des spoilers

Après 2 saisons magistrales, une troisième décevante

Moins.
Epique, intense, émotionnelle, drôle. Ce n'est pas un mauvais drama, mais tout est moins.

Les points positifs :
- Docteur Kim bien sur! Si je me lance sans hésitation dans une 3 troisième saison, les yeux presque fermés, c'est essentiellement pour cette figure paternelle.
- Le retour de Kang Dong Joo ! Il n'y a rien à faire, Dong Joo et son arrogance innée reste mon chouchou...
- L'annonce du retour de Yoon Seo Jung.
- Lee Kyung Young qui nous interprète un rôle où il ne tient pas le rôle du "méchant".
- La même équipe gagnante : Oh Myung Shim, Park Eun Tak,Nam Do Il, Mister Goo
- Un Woo Jin mature et dont les actions m'ont impressionnés par une sagesse digne de son maître.

Les points négatifs ( et qui ont malheureusement fait baissé mon intérêt au fur et à mesure des épisodes) :
- Un docteur Kim présent mais qui passe un peu au second plan. Je trouve dommage que sa présence ne serve plus qu'à "consoler" les protagonistes (qui en ont fait des c*** ries )ou à leur donner des conseils d'un ton paternel.... C'est personnel, mais je préfère le docteur Kim des deux premières saisons : un ton caustique et des répliques cinglantes, tout cela avec un sourire carnassier et un regard ironique. Ne vous attendez pas à retrouver la folie légendaire du docteur Kim ici et c'est aussi ce qui m'a fortement déçue.
- Des romances fades, ennuyeuses. Le drama a trop tourné autour des couples et de leurs "problèmes". SI les romances avaient été ne serait-ce qu'un tout petit peu adorable ou drôle, soit. Mais cela fut terne et ennuyant....Aucune dynamique entre les couples et des problèmes vus et revus des centaines de fois sans apporté grand chose à l'avancé de l'intrique ou des personnages.
- Des personnages secondaires bien moins intéressants et qu'on a plus envie de taper qu'autre chose (Jang Dong Hwa par exemple).
- Je n'aimais pas Cha Eun Jae, et je ne l'aime toujours pas. Peut-être est-ce dû à l'actrice qui n'arrive pas à me convaincre. Mais son comportement avec l'arrivé de Dong Joo n'a fait que confirmer la "stupidité" du personnage. Avoir la mort d'un des patients sur la conscience ne semble pas du tout la déranger, vu qu'elle ne cesse de proclamer avec fierté" en avoir sauvé un autre, mais avec une belle outrecuidance, elle n'a pas honte d'accuser Dong Joo (qui faut-il le rappeler est tout de même son supérieur......) d'avoir fait une opération "illégale", hors de sa compétence, lorsque madame s'était absentée pour aller sauver une vie dans un service qui n'est pas le sien. C'est tout de même plus que grossier....Elle peut n'en faire qu'à sa tête, mais pas les autres. Le peu de respect que j'avais pour ce personnage vient donc de s'évaporer....
- Les histoires m'ont peu touché, je pense que la redondance des scènes d'opération y est pour quelque chose.
- Des antagonistes peu charismatiques et qui n'ont jamais été un challenge pour Docteur Kim.
- Une facilité scénaristique qui indique que la scénariste devient un peu fainéante (la pluie plus que bienvenue, la députée impliquée par 3 fois avec l'hôpital....).
- Et Kan Dong Joo!!! On en fait tout un tintouin, une carte cachée, un talent intense blabla...au final, son panache fut de courte durée et l'impression désagréable qu'il n'a servit à rien persiste jusqu'à la toute fin....

C'est donc un drama qui se regarde avec une certaine indifférence et qui est loin d'être à la hauteur des 2 premières saisons.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Splash Splash LOVE
3 personnes ont trouvé cette critique utile
déc. 14, 2022
2 épisodes vus sur 2
Complété 0
Globalement 8.5
Histoire 9.0
Acting/Cast 10
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 8.5

Si peu de temps pour si tant d’amour

Un drama de 2 épisodes. 2 fois 60 minutes. Soit l’équivalent d’un long métrage. Le seul défaut de ce mini drama à mes yeux ? Le format trop court…

Dan Bi est une lycéenne somme toute banale, elle n’est pas forcément jolie, et ne brille pas par une intelligence hors norme. Son niveau scolaire tire plutôt vers le bas ce qui aura tendance à la rendre nerveuse la veille de son examen de fin d’année.
Voilà notre petite étudiante en chemin, avec tout l’encouragement d’une mère qui le sait, vers un bien difficile moment.
Dan Bi, et je la comprend bien, rechigne et fuit. Fuir des chiffres honnis. Fuir des nombres dictateurs. On la retrouve, sous une pluie salvatrice, priant, psalmodiant à Qui ou Quoi veut bien l’entendre une solution, une cachette, un n’importe quoi qui pourrait bien la sauver. Certains, de ce que j’ai pu en lire, parlent de pouvoir. Mais point de ceci à mon humble avis. Je dirais que cette flaque d’eau représente bien un trou, cet endroit qui nous permet à toutes et tous de nous cacher illico presto lorsque tout va mal.
Dan Bi en traversant le temps, comme je l’envie, y rencontre de manière peu fortuite une personne loin d’être ordinaire, le roi Seojong le grand ! Pour qui s’intéresserait un peu à l’histoire de la Corée, SeoJong n’est autre que l’inventeur de l’écriture coréenne, le Hunmin Jeongeum, autrement dit le hangeul. C’est un alphabet qui devait remplacer le système chinois, trop complexe.

Alors oui, tout est romancé, tout est simplifié. Mais à vrais dire, nous passons 2 heures à sourire bêtement et à rire aux éclats, que demander de mieux, si ce n’est, il est vrai que l’Histoire soit respecté un minimum. Je n’ai pas le bonheur de m’être penchée sur l’Histoire de la Corée. Un jour, lorsque le 6ème aura la bonne idée de me laisser lire, je ferais surement quelques recherches sur ce petit pays si intéressant.
l’Histoire, sans être à la virgule prés de ce qu’on peut y lire sur Wikipédia, s’intéresse au balbutiement des inventions de l’époque, dont la mesure des pluies et la naissance de l’écriture hangeul. Sans entrer dans les détails, le scénario arrive à nous y impliquer et à nous donner envie d’en apprendre plus.

Mais revenons à Dan Bi et Seojong.
Rafraichissant et tellement drôle. Voilà ce qui me viendrait à l’esprit tout de suite. Nous passons la première heure à rire des déboires rencontrés par Dan Bi mais aussi par Seojong. Le choc futur/passé est attendrissant et nous nous amusons devant la soudaine aptitude de Dan Bi à enseigner des choses telles que Pythagore à Seojong. Leur complicité est magique et leur fou rire addictive.
La progression de la relation n’est ni lente, ni rapide. Elle est d’ailleurs tellement naturel qu’il nous paraît inconcevable que ce couple ne puisse finir ensemble…
Il m’est souvent arrivé de pester. Déjà fini ? Une suite ? tels que "Gu Family Book" ou "the three musketeers", nous rêvions qu’une fois, Oh une seule fois (en occultant "Dream High" ou les "reply") que ces coréen puissent nous pondre une saison 2, et ce mini drama n’y échappe pas. Son parcours sans faute en 2 épisodes était parfait….mais, je n’aurais pas dit non à 12 voire 16 épisodes…mais cela n’engage que mon avis bien sur.

Ah Kim Seul Gi….une actrice que j’ai découvert avec "Flower boy next door !" et que j’affectionne vraiment beaucoup. J’ai prié, les genoux infléchis et les bras secrètement levés afin de la voir un jour dans un rôle principal. Il m’était je l’avoue pénible de la voir en second rôle dans « Oh My Ghostness » ou frustrée dans « Surplus Princess »… Quel bonheur de la voir briller dans ce mini drama ( Et voilà pourquoi il aurait fallu plus que 2 épisodes!!!), car bien loin des standards de la beauté classique ou sensuelle qu’on nous impose, son grand sourire de vamp et ses yeux pétillants de joie apportent une intensité et une lumière provocante qui nous éblouirait presque. J’aime sa façon de jouer, toujours juste, de surjouer le ridicule mais qui amène tant de rires, sa voix haute perchée si particulière qui contient tellement de sensibilité. Une actrice impressionnante et qui nous aura encore une fois bluffée. Je suis fan. Totalement. Et je trépigne d’impatience de la voir encore, enfin, dans un rôle principal.

Yoon Du Jun est un « idol », il appartient au groupe Highlight. Il est donc un novice dans le domaine cinématographique. J’ai été agréablement surprise, ce qui est d’ailleurs étonnant vu le nombre de fois où de jeunes acteur/actrice ont pu me surprendre. Yoon Du Jun a su interpréter Seojong le grand avec brio et humour. La scène des multiplications avec Dan Bi restera épique en ce qui me concerne.
Les personnages secondaires, sans être transcendants, on retrouve d’ailleurs souvent les mêmes dans les rôles de ministre, sont sympathiques. Je pense notamment à la Reine So Hyeon et au garde du corps. J’ai trouvé dommage que ces deux personnages n’aient pu être développés en profondeur.

Un drama intelligent, drôle (très) et touchant, 2 heures que nous ne voyons pas passer, des acteurs qui ont su interpréter majestueusement leur rôle. Dois-je encore inciter à se lancer sans hésitation au visionnage de ce petit bijoux ?

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Be Reborn
3 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 7, 2022
26 épisodes vus sur 26
Complété 0
Globalement 9.0
Histoire 9.0
Acting/Cast 9.0
Musique 6.0
Degrés de Re-visionnage 10

Un excellent drama!

Le pourcentage de chance de tomber sur une autre perle tout de suite après "Under the skin" n'était pas très élevé, devrais-je aller cocher mes numéros de loto? Trèves de plaisanterie, passons aux choses sérieuses.

Du plus loin que remontent mes souvenirs d'enfance, une mini série de 3 épisodes a fait rêver la petite fille que j'étais, découvrant le monde des voleurs de haut niveau : "Si c'était demain", ah oui, oui, cela ne date pas d'hier, 1986 tout de même.... Je revois Tracey faussement accusée et devenant une sacrée voleuse accompagnée de Jeff Stevens (dont j'ai eu pendant longtemps le béguin), ah c'était un tout autre monde, une autre façon de conter les histoires.
Puis sont arrivées les 3 fameuses soeurs Kisugi! Oui, oui les soeurs Cat's Eye qui ont bercé mon adolescence, indémodable. Manga, animé, OST, tout est encore dans ma mémoire.
Depuis, sans être ni une fan absolue ni une novice, de Hong Gil Dong en passant par "Ocean Eleven" et Arsène Lupin, j'en ai vu, entendu ou lu.

Ce fut donc avec une petite appréhension que je me lance dans le visionnage de "Be Reborn" après quelques critiques élogieuses glanées en diagonale. C'est déjà un exercice difficile que de pouvoir captiver l'auditoire mais encore plus difficile de garder cet intérêt du début à la fin.
"Be Reborn" fera donc partie désormais de ces dramas qui ont su nous harponner dès le synopsis, un drama qui, dieu merci, a su être d'une intelligence redoutable.
Mais pas seulement.
Un drama avec cette pincée d'humour qui bien souvent fera la différence à mes yeux.
Un drama mettant en scène un superbe duo, qui une fois n'est pas coutume, surenchérira à qui sera le plus malin, sans omettre la touche d'émotion nécessaire à la réussite d'une amitié hors norme.

Vous l'aurez compris, un drama qui selon moi réunit quasiment toute l'exigence du drama de l'année :

Le scénario : Un voleur. Pas vraiment. Wen Jie fait bien partie d'une famille très connue de voleur, de l'arrière grand-père jusqu'au père. Voulant rompre avec ce cercle, le jeune homme s'en est éloigné depuis la mort de ses parents, refusant tout contact avec le cercle des voleurs. Face à lui, un officier de police, Luo Jian, dont les principales enquêtes seront d'arrêter ces-dits voleurs. Le duo se formera naturellement avec pour chacun une raison différente d'enquêter sur ces vols, des raisons qui au final vont les rapprocher indéniablement.
Le scénario, simple de prime abord, va s'intensifier au fur et à mesure, entrainant le spectateur dans une course contre ces voleurs, avec bien sur un vrai "boss" de fin. Nous sommes dés le début happés par l'intrigue qui pianote sur un suspense où se mêle l'intelligence de nos protagonistes aux ruses des voleurs. C'est dynamique et les scènes de cambriolage pertinentes et intéressantes. Peu de fois où nous aurons l'envie de ronchonner face à la stupidité des actions que cela soit de la part des protagonistes ou des antagonistes. L'intérêt des ces vols se dévoilent petit à petit, comme un puzzle qui doucement se dessine. Rien n'est laissé au hasard et il m'est arrivé plus d'une fois de m'exclamer de stupeur ou de me creuser les méninges afin de comprendre la subtilité des situations. Je suis loin d'être versée dans cet art, mais j'oserai tout de même penser que l'expérience de la lecture ou de mes visionnages me permettent tout de même de pouvoir anticiper ou comprendre ce type de scénario.
L'intensité des épisodes est un savant mix d'actions et de dialogues épiques...Ce qui nous amène au gros gros gros point fort de ce drama.

Les personnages : Nous avions eu droit à un fantastique duo dans "Under the skin", ici encore, pour notre plus grand bonheur un duo un peu unique dans son genre grâce à l'écriture mais aussi au jeu d'acteur.
Je vais commencer par un des rares officiers de ce genre dans l'univers du drama, Luo Jian !
Depuis " Reset", je cherche désespérément un autre Zhang Cheng, et dieu merci, je n'ai pas attendu bien longtemps. Luo Jian est LE policier par essence ; si tous les officiers de la police, réels ou pas, pouvaient n'avoir que 10% de son intelligence, de son humour, de sa perception de voir les choses, de sa sincérité...le monde irait tellement mieux. Un personnage qui brille non seulement par son observation et sa fine déduction, mais aussi par ses qualités humaines. Rarement grincheux, n'usant jamais de violence (vous savez, cette violence policière qui est si souvent perçu comme "normal" dans une série ou un film) que cela soit dans ses actes ou ses mots, Luo Jian est un personnage maniant habilement un humour subtil, une attitude posée et parfois ironique tranchant sur la finesse de ses observations. Son absence de rébellion pourrait surprendre, notamment lorsque Su Ying fait son apparition ; au lieu de le trouver obséquieux, je l'ai au contraire trouvé fort intelligent d'éviter la confrontation, ce qui lui permet de ne se concentrer que sur l'essentiel. C'est bien connu, les conflits peuvent très vite gâcher le quotidien et nous épuiser. Le scénariste, Dieu merci, nous offre donc un protagoniste inoubliable et excellent tant par ses qualités humaines que par ses compétences de policier.
Sa relation avec Wen Jie était un délicieux mélange de "super pote" mais avec un brin d'attitude paternel. Soucieux en permanence de la sécurité de Wen Jie, le capitaine Luo ne s'arrête pas pour autant à cela. Il va plus loin, tissant ainsi une amitié assez unique en son genre, faite de complicité et de respect, une amitié entre un quadragénaire et un jeune de 20 ans, un vrai délice. Cet écart d'âge donne lieu à des dialogues drôles et touchants, mais qui nous donne ce sentiment un peu étrange qu'ils sont pourtant sur le même pied d'égalité. Ce fut réellement un soulagement et un plaisir de le voir déclamer cette confiance presque aveugle en Wen Jie, une foi qui ne manquait pas de surprendre son entourage. C'est une qualité rare de nos jours, que de laisser le bénéfice du doute avant de juger une personne, et surtout de ne pas laisser la facilité des préjugés assombrir un jugement, je pense notamment au drama que je regarde actuellement "From now on, showtime!", lorsque Seul Ha apprenant l'identité de Cha Woong, je n'ai pu m'empêcher de soupirer "si cela avait le capitaine Luo, il n'aurait jamais rejeté la faute du grand-père, si faute il y a, sur le petit-fils...". C'est ce qui rend ce personnage ultra adorable. Zhang Yi (张译) est un acteur chevronné qui a déjà son actif beaucoup de dramas dont "Reborn" et de film comme "The Eight Hundred" (un magnifique et émouvant film que je recommande chaudement). J'avoue, je ne connais pas très bien Zhang Yi, et pour une première rencontre avec cet acteur, ce fut un coup de foudre, confirmant que le talent supplante superbement ce physique d'Apollon que l'on retrouve trop souvent ces derniers temps. Jonglant avec nonchalance entre le sérieux et le comique, l'acteur a su nous faire rire avec trois fois rien et nous épater avec son jeu subtil. C'est un acteur que je me fais fort de suivre avec assiduité dorénavant.
Et son partenaire? Zhuang Wen Jie est un étudiant en droit et sa volonté de vouloir apprendre la vérité sur son père vont le pousser à se retrouve face à Luo Jian et aux criminels. Si dans les premiers épisodes, Wen Jie nous épate par ses pensées et actions astucieuses, nous découvrons petit à petit un personnage sensible, mature. Bien que souffrant de la perte de ses parents et du statut de son père, le personnage ne brûle ni de vengeance ou de rancune envers la société. Bien au contraire, choisissant une voie à l'opposé de son père, et sans jamais se dénaturer, Wen Jie devient un étudiant en droit avec la ferme intention de vivre une vie normale. Après sa rencontre avec Luo Jian, Wen Jie gagne en confiance, ses blessures et son sentiment de n'être que le fils d'un voleur disparaissant petit à petit. Ici aussi, le scénariste nous offre l'écriture d'un personnage doué d'une sacré intelligence et d'un raisonnement juste, quelque soit la situation. J'ai adoré les interactions entre Wen Jie et Luo Jian, qui sont pour ma part une paire incroyable d'enquêteur redoutable, et si je dois émettre un bémol, j'aurais aimé les voir interagir un peu plus!

Karry Wang (王俊凯) est un acteur que j'ai plutôt apprécié dans "Eagles and Youngster" mais sans m'avoir jusque là impressionné. C'est surtout à travers ses chansons que j'ai pu le découvrir, en tant que leader du groupe TFboys. Je pense que son jeu doit encore s'améliorer, surtout en face d'acteurs plus aguerris où l'on sent encore ses faiblesses. Mais pour être honnête, il est encore jeune, son potentiel est bien présent.

Je le dis souvent, et ce depuis "Joy Of Life", la qualité d'un drama se voit aussi à travers l'importance de petits détails comme les rôles secondaires. Ici, vous ne serez pas déçu. Que cela soit l'officier Liao Shuang et ses traits d'humour bien placé , Su Ying dont je m'attendais à ne pas apprécier, un peu comme Lu Hai Zhou (Under the Skin), elle apporte pourtant une petite touche d'humanité supplémentaire à Luo Jian dû à leur passé et leur relation un peu alambiqué. Ou encore Lin Zhi Yue que nous voyons peu et qui nous apporte pourtant cette petite touche de romance adorable. Ou Les antagonistes à la hauteur ou presque de nos génies. Des antagonistes ni tout blanc, ni tout noir, mais avec un sens remarquable du détails qui leur ont permis de tenir la dragée haute à Luo Jian et Wen Jie. Certes, il nous a été relativement facile de deviner qui était le mastermind, mais cela ne nous a pas empêché de prendre beaucoup de plaisir, voire même d'essayer de comprendre les rouages du scénario.

En conclusion, ce drama est une perle absolue, à voir de toute urgence. Avec le pack "Reset", "Under The Skin" et "Be Reborn", vous serez réconcilié, si fâché vous l'êtes, avec des genres qui tendent à s'empâter un peu.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Cat's Cradle
3 personnes ont trouvé cette critique utile
mars 14, 2022
12 épisodes vus sur 12
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 8.5
Acting/Cast 9.0
Musique 7.0
Degrés de Re-visionnage 5.0

Un excellent drama mais pas pour tous.

Mal à l'aise. Serait la première chose qui me viendrait à l'esprit. Le drama dérange et pendant longtemps cela colle à la peau.
J'ai lu les théories par la suite, les suppositions et les avis de ce drama, avis d'ailleurs quasi unanimes. Bien que que j'applaudisse sur la réalisation bluffante du drama et son scénario complexe, j'avoue ne pas y avoir accroché pleinement.
L'atmosphère lourd du drama ainsi que les thèmes abordés ne pourront pas plaire à tout le monde. Je fais partie de cette catégorie. Un univers sombre où le peu de lumière existante est très vite étouffée. Nous ressortons d'ici perturbés, troublés. Le questionnement sur l'être humain et ses raisons, le pourquoi et le comment sont au coeur de l'histoire. La fatalité et la tragédie s'y côtoient, me donnant l'impression de relire du Caligula. La folie de ce conte de fée grinçante est-elle réelle? Lorsqu'on sait que ceci est basé sur un fait réel, des frissons d'horreurs me parcourent l'échine malgré moi.
Beaucoup de choses ont dû être détournées à cause de la censure chinoise, mais le livre semble aborder de manière plus crue la problématique du drama. Les fuites du script et de certaines scènes permettent de cerner un peu mieux la psychologie de certains personnages, les rendants encore plus monstrueux...
Il est difficile de parler de ce drama sans avoir à dévoiler la vérité de cette histoire, vérité qui, bien que prévenu, choque tout de même.
L'interprétation des acteurs, et plus particulièrement ceux des enfants, sont extraordinaires. Habités par leurs personnages, ils nous délivrent une démonstration en force de leur talent. Toute la subtilité de leur jeu a énormément eu un impact sur ce que nous devons croire ou pas. Bravo à ces talentueux génie en herbe!
La réalisation est de très bonne facture et le parti pris de filmer avec une lumière crue nous donne encore plus ce sentiment d'étouffement. Ici point d'Apollon et de Vénus aux manières "cute", la représentation des protagonistes est sombre, soulignée par un environnement décrépi et parfois glauque comme la chambre d'hôtel ou le bateau ainsi que le teint basané des enfants.
L'OST n'est pas de ceux à écouter lorsqu'on veut chantonner pendant le grand ménage du printemps ou sa douche. Des sonorités métalliques qui donnent froid dans le dos. Tout a été pensé pour nous déranger, jusqu'à la musique, jusqu'à la fable de Descartes, jusqu'à l'opening....

Garder donc en mémoire que ce drama doit être regardé sans avoir rien lu dessus, à l'aveuglette afin d'en apprécier les rebondissements.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Le Loup
3 personnes ont trouvé cette critique utile
oct. 6, 2021
49 épisodes vus sur 49
Complété 0
Globalement 8.0
Histoire 7.0
Acting/Cast 8.0
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 5.5
Après un début un peu laborieux, j’ai « avalé » les épisodes telle une affamée, et malheureusement comme après un repas trop copieux et festif, la digestion est un peu douloureuse. La difficulté est alors de finir son plat lorsque l’appétit n’est plus de mise.

La comparaison pourrait prêter à sourire, elle illustre pourtant mes pensées sur ce drama.

Une histoire telle que « The wolf » me fait souvent de l’oeil. Sur papier, elle avait des atouts aguichants. Je suis une accro des « childhood sweetheart ».

Mais aussi et surtout.

Des héros masculins froids, impassibles. Un personnage qui a l’allure d’un « vilain », d’un anti-héros. Je signe tout de suite ! Je pense notamment à "Love Better Than Immortality" avec Shangguan Qiu Yue.

Un garçon élevé par des loups et vivant une jolie amitié/romance avec la fille d’une noble famille. C’est du déjà vu, j’avoue pourtant aimé ce genre d’histoire. J’avais été un peu déçue par « My Mowgli Boy » et j’en attendais donc un peu beaucoup.

Un meurtre : en découle une accusation injuste envers le garçon loup qui sera le point de départ d’un malentendu entre eux. Malentendu qui durera 8 ans.

Le garçon loup grandit loin de son amie d’enfance et deviendra l’enfant adoptif de l’empereur Chu Kui en tant que Prince Bo. D’enfant loup au sourire lumineux et naif, notre héros deviendra un prince à l’apparence froide et cruelle. C’est ainsi que notre héroïne, Mai Zhai Xing retrouve son amour d’enfance.

La première partie du drama a été l’équivalent du grand huit en ce qui me concerne. Tout un panel d’émotion intense me faisant passer du sourire béat au battement de coeur désordonné.

Prince Bo.
Sans lui, je n’aurai pas tenu aussi longtemps.
La froideur de son attitude et ses mots mordants ne l’en rendaient que plus attachant. Sa solitude et la souffrance qu’il s’infligeait au nom de l’amour et de ses péchés ont été insoutenables. Je ne compte plus le nombre de fois, où je me devais de me retenir de hurler de frustration.
Comme dit plus haut, je souhaiterais voir des personnages de cette trempe un peu plus souvent.

Je n’aime pas les personnages incompris, les personnages portant sur leur épaule le poids des erreurs d’autrui. Il n’y a rien de plus horripilant qu’un personnage se sacrifiant encore et encore au nom de tout un tas de chose. J’avais vite abandonné « Everyone wants to meet you » ou « Irreplaceable love ». Dans « Everyone wants to meet you », le lien du personnage masculin avec sa mère, malsain selon mon ressenti, et son désir de vouloir la couvrir et de l'aider au risque de gâcher sa propre vie avait rendu très vite le drama pénible à suivre. Pire, dans "Irreplaceable Love", Li Luo Shu n'avait plus de vie propre, ne vivant que sous l'identité d'un autre pour le bien d'une femme qui n'était même pas sa mère....Des personnages torturés et qui subissent sans rechigner le regard des autres, se sacrifiant tout le long d'un drama n'est pas exactement ce qui me fait frémir. Je m’en détourne, souvent sans remords.

Mais ici, cela fut impossible.

Comment un personnage peut-il dégager autant de « badass attitude » tout en ayant l'aura d’un enfant au coeur brisé?
Comment un homme peut-il être auréolé de tant de sensualité tout en étant aussi simple et pur dans ses sentiments?
Diablement sexy et pourtant si « enfantin ». C’est ainsi que m’est apparu Prince Bo.

La force de ce bougre d’homme semble surnaturelle et impressionne, rendant les scènes d’action agréable à regarder, il vaut mieux éviter de se trouver confronter à ce type d'adversaire.
Mais ce qui m’a le plus surprise est l’intelligence de ses actions, de ses raisonnements et surtout, sa capacité à garder son sang froid en toute occasion. Toutes ces fois où les provocations de Zai Xing auraient pu le rendre en colère ou lui faire perdre sa belle contenance, il a su garder la tête froide. Il a été fort amusant de le voir railler sans aucune honte sa belle ou Ji Chong. Les réparties de Bo Wang furent un délicieux mélange de sarcasme et de tendresse implicite.

Sa relation avec Ma Zhai Xing est pétillante d’alchimie, du moins durant la première partie du drama. Chacun de ses gestes affole le coeur et ses regards remplis de tendresse nous font sourire béatement. Chacune de ses expressions agacées ou ses soupirs contraints avaient le don de nous faire rire (de faire fondre la soi- disant blasée que je suis...)

C’est avec impatience que j’attendais chacune de ses apparitions, de ses interactions avec Xing’er. En toute honnêté, je pense que Zhai Xing n’a pas vraiment mérité tout cet amour, tout ce sacrifice. Le couple que forme Bo Wang et Zhai Xing est adorable et d’une intensité sensuelle. Ce qui est finalement contradictoire avec mon ressenti. Avec ma pensée persistante que Xing’er n’aurait pas dû recevoir ce trop plein d’amour.

Je pense que cela est surtout dû au charisme incroyable de Bo Wang. La magnifique scène où Bo Wang, au village, sur le pont, écoutant le vent et tendant sa main pour attraper le sachet (jeté peu avant) devant les yeux de Xing’er résume bien le personnage. Le silence de ce moment a été parlant au-delà de simples mots. La magie de cet instant où Bo Wang ne fait plus qu’un avec la nature, le rendant à mes yeux bien plus émouvant que n’importe quel personnage de ce drama. Les nombreuses fois, où de loin, son ombre observant de loin sa belle est un crève coeur.

Ses actions n’ont pas fait l’unanimité dans la communauté de dramaland, certaines voix allant jusqu’à lui reprocher ses gestes un peu trop brutaux, voire à la limite de l’agression sexuelle (une seule scène si cela peut rassurer les puristes, ne serait-ce qu'un peu). Ce qui est discutable et je pense qu’en effet certaines scènes peuvent « choquer ». Une "agression" qui trouve son raisonnement dans ce désir de donner une image volontaire d'homme brutal et cruel, ne s'embarrassant pas de douceur si besoin. Chacun sera libre ou non de comprendre le geste de Bo Wang.

Bo Wang n’a jamais eu en tête de faire sciemment du mal à Xing’er. Bien au contraire, son seul et unique but étant de l’éloigner de lui afin d’éviter qu’elle ne soit en danger. Qui plus est, étant lui même en partie impliqué indirectement dans la mort de sa famille, ses remords et la douleur ressentis de ne pas avoir pu faire quoique ce soit pour elle, notre héros prend la décision de repousser sa belle, même si cela doit impliquer un comportement sauvage et diabolique.

Ces nombreuses fois, où son regard contredisait la dureté de ses mots...

Le maintien de sa décision l’honorait de par son obstination, jusqu’au bout, il essaiera tant bien que mal de passer aux yeux du monde comme un être sans coeur. Une phrase entendue dans « My fated Boy » (fantastique drama d’ailleurs) que prononce An An à l’encontre de son cousin s’applique à merveille à Bo Wang « Ce qui importe n’est pas ce que tu penses. Ce qui importe ce sont tes actions! ». Bo Wang prend donc le parti d’agir. Sa loyauté sans faille ne s'arrête d'ailleurs pas à Xing'er. Il est regrettable que durant la seconde partie le scénariste ait perdu de vue ce lien qui l'unissait à ses frères d'armes, à son jeune frère, et que cela ne devienne au final qu'un bonus, un détail sans importance.

Ce fut donc avec un réel agacement de voir Xing’er lui tourner le dos. Le meurtre de sa famille et la révélation de son identité aurait pu m’inciter à plus de tolérance et de compréhension. Que nenni ! Toute l’intensité et la douceur de leur échange durant la première partie a été violemment balayé dès la « pseudo » révélation du massacre. A ce tournant de l’histoire, je n’ai cessé de croire que quoiqu’il advienne, Zhai Xing irait férocement chercher la vérité. Tenterait de voir au-delà des apparences. Ignorerait les faux-semblants.

Comment-a-t-elle pu oublier ne serait-ce qu’une seconde ses propres agissements 8 ans auparavant? Etant la mieux placée pour deviner, comprendre les mensonges de Bo Wang, je n’ai pu qu’être profondément déçue par son manque de confiance envers lui. J'en suis venue à penser qu'elle avait envie d'y croire.

Xing’er est dépeinte comme une personne intelligente. Les premiers épisodes nous la montrant enquêtant sur le meurtre, nous incitaient à croire qu’elle en ferait de même 8 ans plus tard…La douleur d’apprendre la « vérité » sur le crime à l’encontre de sa famille est évidement justifiée. Sa colère a bien raison d’être. Mais une fois la souffrance « retombée »? le choc des révélations passé? Où est donc passé la supposée intelligence de Xing'er, son obstination à vouloir trouver la vérité? Quelle déception que cette vérité vienne d'un autre. Encore plus décevant fut la réaction de Xing'er (elle devrait prendre des cours auprès de Shi Yi, "One and only", sur ce point là). Je pense que cela n'a pas été à la hauteur des sentiments de Bo Wang.

C’est donc une seconde partie incompréhensible qui aura eu raison de mon intérêt pour ce drama. Il m'était difficile de voir Bo Wang s'enliser un peu plus dans ce quiproquo, se laisser insulter et mépriser par tous sans fléchir. Si je me suis entêtée à regarder jusqu'à la dernière minute, ce fut donc essentiellement pour lui et aussi un peu pour le trio de bras droit qui l'accompagnait ainsi que Yao Ji. Une fois n'est pas coutume, j'aurais souhaité voir Bo Wang finir avec la "vilaine" de l'histoire.

Je dois tout de même concéder que le couple Bo Wang et Xing'er fonctionne très bien. Ils sont adorables et leur interactions sont pétillantes. Chaque geste, chaque regard est rempli d'amour. Leur baisers et leurs étreintes sont sensuels et passionnés. Sincèrement, durant la première partie, j'avais le coeur tout en émoi à chacune de leur preuves d'affection. La scène où Bo Wang vient donner une petite leçon de tir à l'arc à Xing'er donne des papillons comme on aimerait en avoir plus souvent!

Yao Ji fut la surprise de ce drama. D'apparence mesquine et sournoise, le spectateur apprend progressivement à l'apprécier. Il est dommage qu'elle n'ait pas de passé ou d'histoire, nous en apprenons au final très peu sur elle. Ce peu là nous la rend attachante et sa loyauté envers Bo Wang me donnait envie, sincèrement, de la voir prendre une place plus importante. L'actrice Xin Zhi Lei (辛芷蕾) que j'avais découvert avec plaisir dans le génial "Joy Of Life", nous livre une "méchante" au charisme indéniable.

Li Qin (李沁) n'est pas une novice loin de là, sans parler de mon drama chouchou "Joy of Life" où elle a été la princesse au pilon de poulet, Wan'er, nous la retrouvons aussi dans "Fight Break Sphere" au côté de Leo Wu (吴磊) ou encore "Princess Agent". Son jeu est égal à ce que j'ai pu voir par le passé, elle est une bonne actrice sans avoir eu encore ce rôle qui la rendrait inoubliable. Elle est super jolie et joue très bien les personnages "cute" et joyeux. Mais je pense que la douleur et les personnages torturés ne sont pas un domaine qu'elle maitrise encore. Je changerai peut-être d'avis après avoir vu d'autres drama avec elle comme " The song of Glory".

Darren Weng (王大陸) !!!! Je vais éviter d'être hystérique ^^ et objective. Darren Weng n'a pas eu de rôle significatif dans dramaland. Il a beaucoup tourné dans les films comme "Fall in love at first kiss" (remake de l'incontournable "Itazura na Kiss") ou "Our Time". C'est donc peut-être son premier vrai grand rôle dans un drama si on ne compte pas "Ghost Blows Out the Light: Finding Hu Ba Yi" où il avait aussi le rôle principal.

Ici, Darren Weng nous délivre une interprétation magistrale de Bo Wang. Son jeu de regard parfois mi-figue mi-raisin, parfois désabusé, en passant par toute une palette nuancée de tendresse et de douleur nous fait fondre comme neige au soleil. A travers la stature imposante du prince ou ses rictus narquois, le spectateur voit l'enfant qu'il est resté, l'amoureux qu'il n'a jamais cessé d'être. Et c'est ce qui le rend attachant. Je n'ai jamais perdu de vue l'essence de ce qu'il était malgré ses actions et la dureté de ses paroles.

La rareté de ses sourires tranchait vigoureusement avec la violence et la sauvagerie de ses expressions. Sauvagerie qui n'était pas sans nous rappeler bien sur le loup. Mon seul regret? qu'il n'y ait pas plus de scènes avec les loups et la relation qu'il entretenait avec eux. Darren Weng a été fantastique et c'est avec impatience que j'attend son prochain rôle, quelqu'il soit.

Il y a bien sur d'autres personnages, comme Ji Chong. Sean Xiao (肖战) n'a pas ici son rôle le plus marquant. Selon moi, Ji Chong n'avait pas la carrure pour être le rival de Bo Wang. Je l'ai trouvé "trop". Gentil. Complaisant. Amoureux. Collant.

Bao Na était plus intéressante et ses sentiments progressifs envers Ji Chong étaient supra "kawai" et super agréable à suivre. Je trouve peut-être dommage de la faire adhérer totalement aux histoires de Xing'er sans donner une chance ne serait-ce que minime à Bo Wang de se justifier. Surtout au regard de son amour inconditionnel du début. Guo Shu Yao (郭書瑤) est elle aussi une actrice chevronnée. Le seul drama où je l'ai vu auparavant était "Attention Love", un drama taïwanais, où elle a joué l'inoubliable "Angelina" !!!

La production du drama est de qualité. Cela se ressent à travers la diversité des costumes qui représente bien la spécificité de chaque personnage : Bo Wang le loup, sombre et sobriété, Zhai Xing en papillon toute colorée et en légèreté, Ji Chong en aigle harnaché de brun et Bao Na en cheval remplie de fanfreluche clinquante. Ce qui n'est pas étonnant en soi, quand on sait que Chen Tong Xun (陈同勋) fut en charge des costumes. N'oublions pas qu'il s'est occupé des costumes de "Douluo Continent" ou le très populaire "The Untamed".

L'OST apporte cette touche musicale rendant le drama parfois encore plus épique et intense. La bande son est signée ici Jolin Tsai (蔡依林), une compositrice/chanteuse/actrice taïwanaise presque aussi populaire que Jay Chou (周杰倫).

Pour finir sur une petite touche de culture, j'ai appris durant le drama que certains personnages et faits étaient historiques. Notamment, Bo Wang (博王). De son vrai nom Zhu Youwen (朱友文) fut réellement un enfant adopté par l'Empereur Taizu et fut en conflit avec son frère ainé Zhu Yougui (朱友珪), étant tous deux prétendant au trône. Il fut d'ailleurs assassiné par ce dernier en 912 après l'assassinat de l'Empereur Taizu.

Une jolie romance avec un des héros les plus captivants qui soit (et sexy). Malgré une deuxième partie moins intéressante et une fin bien moins dramatique que je le craignais (je dois avouer que je regardais au même moment "One and Only"), je ne regrette pas d'avoir passé du temps (avec Bo wang!) sur 49 épisodes.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Sen Yong High School Class Two Grade Three
3 personnes ont trouvé cette critique utile
juin 4, 2021
24 épisodes vus sur 24
Complété 0
Globalement 9.0
Histoire 9.0
Acting/Cast 10
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 9.0

Un drama ultra rafraichissant!

Un énième school drama, une totale réussite, selon moi.
Ce drama est basé sur le roman "The Second Group of Three Years in Morinaga High School" de Xiao Ni Zi qui est aussi l'auteur de "devil's kiss", un drama que j'ai adoré (malgré tous les défauts de réalisation). Il n'est donc pas étonnant que j'ai pu autant accroché et aussi rapidement aux personnages et à l'histoire.
Dès le premier épisode. Où l'on met en place l'histoire. Une école. 2 groupes. les "intellectuels" et les "sportifs". J'ai dit oui de suite.
Nous le savons, depuis (presque) toujours, ces deux mondes ont parfois du mal à s'entendre. Et ici, cela n'échappe pas à cette règle. Les deux groupes ne se mélangent pas. Ne se connaissent à peine, chacun étudiant dans son aile respectif. Ce qui vous le pensez bien n'est pas correctement politique. On décide donc de supprimer les 2 groupes et de les fusionner. Et cela ne tarde pas à arriver : les désaccords et malentendus entre les "sportifs" et les "intellectuels".
Jusqu'ici, rien de très nouveau. Ni de transcendant. Et pourtant, j'ai adoré. du début à la fin. Pas une seule fois, je ne me suis ennuyée. Pas une seule fois, je n'ai accéléré les épisodes. Bien au contraire, j'ai été jusqu'à prendre le pass-VIP afin de pouvoir voir la suite le plus rapidement possible. Une torture. D'ailleurs, je ne recommande pas de commencer un drama qui n'est pas fini.
(Presque) Tout repose surtout et avant tout sur les liens qui vont lier les personnages. J'aime quand la force vient de cette loyauté indéfectible, de cette amitié indestructible, de cet amour altruiste et indéracinable...Et ici, nous ne sommes pas déçu!
Dois-je commencer par le meilleur??
Li He et Cai Xi ! Ils sont un des couples les plus rafraichissants, mignons, et adorables qui m'ont été donnés de voir cette année. Et cela dès leur première rencontre! Leur romance est d'un naturel incroyable. Cela avance tel un fleuve tranquille mais inexorablement. Dès le début, nous savons qu'ils seront fait l'un pour l'autre. Leur chamaillerie de départ se transforme rapidement en une attirance que chacun ne cherchera à peine à cacher. Et c'est ce qui fait un des plus grands charmes de nos tourtereaux. Bien que la confession ne vienne que très tardivement, ils en viennent naturellement à "être ensemble" sans être ensemble. Habituellement, cela peut apporter une certaine frustration de voir les protagonistes se chercher, mais pas ici. Ils ne se cherchent pas puisqu'ils se sont trouvés. C'est ce qui fait la différence. Li He ne cache pas son intérêt pour Cai Xi et vice versa. Ils ne le crient pas haut et fort mais suffisamment pour éviter toute ambiguïté et confusion entre deux.
Leur relation n'est pas juste une romance, elle est aussi une amitié où le mot confiance a toute sa place. J'ai adoré les voir se reposer l'un sur l'autre en toute confiance. Le seul malentendu durable entre eux n'a pas entamé d'un seul atome leur confiance l'un envers l'autre. Et ils sont choupinets comme tout. Leurs interactions sont drôles et leur taquinerie nous fait sourire bêtement. Les petites jalousies et attentions de Li He adorables. Et les sourires de Cai Xi, ses regards envers lui à craquer!
Dur de ne pas fondre devant eux.
Dai Lu Wa est une actrice que j'aime beaucoup, surtout depuis "Cross Fire", elle est fantastique et elle nous le démontre encore une fois ici. C'est une actrice, qui me semble-t-il n'est pas doublée (ce qui est rare), qui joue avec une sincérité désarmante et avec naturel. j'attends avec impatience son nouveau drama "Love Crossed".
Xia Zhi Guang. Mon nouveau chouchou coup de coeur (la liste commence à devenir un peu longue...). C'est un membre du groupe X Nine et n'avait jusqu'ici joué que des rôles secondaires. C'est donc son premier rôle en tant que "first lead". Je ne sais si le personnage était bien écrit ou si Zhi Guang a su apporter cette étincelle nécessaire qui a rendu Li He si attachant. J'attend son prochain rôle afin de m'en faire une idée plus précise.
Le drama ne s'arrête pas à Li He et Cai XI. Bien au contraire!
Ning Ze Yu est le second lead, celui qui est d'office la seconde roue et qui ne peut regarder que de loin le couple principal.
Et pourtant, son personnage est bien plus que cela. Ce n'est pas un personnage/outil qui a été écrit pour faire avancer le couple principal. C'est un personnage à part entière, avec ses envies, ses frustrations, sa relation familiale. Un personnage que j'ai pris grandement plaisir à voir évoluer. L'affection qu'il a pour Cai Xi est réelle, altruiste et ne sera nullement entachée par un quelconque acte d'égoïsme de sa part. Son amitié avec Li He sera vrai en dépit de leur rivalité amoureuse.
Leur amitié devrais-je dire. Car Li He et son amitié et loyauté envers Ze Yu ne flanchera jamais. Ni Ze Yu envers Li He. Et ce fut juste fantastique de les voir se chamailler, rivaliser sans jamais une once de malveillance, de s'entraider solidement et d'être toujours honnête l'un envers l'autre. Pas seulement ces deux là. Mais aussi Ye Jing Xi, qui arrive tardivement, et qui ajoute du piment à ce trio amoureux, pardon à ce quatuor amoureux. J'en ris encore au souvenir de leur rivalité bienveillante, de leur taquinerie mais surtout de leur amitié flirtant outrageusement avec la romance, un équilibre savamment dosé. Bien que mon coeur n'a jamais douté de Li He, j'ai tout de même eu beaucoup d'affection pour Ze Yu et Jing Xi, et beaucoup de peine aussi lors de leur déconvenue... Dans tous les cas, leur amitié était superbe et m'a rappelé celle que l'on voit dans "Mr Sunshine".
Le second couple, une fois n'est pas coutume, est mignon comme tout, Lin Chuan et Han Ya Yi. J'ai sincèrement presque autant adoré ce couple que le celui de Li He et Cai Xi. Han Ya Yi est l'amie formidable et clairvoyante par excellence. Elle m'aura bien fait rire avec ses mimiques adorables.
J'ai aussi adoré le frère de Cai Xi, Hao Xi. Hahaha, le frère qui a des centaines de fan, qui n'a pourtant pas le physique d'un Don Juan et qui se révèlent être le bras droit de Cai Xi avec beaucoup d'humour et de subtilité, du moins autant de subtilité qu'un frère peut avoir (c'est à dire celui d'un éléphant!).
Une mention spéciale pour les parents de Li He qui sont GENIAUX! ils m'auront bien fait mourir de rire, des parents aussi ouverts d'esprits, aussi drôles et aussi délirants, j'en veux bien moi aussi (nan, mais je vous aime quand même papa, maman).
Le couple de prof était super sympathique et, bien que peu présent, ont su apporter cette petite touche de drôlerie et de sagesse envers leurs élèves, tout comme les apparitions du proviseur.
Donc.
Une histoire fondante avec une romance incroyablement douce et sucrée, une histoire fondée sur le respect des uns et des autres, sur la force et l'union d'amis, une histoire simple qui a su me toucher, me faire rire, qui a sur me rendre accroc jusqu'au dernier épisode. A consommer sans modération.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Cross Fire
3 personnes ont trouvé cette critique utile
sept. 5, 2020
36 épisodes vus sur 36
Complété 0
Globalement 9.5
Histoire 10
Acting/Cast 10
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 10
Cette critique peut contenir des spoilers

Un des meilleurs e-sport drama

Je suis une ex-gamers, je suis donc naturellement attirée par ce genre de drama. Depuis "King's avatar" qui a été un vrai coup de coeur et un marathon intense je ne pensais pas voir un autre drama de ce genre qui serait un autre coup de coeur.
Ma note est maximale. Par ce que j'ai ri. joyeusement. Par ce que j'ai vibré. intensément. Par ce que j'ai pleuré. Par ce que Lu Han.
Un drama que j'ai dévoré en 1 semaine. Cela aurait pu être plus court si mon mari et mes deux ados ne m'avaient rejoint. Et c'est pour dire. Mes deux ados de 10 et 13 ans sont resté scotchés alors qu'ils sont loin, très loin d'être bilingue en chinois ou anglais.
L'histoire est prenante dès le départ, le concept est original. La rencontre entre Xiao Feng et Xiao Bai nous a fait battre le coeur, et leur histoire d'amitié qui défit le temps est magnifique. Les romances, les 3, ne sont pas en reste. Elles ne débordent pas sur la trame principale et sont adroitement parsemées tout le long du drama. Elles sont adorables et plus d'une fois nous nous surprenons à sourire bêtement et à rire aux éclats. Les relations sont habilement construites et nous adorons les voir grandir et rêver sans faille tous ensemble, je parle de la 1 coin team et de la continue team. Car de qui est incroyable, ce que je ne trouve pas souvent, c'est qu'on s'attache à TOUS les personnages. Du passé et du présent. Et Dieu que ce fut bon de les voir TOUS à la fin. Ils grandissent, mûrissent, échouent et gagnent ensemble. Leur histoire d'amitié est indéniablement de celle qui font bouger des montagnes.
j'ai particulièrement aimé ce time travelling. Bien sûr, cela reste de la science fiction et je n'oserais pas dire que cela est parfaitement et logiquement écrit. Peu m'importe. J'ai adoré. Et j'attendais moi même ce moment avec impatience où Xiao Feng et Xiao Bai se connectaient pour se parler. J'ai adoré leur complicité grandissante. leur confiance. Leur loyauté. Mon ado de 13 ans s'est exclamé plus d'une fois " si seulement ils pouvaient être mes potes!" .
Les scènes d'actions sans être aussi incroyable et intense que dans "King's avatar" étaient intéressantes et originales. J'ai vraiment aimé ce concept de les voir réellement évoluer dans le jeu. Cela ne m'a pas vraiment dérangé de ne pas voir autant de scène d'action, je pense que le drama tourne principalement autour de la construction des personnages, de ce qu'ils traversent.
La bande son est vraiment bonne et certaine chanson comme celle chanté par Lu Han apporte une grande dimension au drama, on est immergé dans le jeu en même temps qu'eux.
En fin de compte, nous avons bien cette impression d'appartenir à leur groupe d'ami, et ce fut avec beaucoup de tristesse que nous avons vu arriver la fin de ce petit bijou.
Le jeu d'acteur n'a rien à envier aux coréens. Vraiment. Nous ressentons intensément leur tristesse et leur joie. Et puis Lu Han. Il est incroyable....Je l'avais découvert dans "sweet combat" mais il ne m'avait pas marqué particulièrement. Et dans "Cross Fire", il m'a bluffé et transporté dans son monde avec une telle facilité. Mon ado aurait souhaité que Xiao Feng soit réel. Et moi aussi ^^

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
All About Secrets
3 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 29, 2020
24 épisodes vus sur 24
Complété 0
Globalement 9.5
Histoire 9.0
Acting/Cast 10
Musique 8.0
Degrés de Re-visionnage 9.5

Un de ces school dramas qui vous touche en plein coeur!

Un de ces school dramas qui vous touche en plein coeur!
Le synopsis est plutôt simple : Chi Zi et Bo Wen sont amis depuis presque toujours. Bo Wen est un étudiant populaire qui cache aux yeux des autres ses problèmes familiaux. Seule, son amie d'enfance Chi Zi est au fait de ces secrets. Sa propre famille y étant étroitement mêlée à ces histoires de famille. Jia Li, une des meilleures amies de Chi Zi, espère apporter son soutien à Bo Wen, se rapprochant petit à petit de de ce dernier. Quiproquo et malentendu se tissent alors lentement entre Chi Zi, amèrement jalouse de cette promiscuité, et Bo Wen.
Une très bonne surprise, malgré un scénario simple et qui sent le déjà-vu, un drama qui m'aura pourtant gardé éveillé pendant 2 bonnes nuits. Je ne mentirais pas, j'ai une préférence pour les schools dramas, qui plus est si ce sont des "childhood sweetheart". Syndrome d'Adachi, je suppose.
Je pensais avoir affaire à un simple school drama, rapidement je me suis aperçue que celui-là était un peu différent de ce que j'avais déjà pu voir.
Yu Chi Zi est attachante autant de par ses qualités que par ses défauts. Sa joie de vivre, sa gentillesse mais aussi ses travers comme sa jalousie et sa hargne, toutes ces émotions auxquels chacun d'entre nous avons eu à affronter au moins une fois, nous sont dépeints ici sans fioriture. Cela la rend moins parfaite, plus humaine. Plus proche de nous. Il est aisé de s'y identifier. De retrouver l'adolescente que j'ai été il y a...une éternité. Yu Chi Zi ne cesse d'avoir ces réactions que l'on pourrait lui reprocher. Sa jalousie la rendant parfois mauvaise, parfois pathétique. Et parfois juste nous. Je n'ai pu qu'éprouver une profonde sympathie à son encontre.
Sa relation avec Bo Wen m'a fait battre le coeur durant ces 24 épisodes (cela ne m'était pas arrivé depuis belle lurette).
J'ai tout simplement adoré leur relation conflictuelle. Leur interaction nous montrait toute la subtilité et la frontière entre l'amitié et l'amour. Cette minuscule ligne rouge qui très souvent ne s'alarme pas lorsque nous nous en approchons d'un peu trop près (oui, quelques souvenirs d'antan...). Tout le long du drama, et cela ne m'arrive pas souvent, je me suis mainte et mainte fois demandé si Chi ZI et Bo Wen finiraient ensemble ou pas...
J'ai adoré Bo Wen. Personnage nonchalant, honnête et droit, il apparait de premier abord un personnage classique. Rapidement, je me suis posée cette question, et cela jusqu'à la presque fin, "est-il amoureux de Yu Chi Zi?" (voui, question existentielle quoi). Frustrant? non, pas vraiment, car bien que la romance de ces deux amis d'enfance soit en filigrane, les liens qui les unissent sont omniprésents. De par les flashback. De par leur chamaillerie. De par leur complicité. Mon petit coeur s'est plus d'une fois serré devant les regards éperdus de Bo Wen, ne comprenant jamais les raisons des éclats de colère de Chi ZI. J'ai apprécié de le voir totalement perdu et confus face à Chi Zi, ses sentiments pour elle étaient tellement justes. D'une certaine façon, intenses. Sans aller dans l'extrême. Une amitié qui se cache. Le fait de se fâcher avec elle, de rire avec elle, de se moquer d'elle pour au final ne revenir que vers elle, j'avoue que cela aura bien fait battre mon coeur plus d'une fois.
C'est un drama qui m'a beaucoup touché, surement dû aux souvenirs que cela a soulevé dans mon inconscient, des émotions presque oubliées, des images fanées par le temps mais toujours vivace, voilà ce que ce drama m'a fait vivre. Un peu comme l'extraordinaire "Lovely Us" ou "When we were Young". Sans avoir les qualités de ces deux derniers drama, il reste un coup de coeur, un drama que l'on sirote doucement en hiver.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Me and My Youth
5 personnes ont trouvé cette critique utile
juil. 4, 2021
24 épisodes vus sur 24
Complété 0
Globalement 9.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 9.0
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 10

Un drama "high school" et de "childhood sweetheart" totalement réussi

Il y a des dramas. Des films. Des séries. Ou des animés.
Qui marquent plus que d’autres. Qui nous touchent bien plus. Plus que ceux qui sont notés gracilement et unanimement reconnus. Ils sont loin d’être parfaits. Voire même bons pour le cinéphile en mal de sensation ou d’intense réflexion sur le va à l’eau actuel.

Et pourtant, pour d’autres.

Le coeur a battu déraisonnablement pendant 24 épisodes. Un voyage doux et amer à travers son propre passé (je sais, cela revient souvent en ce qui me concerne). Cette vague qui nous laisse pantelant lorsque les yeux clos, quelques folles images ressurgissent. De moi. De toi. D’eux. De nous.

« Flourish in Time » a rejoint ce coup de coeur personnel. Comme « All about secrets ».
C’est un scénario classique qui vous attendra si vous décidez de lui donner sa chance. Depuis « Touch » de Mitsuru Adachi, peu de « childhood sweetheart » ont su me convaincre. Cela fut le cas pour « All about secrets ».
Et maintenant « Flourish in time ».

Nous est conté une tranche de vie, celle de Lu Miao et Jiang Hao Yue, 2 amis d’enfances marqués par la tragédie de Hao Yue qui a perdu sa jambe lors d’un accident de voiture. Accident provoqué par le père de Lu Miao. Résultat, Lu Yong Fei, le père de Lu Miao décide de prendre en charge l’enfant handicapé. Lui acheter ses jambes artificielles. Le nourrir. Lui prodiguer de l’attention. Le considérer comme son fils. Quand à Lu Miao, Hao Yue sera son grand frère.
C’est ainsi que commence une très belle amitié. Une jolie histoire de famille. Une adorable histoire d’amour.
Les deux enfants grandissent main dans la main, une main qu’ils ne lâcheront jamais. Les petites scènes de fin nous montrent clairement ce qu’ils deviendront, cette force qui sera la leur. Je me suis surprise à sourire bêtement, souvent, devant les chamailleries de Lu Miao et de Hao Yue. Le jeu des enfants est excellent et leur sincérité touchante.
L’histoire se concentre sur le temps de l’adolescence, les études si chères aux yeux des chinois, les rencontres au lycée qui feront parties de leur quotidien et qui les aideront d’une certaine façon à s’ouvrir aux autres. Car Lu Miao et Hao Yue n’ont vécu que pour l’un et pour l’autre jusqu’à présent et n’ont su compter que sur l’un et sur l’autre. Ce lien sera fortement présent tout au long de leur voyage.
Lu Miao, spontanée, joyeuse et croquant la vie à pleine dent, est l’opposé de Hao Yue, l’étudiant excellent par définition. Réservé à l’extrême, il ne se dévoile qu’en face de Lu Miao. Les interactions entre nos deux « childhood sweetheart » sont remplies de douceur et de taquineries faites d’affection et d’amour. Et c’est ce qui fait je pense la force de cette relation. Souvent nous est dessinée une relation faite de dispute amicale, de reproche, d’indécision et de désir d’indépendance comme dans « all about secrets » , « Love and Pi » ou encore « The best of you in my mind ».
Ici au contraire, Lu Miao et Hao Yue n’auront jamais de cesse de se chercher et de courir l’un vers l’autre. Il n’y aura jamais d’espace pour d’autres. Shi Che Le le comprendra très vite. Et tous ceux qui les entourent.
Il y a le classique excellent élève, Hao Yue, et l’élève qui a beaucoup beaucoup de difficultés scolaires, Lu Miao. Cela peut paraitre redondant. Et beaucoup d’entre vous pourrait trouver cela injuste de voir (encore) une fille toujours à la traine, toujours à peiner…. En ce qui me concerne, cela ne m’offusque pas réellement. Peut-être étant moi même une ex-mauvaise élève. Je n’en fais pas une généralité, loin de là, ma fille étant elle-même première de la classe (fierté de la la mère qui n’avait que des mauvaise notes hahaha). Mais j’aime assez (pour ne pas dire très) l’idée du personnage féminin (que l’on retrouve certes souvent) qui est en échec scolaire mais qui se révèle par la suite bien plus persistante, plus forte, plus obstinée que le reste du casting. Lu Miao ne déroge pas à la règle. Bien que mauvaise en classe, elle a cette arme (féminin?? héhé) de se battre pour réussir, de ne jamais baisser les bras, de voler plus haut que ce qu’elle pensait, de dépasser ce qu’on attend d’elle. Et j’avoue que j’aime ce côté des « leads » féminin, forte et attachante à la fois, fragile et courageuse dans tout ce qu’elles font. Alors je dis oui.
Il n’est donc pas étonnant que Hao Yue n’ait d’yeux que pour notre jolie lutin. Leur personnalité si différente se complète à merveille. Lu Miao Apporte cette touche de fantaisie et de spontanéité que n’a pas Hao Yue. Elle est aussi sa force. Son bouclier contre ce monde extérieur qu’il ne veut pas. Ne pensez pas que Hao Yue est un personnage faible après ma dithyrambe sur Lu Miao. Sa façon de gérer le regard sur son handicap était admirable. Préférant relever la tête et nonobstant les moqueries faites à son encontre, il ne s’arrêtera guère sur les ragots.
Son regard si calme et froid ne s’animait qu’avec Lu Miao.
La surprise est venue de son amitié soudaine et inattendue avec Qu Wei. Je ne me suis pas attendue à une amitié aussi sympathique entre ces deux personnages, et les réflexions de Qu Wei étaient drôle et rafraichissantes.
La seconde romance, tardive, était prévisible mais super agréable à suivre.
Les relations entre Hao Yue et son père m’ont amené des larmes aux yeux. La représentation du père « violent » et ivre est toujours un sujet sensible. Il est souvent difficile de ressentir de l’empathie envers ce genre de personne et pourtant, au fur et à mesure, la compassion et la compréhension fait son petit bonhomme de chemin. Les actions de Zhao Yang ne sont pas justifiables mais je le comprenais. Les derniers épisodes entre Hao Yue et son père m’ont beaucoup touché.
Zhang Lin He est un acteur nouvelle génération, il a commencé avec « Maiden Holmes » et « Sparkle Love ». Dramas que je n’avais pas l’intention de regarder. J’avoue piteusement que Zhang Lin He m’a fait fait une telle impression (mon coeur a encore du mal à s’en remettre), son sourire, son regard émouvant (femme je suis, femme je reste apparement…) que je vais avoir l’obligation de regarder tous ses dramas.
Quelle ne fut ma surprise de savoir qu’Ancy Deng était « Su Tang » dans « The legeng of awakening ». Cela explique ce coup de coeur immédiat lorsque Lu Miao est apparue.
Guo Xin Yu, quant à lui, n’est pas un inconnu. Je l’avais déjà remarqué dans l’excellent « I don’t want to be friend with you » (drama coup de coeur que je conseille sincèrement) et dans « The best of you in my mind ».
Ren Shi Hao n’a pas encore eu de rôle majeur, son seul rôle en tant qu’acteur principal est « Sweet first love », drama que je n’ai malheureusement pas beaucoup aimé d’ailleurs.
Enfin, Tan Yan Yan, que j’ai trouvé super jolie et rafraichissante, n’a jamais joué que des rôles secondaires dont notamment « Waiting for you in the future », super drama retro, drôle et émouvant.
Une petite mention pour l’OST du drama. Si vous ne le savez pas encore, je suis une mordue d’OST et je prête une très grande attention à ce détail. l’OST colle parfaitement à l’ambiance du drama. Le rêve et cette nostalgie qui jalonnent tout le long des épisodes vont me poursuivre longtemps avec la chanson « Be you starry sky » par Chen Xueran ainsi que « Time Boy » par Hu Xia.
Beaucoup trouverait à redire à ce drama. La réalisation est plutôt moyen, le scénario prévisible et loin de l’innovation du siècle, les personnages classiques avec leur chemin de croix habituel….et pourtant, j’ai adoré.
Conclusion, aimer ne s’explique pas seulement par la perfection de la réalisation. Mais aussi par le ressenti de chacun.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Silent
4 personnes ont trouvé cette critique utile
janv. 11, 2023
11 épisodes vus sur 11
Complété 0
Globalement 7.0
Histoire 8.0
Acting/Cast 8.0
Musique 5.0
Degrés de Re-visionnage 1.0

Un drama au rythme lent, facile à suivre

Un synopsis intéressant. Le thème abordé est traité avec sensibilité et avec beaucoup de poésie. Le visuel est joli et le jeu d'acteur convaincant. L'ambiance tend vers une certaine plénitude bien que certaines scènes nous montre la douleur et les incertitudes des protagonistes. Le contraste entre les scènes où le bruit tranche avec le silence des conversations en langage des signes est parlant et nous permet de comprendre le fossé qui s'est creusé entre les personnages.

Les points négatifs ne m'ont pas empêché de finir ce drama en quelques jours, car malgré tout, je l'ai trouvé bien fait.
Les points qui peuvent rebuter certain :
- Le classique "je te quitte pour ton bien". Nul besoin que je m'étende sur ce sujet....
- La romance, somme toute mignonne, mais avouons le, dénuée de passion. J'aurai aimé, peut-être un peu plus de passion, plus de battement de coeur... Ici, l'impression qui a dominé fut plutôt deux amis super proches avec en bonus une grande affinité.
- Bien que l'emphase soit mise sur l'amitié, et j'avoue que la relation entre So et Minato a été agréable à suivre, j'ai un peu de mal avec le protagoniste qui sort avec la petite amie de son best pote, pour au final rompre avec elle et la rendre à son best pote.
- Le rythme lent du drama.
- C'est personnel, mais je n'ai pas trouvé les personnages secondaires intéressants.

C'est donc un drama que j'ai trouvé assez agréable à suivre, mais que j'ai regardé parfois en accéléré.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
The Untamed
4 personnes ont trouvé cette critique utile
août 7, 2020
50 épisodes vus sur 50
Complété 0
Globalement 8.5
Histoire 9.0
Acting/Cast 9.0
Musique 9.0
Degrés de Re-visionnage 7.0
Cette critique peut contenir des spoilers
Après avoir lu autant de critiques élogieuses, et bien que n'étant pas du tout attirée par le BL, je me suis lancée dans ce drama. Mon avis est mitigée, je en serais pas autant admirative de ce drama et peut-être qu'il mériterait plus mais je préfère donner une note qui reflète ce que j'ai pu ressentir.
Je n'ai pas du tout accroché à la première partie du drama, d'où ma note. C'était un peu fouillis et j'avais l'impression que cela partait un peu dans tous les sens. Je n'ai pas non plus du tout trouvé que nos deux héros étaient si géniaux que cela. J'avoue que je suis encore accro à Nin Que dans "Ever Night" et que j'ai donc tendance à comparer avec lui :(
Et puis j'avoue, peut être un piteusement, que je trouvais que la réalisation n'était pas très bien faite, les effets spéciaux me semblaient fragile et je n'arrivais pas à croire en cette histoire de fantôme et de marionnette...Je ne suis pas non une grande fan de wuxia et donc j'ai beaucoup de mal à adhérer à ce style très particulier. Bref, j'ai bien failli décrocher, d'ailleurs ma fille est partie 10 épisodes plus tard.
Et puis enfin, deuxième moitié du drama! Aprés la chute du clan Wen, l'histoire devenait enfin intéressante, et surtout, le changement est venu avec l'évolution de Wei Wu Xian...A partir de là, bien que n'étant toujours pas fan de wuxia et de leur combat irréel, j'avoue avoir totalement accroché. La relation entre Wu Xian et Wang Ji me faisait enfin sourire. J'ai surtout Wu Xian que je trouvais à la fois "Bad Ass" et voyou au grand coeur. J'ai tellement adoré sa relation avec sa soeur et Wen Ning ou Ah Yuan. Sa relation avec sa soeur était tellement forte et pure, plus d'une fois j'en ai pleuré. Alors oui j'ai adoré cette deuxième partie, les relations que Wu Xian avait avec sa soeur, Wen Nin ou Wen Qin, Lan Zan étaient intense et prenante. Et j'avoue avoir pleuré plus d'une fois, pour ceux qui l'ont vu, je ne dirais que le mot "bonbon", cet épisode m'a fait littéralement fondre en larme! car je ne m'y attendais pas du tout!!
l'OST tourne en boucle, j'ai vraiment adoré la bande son. J'avoue que si je n'avais pas eu le courage de continuer j'aurais manqué un excellent drama. Je me joins donc avec la majorité pour dire que ce drama vaut la peine de le regarder et d'insister un peu (voire beaucoup).

Lire davantage

Cet avis était-il utile?
Complété
Yugure ni, Te wo Tsunagu
3 personnes ont trouvé cette critique utile
avril 13, 2023
10 épisodes vus sur 10
Complété 0
Globalement 8.5
Histoire 8.5
Acting/Cast 10
Musique 10
Degrés de Re-visionnage 8.0

Un joli coup de coeur pour ce début de printemps!

S'il y a une chose indéniable et que je n'ai jamais su trouver nulle part chez d'autres, c'est cette ambiance particulière que les japonais savent mettre en valeur! J'ai beau adorer les Cdramas (mon top 10 est dominé par des dramas chinois) ou les Kdramas qui ont été les premiers à m'avoir rendu accro à tout ce beau monde, les japonais restent pour moi les seuls à recréer cette ambiance particulière, propre à mon adolescence. Alors oui, il faut avouer que trainer jusqu'à pas d'heure devant Tonkam ou Madoka, battant des pieds sous la pluie ou en plein soleil à dévorer des mangas non traduits doit y jouer beaucoup. Ou bien s'échanger joyeusement des VHS de mauvaise qualité du dernier Miyazaki ou de "Record of Lodoss War" avec les copains de Gobelins reste encore inoubliable. C'est aussi ce sentiment que je retrouve ici. L'excitation d'une romance adorable, la bonne humeur d'une gamine que rien ne peut arrêter, le sourire timide d'un joli garçon de la chanson. Rien de nouveau bien sur. Mais tellement d'amour, de joie, de positivité qu'on ne peut regarder les épisodes qu'avec un sourire franc et le coeur apaisé.

La réalisation est très jolie, j'ai adoré la palette de couleur ocre qui a donné cette ambiance si particulière, nostalgique et chaude à la fois. L'histoire ne s'attarde que sur l'essentiel, nous passons donc rapidement sur l'ex et c'est avec soulagement qu'il disparaît pour ne plus revenir. Les personnages sont attachants et profondément humains. Nous le voyons lors du vol des modèles de Soramame, cette culpabilité qui tiraille, qui nous affaiblie dans notre certitude et qui au final nous apprend l'humilité. J'ai vraiment apprécié que pour une fois, ce soit le voleur qui s'en rende compte et décide de s'amender. Exit les crises de colères ou de vengeance. Soramame ne songe pas une seule fois à se venger. Que cela soit sur son ex, sa mère ou son mentor ou l'amie qui trahit. Ici, pas le temps de se morfondre sur des choses aussi triviales, se relever et se trouver est fondamentale. C'est un des aspects que j'ai le plus apprécié chez elle. Mais pas que. Sa force de caractère, sa volonté et sa joie de vivre l'ont rendue d'un charisme sans nom. J'aurai moi aussi adoré avoir une amie comme elle. Douce et emphatique, tout dans la compassion, l'écoute mais aussi dans son entêtement et sa volonté de rester elle. Ses rires et la positivité dont elle faisait preuve ont été un bonheur. Pas étonnant de la voir devenir le centre de ce drama. Un magnifique personnage!
Et les autres dans tout cela? J'ai adoré Oto, le contraste dont son personnage avait été écrit par rapport à Soramame. Son calme et sa sagesse lui ont permis d'être la force de Soramame , son épaule infaillible, son univers. Leur rencontre a été magique et j'ai aimé cette façon de les unir. Leur couple a été un plaisir pour les yeux. Oui, ils sont beaux, c'est indéniable. Mais leur complicité les ont rendus réels et leur sincérité m'a beaucoup touché. L'alchimie a été parfaitement maitrisée, je demande encore plus de chamailleries et de discussions profondes entre eux. Un couple naturel et qui m'a largement fait oublier les derniers couples un peu pourris que les coréens ont su m'offrir (oui, je parle de toi AOS par exemple...).
Les personnages secondaires n'ont pas été des coups de coeur comme dans "Cinderella Complex" mais ont été bien mieux que la plupart des dramas que j'ai vu dernièrement.

Un dernier détail qui a rendu ce drama vraiment addictif. L'OST et l'ending!!!
La chanson de Yorushika, "Algernon" était partout!!! Une seule chanson, une seule, jouée tout le long des épisodes et qui a su transcender les scènes romantiques comme les scènes d'émotions. Il fallait le faire. Une chanson qui a su apporter à ces moments, que cela soit de larmes ou de battements du coeur, une intensité encore plus grande.
Et que dire de l'ending!!! Ne le zappez surtout pas. Non seulement, la chanson est géniale, "Life Goes on" de King & Prince (que j'écoute en boucle, bavant devant la chorégraphie de Ren Nagase...), mais chaque ending est unique, où tous les personnages faisant leur apparition diffèrent selon l'épisode. La chorégraphie est superbe et entrainante, nous rendant stupidement heureux.

Besoin d'un bol d'air frais? de sentir heureux? de sourire bêtement? Alors n'hésitez plus.

Lire davantage

Cet avis était-il utile?